statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 mai 2016

« Avançons sans regret, sans calcul, sans répit. La récompense ne sera pas dans l'Histoire, elle sera dans l'avenir ».

ed8b9ad74b1c66a9372efe08944e7470badc53a4.jpg

Hier à Paris, 80 ans après l'avènement du Front Populaire de Léon Blum le 3 mai 1936, le Président de la République, François Hollande clôturait au Théâtre du Rond-Point par un discours très travaillé,  le Colloque " La Gauche et le Pouvoir", organisé à l'initiative de la Fondation Jean Jaurès, de Terra Nova et la Fondation européenne d'Etudes progressistes ;  35 ans après la victoire de François Mitterrand en 1981, 20 ou presque après le succès de Lionel Jospin aux législatives de 1997, et 4 ans après sa propre élection en 2012.

C'est jamais la Gauche qui a été appelée a la direction du pays sans que lui même n'ait été saisi de grandes difficultés intérieures ou extérieures, ou même les deux.

La Gauche, a expliqué François Hollande, " n'a jamais accédé au pouvoir par une mer de tranquillités, sous un ciel de sérénité et par temps calme, et c'est parce que la Nation vit des épreuves qu'elle y arrive, la Gauche au pouvoir. C'est parce que face aux épreuves les autres n'y arrivent pas, qu'elle y parvient'.

Et quand il regarde l'histoire, le Président de la République dresse sans appel le constat. C'est dans une France plongée dans une grave crise économique, dans une Europe déjà à feu et à sang que se constitue le Front populaire. Si en 1981, la France choisit l'alternance en portant François Mitterrand à la Présidence de la République, c'est parce qu'elle est profondément marquée, bousculée même par deux chocs pétroliers qui ont dégradé la balance commerciale, provoqué une montée du chômage et porté l'inflation à plus de 15%.

Plus près de nous, François Hollande conserve à l'esprit la situation économique et budgétaire de 1997, avec un déficit très loin du seuil requis pour être au rendez-vous de la monnaie unique. C'est ainsi que la Gauche (le Gouvernement ayant élaboré un plan d'austérité et suggéré au Président de la République de l'époque de dissoudre l'Assemblée nationale) "autour de Lionel Jospin est arrivée au pouvoir". Et 5 ans plus tard son Gouvernement avait réussi à introduire l'euro "dans les conditions qui avaient été exigées, selon l'agenda voulu et sans l'austérité prévue". 

Ainsi, conclut sur ce chapitre François Hollande, "ce n'est jamais parce que la Gauche est au pouvoir que c'est difficile, c'est parce que c'est difficile que la Gauche est au pouvoir".

Alors, convoquant Léon Blum, il démontre. Léon Blum, dit-il "savait, connaissait le prix de l'exercice du pouvoir, longtemps il avait essayé d'en dissuader, y compris ses propres amis mais il savait qu' arrive un moment où l'exercice lucide et courageux du pouvoir s'impose".

Ainsi, Blum, 10 mai 1936 déclare : " Je ne viens pas ici en vous disant : éloignez moi de ce calice, je n'ai pas voulu cela, je n'ai pas demandé cela" au sujet du pouvoir. "Si, si, j'ai demandé cela" pour gouverner la France.

Un souffle d'émotion traverse alors la salle, passe  parmi nous, avant que François Hollande poursuive par la continuité de l'Histoire de la Gauche du Gouvernement : ne pas fuir devant l'adversité, ne pas céder devant elle, ne pas craindre le procès, "le même inscrit toujours par les mêmes", "celui de la compromission avec un système qu'il faudrait toujours dénoncer pour ne pas avoir à le changer".

(...) Au pouvoir, "je vous en fait la confession, il n'y a pas plus de calice que de délices"...

Les "délices " hier étaient au Théâtres du Rond-Point, comble de ses amis rassemblés avec sérénité et confiance autour de leur Président. Ils, elles savent comme lui "qu'il faut avancer sans regret, sans calcul, sans répit". Et que la récompense " ne sera pas dans l'Histoire, elle sera dans l'avenir".

 

 

 

Les commentaires sont fermés.