statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 janvier 2015

Bernard Poignant à Démocratie 2012 -Béziers le 28 janvier 2015

D12 28 janvier BP.JPG

 

Mercredi 28 janvier  au  soir, à la Colonie Espagnole de Béziers, Bernard Poignant, chargé de mission (bénévole) du Président de la République, à l’invitation de Geneviève Tapié et Antonio Fulleda, fondateurs du Groupe Local de Démocratie 2012, présidé au niveau national par Jean-Marie Cambacérès, a animé un débat sur plusieurs sujets notamment le thème de la Réforme territoriale.

 

Photo Bernard Poignant salle 28 janvier IMG_9280.JPG

Devant une salle pleine, près de 150 personnes, il a, en premier lieu, souligné l’incontestable stature d’Homme d’État du Président de la République, révélée à la lumière des tragiques événements auxquels notre pays a dû faire face.

IMG_9293 bp gt 28 janvier.jpgIl a ensuite reconnu que, si l’exécutif n’avait sans doute pas assez fait état des difficultés du pays auprès de nos concitoyens à son arrivée au pouvoir, les réformes engagées, étaient les bonnes.

Ainsi, bien que nécessitant des efforts, la réduction de la dette du pays est un impératif si la France veut conserver sa pleine et entière souveraineté, et ne pas trop endetter les futures générations de citoyennes et de citoyens.

Enfin à propos de la question territoriale, il a rappelé que ce débat remontait à 1789 et qu’il n’avait cessé de continuer depuis lors. Face aux nombreuses questions ou critiques de la salle sur la taille des régions, les compétences de telle ou telle collectivité, la disparition des Conseils généraux etc…

Il a affiché sa préférence pour un partage des compétences en trois blocs : un bloc intercommunal axé sur les services proximité (état civil, garderies, écoles, études surveillées, bibliothèques municipales, soutien à la vie associative, distribution de l’eau potable, collecte des déchets ménagers, logement et urbanisme), un bloc départemental consacré à l’action sanitaire et sociale ainsi qu’au développement et au soutien à la ruralité, puis un bloc régional spécialisé dans les missions stratégiques et de préparation de l’avenir en coordination avec l’État et l’Europe.

Il fit ensuite une séance de dédicace de son livre ; « François Hollande, Président ».
Tous les participants se sont félicités de cette initiative de D12, et souhaitent qu’elle soit renouvelée.

Photo Bernard Poigant Tapie Fulleda 28 janvier 2015IMG_9277.JPG

29 janvier 2015

L'honneur des femmes

 

 

Carole Delga.png

 

Carole Delga, 43 ans, prétendante  à l’investiture du Parti socialiste pour conduire la liste de la nouvelle grande région qui rassemble 13 départements de Languedoc-Roussillon (5)  et de Midi-Pyrénées (8) sera dans l’Hérault pour se présenter aux militant-e-s socialistes lundi prochain 2 février, 19 heures, Salle de la Passerelle, rue de l’Occitanie, Parc Bocaud à Jacou ; on peut s’y rendre en tramway de Montpellier.

 

Pour la première fois depuis la création des régions au milieu des années 1970, une femme est candidate à cette investiture d’un grand parti. Si les lois sur la parité contraignent à la désignation de la moitié de candidates  sur les listes qui seront en compétition pour l’élection de l’Assemblée régionale à la fin de cette année, le contrat s’arrête à la porte de l’investiture des têtes de liste.

 

La balle est donc dans le camp aujourd’hui des adhérent-e-s du PS des 13 départements.

 

A l’occasion des élections de 2004 – j’étais déléguée nationale auprès de lui chargée de la parité-, François Hollande, Premier secrétaire du Parti socialiste avait franchi un premier pas en imposant la règle de 30% de femmes chefs de file dans toutes les régions. Il me semble juste, que dix ans plus tard, il est temps d’aller plus loin afin de confier « à l’autre moitié de la terre », la part de responsabilité qui lui revient dans le partage du pouvoir.

 

Alors, j’en appelle à toutes les femmes. A tous les hommes de progrès convaincus comme François Hollande déjà en 2004, qu’il faut faire avancer leurs droits politiques.

 

Il faut porter la « Soldate Delga » à la tête de  notre nouvelle grande région ; l’histoire commence le 5 février au PS par le vote à la désignation.

 

Il faut que les socialistes par un soutien massif à Carole Delga coupent d’emblée l’herbe sous les pieds aux procès en incompétence que seraient tentés de lui faire quelques coqs et sur lesquels je me suis déjà exprimée sur ce blog.

