statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 janvier 2016

La PrésidentE

carole-delga-a-ete-elue-sans-surprise_1731731_667x333.jpg

Si plus de 100 journalistes se pressaient hier matin à l’Hôtel de Région à Toulouse, pas un n’a trouvé utile de préciser que peu après l’heure de midi ce 4 janvier 2015, un tremblement de terre venait de secouer la nouvelle Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, emportant d’un seul souffle, bref, immense, les poussières de tant d'années de préjugés. Le nouveau Conseil régional Languedoc Roussillon Midi-Pyrénées venait d’élire à sa Présidence une femme Carole Delga.

C’est plus une Révolution qu’un tremblement de terre qui nous a secoué, tant la chose, ici, est d’importance, tant le moment est historique : depuis l’élection des premières Assemblées régionales en avril 1974, jamais une femme n’avait accédé à cette fonction suprême, pas plus à Toulouse qu’à Montpellier ; y penser même en ces temps-là aurait relevé du ridicule, voire de de l’incongruité.

Mais en l’espace d’un an, soudain, les vents ont tournés. Ils sont, de contraires devenus favorables, tant Carole Delga en moins de onze mois a réussi deux énormes prouesses : celle d’obtenir (en février 2015) une investiture pour conduire le challenge des élections régionales au cœur d’un grand parti susceptible de l’emporter, le Parti socialiste ; celle d’arracher la victoire au Front national pour avoir su, avec compétence, intelligence, efficacité et efficience, créer les conditions politiques du rassemblement de la gauche, une affaire pourtant estimée en son temps  « bien compliquée… pour une femme … », pensez donc !!!!

Alors hier, pressés dans la tribune des invités personnels, aux côtés de Brigitte et Martin Malvy, nous étions, après le vote des conseillers, à l’instant du décompte des voix, quelques-uns à dénombrer, le cœur un peu battant, mentalement, méthodiquement et en silence, le défilé des bulletins « Carole Delga », jusqu’à l’instant suprême où la majorité absolue a été atteinte.

Alors, nous avons su qu’une Présidente était née ! Alors, lentement, calmement, elle s’est levée de son banc, sa frêle silhouette dressée vers le ciel et j’ai vu dans ses mains ouvertes toute la gloire d’une femme offerte au tonnerre des applaudissements. Nous étions tous, toutes, debout… galvanisés par les bravos, longtemps, longtemps, jusqu’à laisser place, doucement, à l’émotion et à la fierté.

Au nom de toutes les femmes !

 

 

Les commentaires sont fermés.