statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 mars 2016

Une grande mesures pour les jeunes et la précarité

"En 2 mois 100000 contrats signés en dispositif " (François Hollande).

C'est mieux en le disant !

rt-1594c033a0dce224447adbc6b5686c5c1cbd4034.jpg

 

 

19 mars 2016

Mieux en le disant...

Il y a près de quatre ans, François Hollande a été élu Président de la République en promettant le redressement du pays dans la justice et en donnant la priorité à la jeunesse.

Dans une chronique politique à remarquer (Le Monde daté du vendredi 14 mars), car ce n’est pas courant de sa part, la journaliste Françoise Fressoz, analyse que « les jeunes Français ont nettement moins souffert du chômage que leurs voisins espagnols, italiens ou grecs ». Elle attribue à François Hollande de n’avoir pas « abandonné » la catégorie de ceux « qui rament » comparés « aux diplômés du supérieur (qui) s’en sortent beaucoup mieux que les autres » et ceux qui parviennent « à s’insérer sans trop de difficulté sur le marché national ».

Ainsi, dans sa dernière lettre d’information, l’Association Répondre a Gauche présidée par Stéphane Le Foll  estime que les engagements pris par le candidat François Hollande en 2012 à l’égard de la jeunesse ont été tenus.

Et rappelle les résultats obtenus :

  • la création de 60.000 emplois dans l’Education nationale durant le quinquennat
  • la création de 275.000 places d’accueil pour la petite enfance
  • la création de 150.000 emplois d’avenir
  • l’instauration de la caution locative étudiante qui permet aux étudiants de louer un logement en bénéficiant de la garantie de l’Etat
  • l’instauration de la garantie jeunes (une garantie de revenus de 464€ par mois pour les jeunes de moins de 26 ans sans emploi ni qualification qui s’engagent à suivre une formation ou des stages) qui, fin 2016, aura bénéficié à 100.000 jeunes .

C’est mieux semble-t-il en le disant.

1326440lpw-1326451-article-jpg_2868094_652x284.jpgD’autant plus que dans la chute de son article, Françoise Fressoz affirme et s’interroge : «  François Hollande peut se targuer de n’ avoir pas oublié la jeunesse dont il avait fait la priorité de son quinquennat ; mais qui le sait ? ». Et regrette que « Le propre de ce président est de faire sans le dire, de négliger la publicité… ».

11 mars 2016

Le meilleur

 

DSC_0451.JPG

Photo 1 : remise du Prix de l'égalité dans le Hall de l'Hôtel de ville de Colomiers (31). Au centre Karine Traval-Michelet, maire.

Je vous l’avez annoncé, voici (après « Le pire » à Montpellier –voir billet du même auteur ci –après), voici le meilleur de la Journée internationale des droits des femmes, au du moins ce que j’en ai retenu pour la grande Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

 Le meilleur, c’était, lundi 7 à Colomiers (40 000 habitants), la deuxième ville de la Haute-Garonne, dirigée de main de maître par l'une de ces femmes d’exception de la génération des quadragénaires, Mme Karine Trabal-Michelet. Alors, le 8 mars à Colomiers, c’est vrai c’était le 7, mais c’était tambour battant,  et sur le thème de l’emploi, et toute la journée : visites de terrain à la rencontre des chefs d’entreprise et des salari-é-s ; vernissage de l’exposition « Tous les métiers sont mixtes » de l’Association « Femmes d’ici et d’ailleurs » et lancement de la première édition du prix d’égalité de la ville de Colomiers. Trois entreprises ont été primées, elles ont reçu, de Madame la Maire, la Colombe emblématique …Colomiers Journée du 7 mars 2016 Compte rendu.pdf

Et Karine Traval –Michelet, de marteler dans un discours engagé, les raisons qui ont fait que les femmes ont pendant plus de 150 été exclues de la res publica, n’hésitant pas à reprendre à son compte Robert Badinter  pointant du doigt la «  domination masculine qui a façonné un droit » que seuls des hommes ont écrit … pour les hommes et qu'ils ont imposé aux les femmes. Discours Mme le Maire 8 mars vernissage expo 07032016 V1.docx  (Photo 1)

Le meilleur, c’était aussi le rassemblement à l’initiative de la nouvelle Présidente Carole Delga, à l’Hôtel de Région à Toulouse, d'un large panel de  femmes issues de partout de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, sous la bannière, « Elles sont le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ». (Photo 2).

12821489_1597998510475278_8189507212683827111_n.jpg

Photo 2 : 500 personnes à l'Hôtel de Région à Toulouse autour de la Présidente Carole Delga.

D’entrée de jeu, Carole Delga a planté le décor : « Ce 8 mars est l’un des plus beaux et des plus émouvant que j’ai vécu ». Et c’est vrai, l’émotion perçait de partout dans la salle :les femmes « n’inaugurent » pas une Présidente de région tous les jours… cela faisait plus de 40 ans qu'elles  l’attendaient…. Mais ajoutait la Présidente, « Vous êtes plus de 500 à avoir répondu à notre invitation, c’est grâce à vous tous, à votre présence, à votre mobilisation que celle journée est une réussite ». (Photo 3)

10337727_1597998573808605_5647639832352715655_n.jpg

 Photo 3 : Les intervenant-e-s des Tables rondes. En rouge et veste noire courte, la Présidente Delga.