 

Carole Delga est loin de la  « poulette » dont ils pourraient rêver ; élue maire (2 fois), élue vice-présidente du Conseil régional de Midi-Pyrénées, élue députée, elle siège comme Secrétaire d’Etat au sein du Gouvernement de la République française.

 

C’est aussi l’honneur des  femmes sur lequel on ne peut transiger.

 

25 janvier 2015

La réforme territoriale en débat : Bernard Poignant, Chargé de mission du Président de la république invité du Club Démocratie 2012, le 28 janvier 2015 à Béziers (Colonie espagnole, 19 heures)

 

Photo Bernard Poignant.jpg

 Photo 1 : Bernard Poignant avec le Président de la République François Hollande

Vous êtes chaleureusement invité-e-s à la réunion débat au cours de laquelle Bernard Poignant, Chargé de mission du  Président de la République, (maire  honoraire de Quimper) s’exprimera sur « La réforme territoriale », le Mercredi 28 janvier 2015 à la Colonie espagnole de Béziers (19 heures).

 Cet évènement, auquel nous serions très heureux de vous accueillir, s’inscrit dans les activités du Club  de réflexion politique Démocratie 2012 ,http://democratie2012.fr   - présidé par Jean-Marie Cambacérès (ancien député),  créé à Béziers en février 2012 pour soutenir la candidature de François Hollande.

Photo 2 :  Bernard Poignant à gauche de  Jean-Marie Cambacérès; assis, Dominique Villemot, Président d'Honneur de Démocratie 2012, Paris, 11 septembre 2014 

p1070401.jpg

 Une invitation est jointe Invitation 28 janvier 2015.pdf

 Inscriptions et participation de 6 euros (apéritif « tapas » compris))

emc.tapie.genevieve@wanadoo.fr

abp2020@orange.fr

 

20 janvier 2015

Le mépris

Vu dans le quotidien régional de référence  Midi-Libre, ce matin.

Le maire de Montpellier, socialiste exclu du PS pour fait de dissidence aux élections municipales de l’année dernière ne connaît pas Carole Delga, Secrétaire d’Etat chargée du Commerce et de l’Artisanat.

Il est vrai qu’elle ambitionne d’être la tête de liste socialiste aux prochaines élections régionales et par là même en cas de succès la future (et première femme) présidente de la nouvelle grande région.

A se demander ce qui contrarie le plus le maire de Montpellier. Si comme lui, Carole Delga était maire (de Martes-Tolosane dans la Haute –Garonne), avant d’entrer au Gouvernement, elle avait par contre été élue députée de ce département en 2012, et Vice-présidente du Conseil Régional Midi-Pyrénées en 2010.

Alors, c’est bien dommage pour la nouvelle grande région, mais, il « ne sait pas qui c’est !».

Ou presque ?

13 janvier 2015

« Etat de grâce »

 

 

C’est le titre de l’éditorial de Jean-Pierre Lacan dans Midi-Libre de ce matin. http://midilibre.fr

 

« Ou sont donc passés ceux qui se gaussaient de lui ? 

              Ceux qui déclinaient à l’envi sur le thème de "flamby " , de "fraise des bois " ? Lundi le plus bel hommage qui lui a été rendu est venu de celui qui ne rêve que d’une chose : prendre sa revanche en 2017. « Il a fait ce qu’on attendait de lui » a dit Sarkozy de  Hollande. C’est minimaliste certes, et forcé aussi. Mais que pouvait-il déclarer d’autre ? 

              Le Président a fait le job pendant cette semaine de crise absolue, pendant ces quelques heures de  grande communication planétaire. Il a fait le job jusqu’à mettre coude à coude sur le pavé parisien 44 chefs d’Etat et de gouvernement. Présent sans être omniprésent, déterminé quand il a fallu engager le feu, les français ont vu un homme capable de compassion quand il étreignit longuement Patrick Pelloux éprouvé par la perte de ses amis. 

              François Hollande n’a pas eu beaucoup de moments exaltants pendant ses deux ans et demi de présidence. Il en aura tout de même vécu deux : ce dimanche et le 2 février 2013 lorsque le peuple de Tombouctou l’accueillit en héros. Deux moments rudement gagnés dans une lutte opiniâtre contre le jihadisme. Il le sait : l’Etat de grâce ne durera pas mais Hollande mérite-t-il de rester le Président le plus impopulaire de la Ve République ?  

 Jean-Pierre Lacan