statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 décembre 2010

Femmes d'Exception en Languedoc Roussillon

            On peut regretter, et d’ailleurs l’auteur le souligne d’emblée que les premières femmes de notre Région élues à la Représentation nationale, c'est-à-dire en démocratie au cœur du pouvoir politique transformateur, ne figurent pas dans ce « Femmes d’Exception en Languedoc Roussillon » publié par Hubert Delobette aux Editions Le Papillon rouge en octobre 2010*. L’auteur lui-même semble faire amende honorable, citant dans son avant-propos « Gilberte Rocca, gardoise et première députée du Languedoc Roussillon » qui aurait pu mériter de « figurer dans cette galerie de portraits ».

Mais le parti pris est ailleurs.

 Et si « l’hommage au courage » qu’il choisit de rendre à une vingtaine de  Languedociennes, prend le risque de flirter quelquefois avec la petite histoire, le mérite revient à Mr Delobette de sortir des oubliettes des personnalités parmi lesquelles mes préférences vont à Madeleine Brès (première femme médecin en France, elle vient de Bouillargues dans le Gard) ainsi qu’à à Elisabeth Eidenbenz, institutrice née en Suisse qui s’établit dans les Pyrénées Orientales pour aider, après « la défaite des républicains espagnols  »  ceux massivement parqués dans des camps « improvisés à Saint Cyprien, Argeles sur Mer, Le Barcarès, Arles sur Tech, Prats de Mollo, avant d’accueillir de toute l’Europe des victimes fuyant plus tard les persécutions nazies ».

            L’ouvrage de Hubert Delobette ne manque pas d’ interpeller  les politiques dans le sens où les femmes sont généralement oubliées lorsqu’il s’agit de donner un nom par exemple à de nouveaux lycées. Par l’intermédiaire de plusieurs de ses portraits, Hubert Delobette met à mal ce déficit de féminisation généralement évacué  par de péremptoires « impossible, il n’y en a pas » !  

            Je ne peux que conseiller à ces responsables de se procurer cet ouvrage pour mieux se documenter et à Hubert Delobette de parachever son travail par un deuxième tome consacré aux députées et sénatrices du Languedoc Roussillon. Qu’il n’ait crainte ce n’est pas un Bottin que je souhaite lui voir réaliser : depuis 66 ans que les femmes sont électrices et éligibles, seules 14  d’entre elles y ont été amenées  à représenter. Dont 9 à l’Asemblée nationale et 5 au Sénat. Pour combien d’hommes ? Nous dirions en tout près de 300[1].

 

* Femmes d’Exception en Languedoc Roussillon. Hubert Delobette. Editions Le Papillon Rouge, octobre 2010, 288 pages, 19,90 euros.

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] In «  Les femmes sur la scène politique régionale. Radiographie de la parité en Languedoc Roussillon » - Rapport de l’Assemblée des femmes- Observatoire régional de la parité du Languedoc Roussillon , doc 87 pages, juillet 2009,

et  « Etre femme en politique au lendemain de la Deuxième guerre mondiales. Madeileine Laissac, première femme députée de l’Hérault » - Mémoire de l’Assemblée des femmes, Observatoire régional de la parité du Languedoc Roussillon, doc 40 pages, février 2002.

12:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

23 décembre 2010

Devoirs de vacances

Dans un des nombreux mails dont le PS continue à m’abonder, la Direction nationale me recommande « Trois choses à faire avant la fin de l’année » :

-         faire un gentil dessin pour ses dirigeants, en participant à la réalisation « ensemble de la carte de vœux 2011 »,

-         battre campagne pour faire voter pour le candidat(e) qu’ils ont déjà choisi pour les primaires, ou comme ils le disent « pour l’inscription sur les listes électorales »

-         et enfin, leur distribuer mes sous, en pensant « à la boutique du PS » pour mes cadeaux.

Comme on apprend pas aux vieux « sages » (singes ?) à faire des grimaces, je me dis que le potentat qui compose la Tutelle sous laquelle Martine Aubry continue à maintenir le département de l’Hérault pour cause de « frêchisme » aux élections régionales du début de l’année, ne doit pas savoir exactement où il en est. Car on ne peut perpétuellement assener des leçons de tenue de fichier et ignorer que je figure parmi les 17 héraultais qui n’ont pas été réintégrés.

            On ne peut aussi vouloir tout et son contraire. C’est pour cela que je ne ferai ni le dessin, ni la campagne, ni offrirai des cadeaux siglés PS. Non pas parce que je boude. Mais parce que je ne puis créditer de mes faveurs ces potentats au comportement «illégitime,  immoral, indigne » (Philippe Saurel*) et inutiles vu ce qu’ils font.

