statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 juin 2017

Parité : l'Occitanie fait mieux que la moyenne française

NewLogoObservatoire2017.png

 A partir des données fournies par le ministère de l'Intérieur, l'Observatoire régional de la parité d'Occitanie a évalué la place des femmes d'Occitanie dans la nouvelle Assemblée nationale élue le 18 juin.  

France : la parité n’est pas encore réalisée

 Rappelons que 41,2 % de candidats du deuxième tour étaient des femmes. Elles étaient 42,2 % au premier tour, soit 8 points au dessous du seuil de la parité.

En France il n'y a jamais eu autant de femmes élues à l'Assemblée nationale : 223 (soit 38,6 %), un record pour la Ve République, notamment dû au mouvement porté par La République en Marche ! Cependant, quatre législatures après la promulgation de la loi du 6 juin 2000, il faudrait 65 femmes de plus pour arriver à la parité. Il en manquait 134 en 2012, 182 en 2007, 218 en 2002 (voir infographie jointe). Ces mauvais chiffres traduisent la faiblesse de l'arsenal législatif et appellent une évolution de la  loi,  du seul caractère simplement incitatif de la parité vers une  contrainte légale, comme c'est le cas pour l'ensemble de scrutins locaux.

 L'Observatoire régional de la parité d'Occitanie souligne la responsabilité de l'exécutif. Son projet de loi sur la moralisation de  la politique,  les projets  de recomposition de l'Assemblée nationale et de l’élection d'une partie de ses membres à la proportionnelle lui offrent autant d'opportunités d'amender la loi, afin qu’en 2022 l’Assemblée nationale compte - enfin ! - 50 % de femmes. Il en va aussi de la responsabilité des 225 députées élues dimanche. En garantissant la parité dans la loi, on évitera de laisser  la représentation paritaire des femmes aux mains de l'unique volonté des partis politiques.  

Occitanie : 42,9 % de députées  

De de son côté, la Région Occitanie atteint un résultat tout à fait honorable, puisque elle élit un pourcentage de femmes supérieur à celui de la France entière (42,9 % contre 38,6%). En présentant des femmes députées dans des circonscriptions de bonne qualité électorale, les partis politiques y ont été certainement plus "vertueux". 

Au palmarès de la "vertu" on distingue les Radicaux de Gauche qui font élire toutes leurs candidates,  suivis du Parti socialiste qui fait jeu égal avec  de la France Insoumise (66,7 % d'élues).  En Occitanie, La République en Marche ! (42,4 %) accuse un retard de 4 points par rapport à son résultat national (46,4%).  

Dans les départements, le Tarn-et-Garonne confirme son avance des 1er et au 2e tour, en élisant ses deux candidates : Valérie Rabault, PS, députés sortante dans la ville d'Olympe de Gouges, Montauban, et rapporteur générale du budget dans la précédente législature, et Sylvia Pinel, RDG, députée sortante et ancienne ministre. L'Aude se caractérise avec, pour la première fois dans son histoire, deux femmes députées sur trois à Limoux/Castelnaudary et Carcassonne, suivie du Gers, du Lot, des Hautes-Pyrénées (50 %) et de l'Hérault (44,4 %) qui inaugure une forte représentation féminine (4 femmes sur 9 députés) : une avancée notamment due au renouvellement des pratiques instituées par la République en Marche ! Enfin, le plus mauvais score revient aux Pyrénées-Orientales avec seulement une femme sur quatre circonscriptions.

14 juin 2017

Disparité dans la parité au 2e tour des législatives

NewLogoObservatoire2017.png

A l’issue du 1er tour des élections législatives, L'Observatoire régional de la parité d'Occitanie a évalué la place faite aux femmes pour le 2e tour dans les 49 circonscriptions de la Région Occitanie Pyrénées/Méditerranée. Il a passé au crible la proportion de femmes restées en lice à l'issue du premier tour, formation politique par formation politique et département par département.

Globalement, la proportion de femmes candidates au 2e tour régresse d'un point par rapport au premier (41,2 % contre 42,2 %).

Ce résultat préjuge que les femmes n'ont pas forcement bénéficié d'investitures de mauvaise qualité, même si on constate qu'elles ont davantage de difficultés que les hommes à se qualifier, sauf en Ariège, dans le Gard, dans les Hautes-Pyrénées et dans le Tarn-et-Garonne.  