 

08 mars 2016

Le pire

Comme chaque année, la Journée internationale des femmes du 8 mars (qui revient, rituellement comme un « marronnier » puisque les inégalités entre les femmes et les hommes ont la vie dure) nous offre le pire et le meilleur.

Le pire revient le 7 mars au Maire de Montpellier.

Il a, à l’occasion du renouvellement de la Présidence du Conseil d’administration de Montpellier Events (une société qui gère 4 équipements métropolitains de congrès et de conférences), écarté de la Présidence une femme reconnue pour ses grandes compétences dans le secteur économique, Mme Marie-Thérèse Mercier, conseillère régionale, pour rafler le poste à son profit.

Celui qui, avant de bondir sur la Présidence de Montpellier Métropole aussitôt élu, avait pendant la campagne des élections municipales de 2014, assuré ses électeurs qu’il serait « Maire de Montpellier à plein temps et uniquement cela », vient non seulement de se parjurer pour la deuxième fois en deux ans, de rompre un accord vieux de plusieurs années (qui faisait que du temps de Frêche, de Bourquin et d’Alary la Présidence de Montpellier Events revenait naturellement à la Région), tout en s’accorder la liberté de bafouer l’exécutif de la grande Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, emmené pour la première fois dans son histoire, par une autre femme Mme Carole Delga (Photo).

Carole-Delga-jeune-deputee-deja-ministre_article_main.jpg

Gageons que les Montpelliéraines et les Montpelliérains n’auront pas à en souffrir ; la Société Montpellier Events semblant présenter quelques fragilités financières aujourd'hui …

Le meilleur est à venir.

 

 

07 mars 2016

Analyse...

Pour la Journée internationale des droits des femmes, le Président de la République, François Hollande, a accordé un entretien exceptionnel au Magazine Elle, livrant à trois journalistes ses combats, ses désirs, sa vision de la place des femmes dans la société et dans la vie. Et selon le Journal du Dimanche du 6 mars, « la Président s’est montré sympathique, plutôt loquace et concentré ».

1326440lpw-1326451-article-jpg_2868094_652x284.jpgFrançois Hollande, je puis en témoigner a beaucoup réfléchi à ces questions.

En nomment Laurence Rossignol à la tête du nouveau ministère dédié, il savait qu’il ouvrait la porte du Gouvernement à une véritable féministe engagée avec conviction et courage depuis longtemps. Et c’est bien Laurence Rossignol qui a proposé à François Hollande alors Premier secrétaire du Parti socialiste, la formule « Etre socialiste, c’est être féministe » lorsqu’il a voulu définir il y a une dizaine d’année ce que signifiait être « être socialiste ». Nous étions alors parti de l’idée exprimée en son temps par Léon Blum « Etre socialiste, c’est vouloir l’égalité », pour assoir le principe qu’être socialiste, c’était aussi vouloir l’égalité entre les femmes et les hommes. Et que par conséquent, il allait se soit qu’être être socialiste c’était être féministe. Et c’est vrai que cela ne s’était pas fait tout seul ! Seul l’engagement et le soutien sans faille de François Hollande avait permis d’arriver à nos fin, et si le principe, pourquoi ne pas l’avouer est quelque fois encore écorné au PS, il demeure inscrit dans le marbre de ses statuts, et valide bien l’idée d’un Président de la République « féministe, et toujours socialiste ».

Sinon comment aurait-il pu être sensible à la détresse des milliers de femmes battues, incarnées il y a quelques semaines par le drame de Mme Jacqueline Sauvage, qu’il a partiellement graciée de sa peine pour avoir assassiné un époux dont elle ses filles subissaient les violences depuis plus de 40 ans ? Le Président de la République s’interroge aujourd’hui sur le silence criminel « des entourages, des administrations (qui savaient) mais préféraient taire des signalements pour éviter de briser un couple, pour préserver l’avenir des enfants, ou pour ne pas s’immiscer dans le choix d’une femme… ». Et, tranche-il, « ces silences ne sont pas tolérables ! »

2015-09-24 15.50.22.jpgSinon, pourquoi, au cours de la rencontre organisée à l’Elysée le 8 mars 2015 par Marisol Touraine, aurait –il bouleversé un protocole bien huilé (et dès lors quelque peu désorienté), pour tendre délibérément pendant trois quart d’heures son propre micro à cette centaine de femmes qui étaient venues de tous les territoires, invitées à parler … de leur réussite ? Pour les écouter. Pour apprendre peut-être ce qu’on ne lui avait pas dit ? Que toutes « avaient vécu le harcèlement », que certaines « craignaient de prendre le métro, le RER ». Que d’autres « évoquaient la souffrance qui consistait à subir des propositions déplacées, qui sont autant d’insultes ». Un plan d’action contre ce fléau a été ordonné. Il est désormais prêt.

277383782.jpgEt pourquoi quelques esprits chagrins n’accorderait-ils pas le bénéfice du doute au Président de la République au chapitre du partage des tâches dans la famille ?

Un temps, François Hollande et Ségolène Royal, la mère de leurs quatre enfants, habitaient rue de Rennes à Paris. Alors si vous aviez voulu le rencontrer, je vous aurais conseillé de vous promener dans le quartier. Vous l’auriez, sans coup férir croisé, certainement au Monoprix voisin faisant ses courses, ou remorquant dans la rue l’un ou l’autre de ses enfant….