 

* Maire adjoint de Montpellier, conseiller général in Midi-Libre, 21 décembre 2010.

 

08:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

17 décembre 2010

La Rose

Les droits des femmes en économie avaient été pourtant affirmés bien avant la parité en politique (2000). Leur éligibilité dans les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) date de 1924 quand les femmes n’ont obtenu le droit de vote en France qu’après de hautes luttes au lendemain de la Résistance (1944).

Pourtant ce n’est qu’en 1980 que la CCI de Montpellier a élu sa première Vice-présidente, Mme Olga Bernabé. Pourrait-on dire en cela que cette pionnière a ouvert la voie à Mme Gabrielle Deloncle dont la liste vient de sortir victorieuse des nouvelles élections ?

La longueur du chemin parcouru depuis 1924  par deux femmes pour se hisser au plus haut niveau du pouvoir économique montpelliérain n’a d’égale que les montagnes de roses qui n’ont certainement pas tapissé leur parcours. Mais à y regarder de plus près, les deux, la première est la fondatrice de l’Association des femmes chefs chef d’entreprise (FCE), la seconde des Femmes de décision et d’action (FDA), partagent une sacrée dose de courage et de détermination.

Bref, Madame Deloncle est la première présidente d’une Chambre de Commerce et d’Industrie du Languedoc Roussillon ; sa liste présentait la particularité régionale d’être la plus féminisée. Ce qui m’autorise à conclure que les femmes font gagner et pas perdre comme l’accréditent certains de nos responsables quant ils faut les écarter d’investitures par ailleurs très convoitées.

Tenez, prenez du côté de la Rose, les élections cantonales.

La Direction du Parti socialiste qui, dans l’Hérault a retiré l’investiture à une femme que les militants avaient élue pour porter leurs couleurs dans leur canton, a dealé avec les Verts le retrait de deux  de ses candidats  pour protéger dans leurs cantons le devenir de deux « poids lourds », sortants du Conseil général. En échange, et, au motif, notamment de la préservation de la parité, deux femmes vertes devront se coller à la tâche aux Matelles et à Mauguio, où il est clair que la Rose ne leur fera pas de cadeaux.

Non seulement, la Direction du PS prend les femmes pour des Mimi (la femme de Mickey) mais sa patronne montre une fois de plus qu’elle se contrefiche de la parité. Dans le meilleur des cas, le Conseil général de l’Hérault continuera a afficher le pourcentage le plus bas de conseillères générales dans son assemblée, mais battra le record du nombre de suppléantes qui attendront pendant trois ans sur leur banc de touche que leur titulaire passe de vie à trépas. En espérant que d’ici là, la Rose ne dépérisse pas.

 

09:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

07 décembre 2010

Force et courage

« Force et courage », c'est Christian Bourquin, le nouveau président de Région Languedoc Roussillon qui le dit sur son blog http://blog66.blogs.com, à propos de son renvoi en correctionnelle pour un délit présumé de « favoritisme » dans le choix d'un prestataire pour la communication du Département des Pyrénées-Orientales. Les faits incriminés datent de 11 ans !

            De manière concomitante, Robert Navarro, son nouveau premier vice-président, le « vice-roi » a écrit la presse,  se voit reprocher par le Parti socialiste d'avoir mené avec l'argent des cartes, une folle vie de nabab aux frais des militants.

            Dernier élément, on annonce ces jours-ci le licenciement par la Direction nationale du Parti socialiste, d'une salariée de la Fédération de l'Hérault, dont le crime principal est d'être dans la vie privée l'épouse du dit Robert Navarro. (Voir, "Le mari de la femme du sénateur", 30 novembre 2010).

            L'aveu vient de Montebourg ce matin (Midi-Libre, 7 décembre 2010). Car s'il y avait un doute sur l'origine de la déferlante tombée ces jours -ci sur le plus haut niveau de l'exécutif régional, le député Montebourg/président de conseil général, blanc héraut du mandat parlementaire unique, assène charge et morale : « le rôle d'un parti c'est de sélectionner ses dirigeants ».

            Peut-être ! Et « avec force et courage » ? Exception faite bien entendu pour la Première d'entre eux.

 

10:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

03 décembre 2010

La parité à l'Hôtel de Région (Revue de presse)

La présentation du Rapport " La parité dans la sphère économique"  à l'Hôtel de Région à Montpellier (22 novembre 2010) vue par la presse régionale.

CCI Languedoc Roussillon nov 2010 Revue presse.pdf

06:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)