Départements : les Hautes-Pyrénées en tête, l’Aveyron en queue  

Les disparités entre départements demeurent criantes : 75 % de femmes candidates dans les Hautes-Pyrénées, 58 % dans le Gard, 50 % dans l'Ariège et le Tarn-et-Garonne, pour 16,7 % en l'Aveyron et 25 % dans le Gers. Ce fossé semble dû au degré de volonté des fédérations politiques départementales de placer de nombreuses femmes en pôle position.

L'analyse comparative de la proportion d'hommes et de femmes qui passent le filtre du premier tour permet d’identifier les départements les plus favorables aux femmes : les Hautes-Pyrénées, le Gard, l'Ariège et le Tarn-et-Garonne.  

Partis : les Radicaux de gauche premiers, Les Républicains derniers  

Au palmarès des partis, les Radicaux de gauche confirment leur avance du premier tour avec 2 candidates sur 2 restant en compétition. Ils sont suivis du MODEM (66 %) et de la France Insoumise (54,5 %). Les autres partis se situent en dessous du seuil de la parité. Les Républicains sont à la traîne (14,3%), précédés par les socialistes (33,3 %) et le FN (37,5 %).  

Confirmation à La République en Marche, déperdition au P.S.  

Les candidates présentées par La République en Marche ! au 1er tour se retrouvent toutes au 2e tour (40,9 % de femmes dans les deux cas). En Marche ! fait jeu égal avec les Radicaux de gauche, mais l'emporte avec 18 femmes (contre 2 pour les Radicaux) en position d’être élues le 18 juin. Ce bon résultat semble davantage lié au puissant effet d'entraînement de l'élection du Président de la République, avec le très fort résultat obtenu le 11 juin en France (près de 33 % des suffrages), qu'à des choix stratégiques visant à accorder aux femmes des circonscriptions dans lesquelles elles auraient des chances de gagner.

A l'inverse, pour le P.S., fortement en recul, on constate une déperdition de près de 20 % de femmes entre les deux tours. C'est certainement le prix du « dégagisme », dont ont été victimes ses très nombreux sortant-e-s élu-e-s en 2012, et de son très mauvais résultat électoral de dimanche. Le Tarn-et-Garonne, où deux sortantes sont qualifiées - Valérie Rabault (PS) et Sylvia Pinel (RDG) - fait figure d'exception.

 

Disparité dans la parité au 2e tour des législatives

NewLogoObservatoire2017.png

A l’issue du 1er tour des élections législatives, L'Observatoire régional de la parité d'Occitanie a évalué la place faite aux femmes pour le 2e tour dans les 49 circonscriptions de la Région Occitanie Pyrénées/Méditerranée. Il a passé au crible la proportion de femmes restées en lice à l'issue du premier tour, formation politique par formation politique et département par département.

Globalement, la proportion de femmes candidates au 2e tour régresse d'un point par rapport au premier (41,2 % contre 42,2 %).

Ce résultat préjuge que les femmes n'ont pas forcement bénéficié d'investitures de mauvaise qualité, même si on constate qu'elles ont davantage de difficultés que les hommes à se qualifier, sauf en Ariège, dans le Gard, dans les Hautes-Pyrénées et dans le Tarn-et-Garonne.  

Départements : les Hautes-Pyrénées en tête, l’Aveyron en queue  

Les disparités entre départements demeurent criantes : 75 % de femmes candidates dans les Hautes-Pyrénées, 58 % dans le Gard, 50 % dans l'Ariège et le Tarn-et-Garonne, pour 16,7 % en l'Aveyron et 25 % dans le Gers. Ce fossé semble dû au degré de volonté des fédérations politiques départementales de placer de nombreuses femmes en pôle position.

L'analyse comparative de la proportion d'hommes et de femmes qui passent le filtre du premier tour permet d’identifier les départements les plus favorables aux femmes : les Hautes-Pyrénées, le Gard, l'Ariège et le Tarn-et-Garonne.  

Partis : les Radicaux de gauche premiers, Les Républicains derniers  

Au palmarès des partis, les Radicaux de gauche confirment leur avance du premier tour avec 2 candidates sur 2 restant en compétition. Ils sont suivis du MODEM (66 %) et de la France Insoumise (54,5 %). Les autres partis se situent en dessous du seuil de la parité. Les Républicains sont à la traîne (14,3%), précédés par les socialistes (33,3 %) et le FN (37,5 %).  

Confirmation à La République en Marche, déperdition au P.S.  

