statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 juin 2011

Assignation à résidence

Ce n’est ni du FMI, ni de New-York que je veux vous parler, mais plus modestement, du Parti socialiste et de Montpellier.

            Je m’explique.

            On se souviendra de la décision de Martine Aubry. D’abord, d’exclure de la formation qu’elle dirige les 58 candidats et candidates qui avaient accepté de figurer sur la liste des élections régionales conduite par Georges Frêche l’année dernière ;  ensuite, de décréter la mise sous tutelle de la Fédération socialiste de l’Hérault. Il est vrai, qu’au dernier Congrès de Reims,  la Première secrétaire candidate aujourd’hui à l’investiture pour la présidentielle de 2012, l’avait emporté d’une (très) courte tête, après quelques « ajustements » de certains résultats, notamment dans son département du Nord.

            On se souviendra aussi de la mise au pilori du Sénateur Robert Navarro qui a suivi. Premier secrétaire de la puissante Fédération socialiste de l’Hérault, ce dernier au Congrès avait eu l’outrecuidance de faire un autre choix que celui de Martine Aubry.

            En toute camaraderie. L’insolence d’une Section socialiste de près de 300 militants dirigée par une proche de Robert Navaroo  (300 militants à Montpellier, je précise, pas à Puisserguier ou a  Saint-Chinian) ajoutée à cette outrecuidance à fait le reste.

            Il reste que la candidate à l’élection primaire qui proclame ouverture et rassemblement s’en prend aujourd’hui à Mimi  la Rose en la jetant à la rue.

            Bref, la maison mère détruite, la Section Navarro dissoute,  Mimi la Rose elle existe, pour de vrai, elle a d’ailleurs été « figurante », non, je veux dire suppléante aux élections cantonales, vient d’être d’emblée placée en orphelinat ; bref dans la section de son domicile.  Et sans discussion du fait de l’exécutant tutélaire, Alain Fontanel, ami comme vous l’avez compris de Martine Aubry.

            Avec ordre d’y résider sous surveillance pendant deux ans.

            Mimi la Rose est triste. Il paraît que justement l’orphelinat  n’est pas des plus roses.

            Quant à Martine, elle versera certainement une larme, pendant qu’Aubry, forte du discours de rassemblement et d’ouverture qui sied à sa candidature du PS, un œil sur le fichier, un autre sur le comptage de ceux (et celles) dont elle n’a pas les faveurs, s’empressera de tenter de les détruire. Avec le Parti. Et l’espoir des français de se débarrasser de Nicolas Sarkozy.

12:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

19 juin 2011

L'Indépendant

AssembléeDesFemmes_REGION_logo 1.jpgSous la plume de Estelle Devic, l'Indépendant du 11 juin 2011 L'Indépendant sexisme 11 06 2011.pdf souligne les bons chiffres du Département des Pyrénées-Orientales publiés par l'Observatoire régional de la parité du Languedoc Roussillon que la journaliste n'oublie pas de citer.

Un geste professionnel et élégant qu'une femme préfet d'un département voisin n'avait pas eu dans des circonstances quasi similaires. Et qui appelle une réfléxion sur la neutralité de l'Etat.

09:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

05 avril 2011

Mettre la France en avant

François Hollande a annoncé le 31 mars à Tulle qu’il avait décidé « de présenter sa candidature à l’élections présidentielle à travers la primaire du Parti socialiste », conformément à l’engagement qu’il avait pris, liant l’annonce de sa candidature à la confiance que lui accorderaient les électeurs de Corrèze.

Le premier sondage réalisé par l’IFOP après cette annonce indique une progression de François Hollande  de 7 points auprès des sympathisants de gauche et de 10 points auprès des sympathisants du PS se plaçant à présent en seconde position derrière DSK et avant Martine Aubry.

Désormais, « il n’y a plus de temps à perdre ; il y a urgence ; il faut qu’il y ait des idées et une incarnation du changement ».

Contact : Association Répondre à Gauche - 185 rue Lecourbe - 75015 Paris

                 contact@repondreagauche.fr

08:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

14 mars 2011

Comme si de rien n'était

Une amie audoise, appelons la Colette me transmets cet article de l'Indépendant Article Indep 001.jpg,  avec ce commentaire à l'appui " Le vent souffle fort, mais nous n'avons pas la tempête prévue et heureusement" !

Si le commentaire de Colette  n'avait simplement concerné que la météo du 12 mars, je me serais dit que somme toute c'était bien vu.

 Car la possibilité accordée désormais au patron des socialistes audois, exclu pour cause de "fréchisme" (?) aux dernières élections élections régionales, de siéger à nouveau "comme si de rien n'était" au Bureau national du PS, si elle fait souffler fort le vent de la division, la tempête viendra peut-être plus tard.

Il reste à connaître les limites de ce que peut admettre la majorité régionale. Car à y regarder de plus prês pourquoi  les (toujours) exclus héraultais seraient plus sombres que leurs voisins audois?

Christian Bourquin, le Président du Conseil régional  l'a affirmé. Il sera le "dernier" à réintégrer. Condition sine qua non d'une valeur socialiste qui s'appelle la solidarité.

  

 

08:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

07 mars 2011

Les chiffres (cruels) de Mme Brunel

Ce sont ceux, incontestables, de l’Observatoire de la parité entre les hommes et les femmes, Service du Premier ministre à Paris, communiqués vendredi 4 mars par sa Rapporteure générale, Chantal Brunel, députée (UMP) de Seine et Marne.  Elle  constate « une faible progression de femmes candidates pour ces élections cantonales »  (21,5% en 2004, 20, 9% en 2008 et 23, 2% en 2011), et commente « à cette allure, le chemin vers la parité est encore long ».

            Plus encore, certainement q'elle ne pourrait croire.

            Car à y regarder de plus près,  OPFH_candidatures_cantonales_2011.pdf , parmi les formations politiques qui ont le plus de chance d’obtenir des élu(e)s, le Parti socialiste, il détient aujourd’hui plus de la moitié des Conseils généraux en France,  présente moins de candidates au  scrutin des 20 et 27 mars qu’en 2008 : 350 candidates contre 340 ,soit une régression de 0, 7%.

            Les présidents des Conseils généraux en France me feront certainement observer que ce n’est pas dramatique.

            Sauf qu’on progresse de 3,2% dans le camp d’en face (211 candidates aujourd’hui contre 184 en 2008), et que même si l’UMP présente encore  moins de femmes  que le  PS, ce n’est pas  M. Copé mais Mme Aubry qui s’est engagée l'année dernière devant ses troupes à « rénover » la politique,  sur les bases du respect (« absolu ! ») des principes de parité hommes-femmes et de non cumul des mandats.

            Mon statut d’exclue es qualité de « 27e sur la liste de l’Hérault »[1] aux élections régionales de mars 2010, me donne l’opportunité d’exprimer aux tenants de la « rénovation »,  l’état d’esprit qui règne à la direction du Parti socialiste.  Et en toute liberté !

           



[1] Christian Bourquin, Président du Conseil régional Languedoc Roussillon – Béziers, le 22 février 2011. Meeting au Centro Espagnol.

11:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)