Les candidates présentées par La République en Marche ! au 1er tour se retrouvent toutes au 2e tour (40,9 % de femmes dans les deux cas). En Marche ! fait jeu égal avec les Radicaux de gauche, mais l'emporte avec 18 femmes (contre 2 pour les Radicaux) en position d’être élues le 18 juin. Ce bon résultat semble davantage lié au puissant effet d'entraînement de l'élection du Président de la République, avec le très fort résultat obtenu le 11 juin en France (près de 33 % des suffrages), qu'à des choix stratégiques visant à accorder aux femmes des circonscriptions dans lesquelles elles auraient des chances de gagner.

A l'inverse, pour le P.S., fortement en recul, on constate une déperdition de près de 20 % de femmes entre les deux tours. C'est certainement le prix du « dégagisme », dont ont été victimes ses très nombreux sortant-e-s élu-e-s en 2012, et de son très mauvais résultat électoral de dimanche. Le Tarn-et-Garonne, où deux sortantes sont qualifiées - Valérie Rabault (PS) et Sylvia Pinel (RDG) - fait figure d'exception.

 

11 juin 2017

Législatives : qui respecte la parité?

NewLogoObservatoire2017.png

Occitanie : 275 candidates face au défi de la parité. Analyse : certains partis préfèrent toujours payer des pénalités qu'investir des femmes.

Midi -Libre, pages Région,  9 juin 2017. MidiLibre090617-Parite legislatives.pdf

 

31 mai 2017

La parité aux législatives : le palmarès en Occitanie

NewLogoObservatoire2017.png

Sur la base des données fournies par le Ministère de l'Intérieur, l'Observatoire régional de la parité d'Occitanie a évalué la parité pour le premier tour des prochaines élections législatives dans les 49 circonscriptions de la Région Occitanie /Pyrénées Méditerranée. Il a passé  au crible la place accordée aux femmes par chacune des formations  politiques identifiées par le Ministère de l'Intérieur,  département par département.

Globalement, la région Occitanie compte 42,2% de candidates, soit à peu près comme en France entière (42,4%).

 Départements : les P.O. en tête

Au palmarès des départements, les Pyrénées-Orientales sont en tête avec 48,1 % de candidates. On peut rapprocher cette performance de la présence de deux femmes politiques de premier plan, Hermeline Malherbe, sénatrice et présidente du Conseil départemental, et Ségolène Neuville, députée et ancienne ministre. La parité la plus faible se situe en Lozère et dans le Gers (33,33 % de candidates).

 Partis : PS, MODEM et France Insoumise au coude à coude

 Au palmarès des partis, les Radicaux de gauche l'emportent (100 % de candidates en Occitanie), mais ces candidatures ne concernent que 4 circonscriptions sur les 49 d'Occitanie.  Suivent, au coude à coude, le  Parti socialiste (50 %), le MODEM (50 %), puis La France Insoumise (49 %). Le Mouvement La République en Marche ne présente que 40,9 % de candidates, ce qui peut paraître décevant en raison de l'engagement du Président de la République de faire de l'égalité entre les femmes et les hommes une  "cause nationale". L’UDI (33,3%) ferme la marche. Le FN (46,9%) et Les Républicains (46,5 %) s’intercalent.

Le décompte des élues à l'issue du deuxième tour des législatives permettra de mesurer la parité effective.

Rappelons que la loi prévoit que les partis politiques qui ne présentent pas autant de candidates que de candidats font l'objet d'une retenue financière sur la dotation qu'ils sont susceptibles de recevoir de l'Etat au titre du financement de la vie politique. Cette législation ne porte que sur les candidatures et non sur les élues : elle est purement incitative.

Parité des candidatures femmes hommes dans les 13 départements Région Occitanie /Pyrénées Méditerranée

 

Dep

Circo

Cand

H

F

%F

9

2

22

12

10

45,5

11

3

40

23

17

42,5

12

3

28

18

10

35,7

30

6

84

46

38

45,2

31

10

141

77

64

45,4

32

2

27

18

9

33,3

34

9

132

80

52

39,4

46

2

21

12

9

42,9

48

1

12

8

4

33,3

65

2

26

15

11

42,3

66

4

52

27

25

48,1

81

3

41

26

15

36,6

82

2

25

14

11

44,0

Occitanie

49

651

376

275

42,2

Sources : Ministère de l’Intérieur, mai 2017