statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mai 2014

Aux arènes

Si le Président de la République, François Hollande est venu hier, «chercher la lumière auprès de Soulages à Rodez » (Midi-Libre, 31 mai 2014), il a, filant la métaphore en inaugurant le Musée déclaré au peintre « … de ce noir-là, se dégage une lumière, celle de l’espérance ».Et c’est cette lumière qui déjà éclairait les arènes de Caissargues (Gard), où une femme, Christiane Habrard recevait samedi dernier, les insignes de Chevalier de l’Ordre national du Mérite qui lui avait été accordées.

Et au centre d’une cérémonie très républicaine, présidée par le Maire de Caissargues et le Président de l’Association gardoise des membres de l’Ordre, M. Pagès la famille s’était rassemblée  (photo 1)

 

Christiane Habrad 24 mai 2014.jpg

On reconnait sur la photo, le Sénateur Sutour en discussion avec la présidente de l’Association des maires du Gard, Pilar Chaleyssin (à ma droite, je suis de dos, en blanc) ; Alain Clary, ancien maire de Nîmes leur fait face les bras croisés ; plus loin,  en conversation avec Françoise Brunel (robe à pois) ,Alain Fabre- Pujol, ancien député avec, en arrière-plan, Françoise Dumas, députée du Gard qui étreint une dame vêtue de noir.

 

Les femmes aussi  (photo 2) étaient là !

Christiane Habrad 24 mai 2014 2.jpg

Autour de la députée Françoise Dumas (écharpe blanche), et de Christiane Habrard (robe rose), le « club » (sic) des femmes décorées ; de gauche à droite : Dominique Aulas (Lozère), Françoise Brunel (Gard), Odette Amanton (Hérault) –cheveux blancs-, nouvelles promues ; Pilar Chaleyssin, Maire d’Aubais et Présidente de l’Association des maires du Gard, ainsi que Roseline Boussac, Maire de Bonnevaux (Gard).

 

S’adressant à Christiane Habrad, le Président de la République François Hollande a tenu personnellement à lui dire : « Je salue votre courage et la sincérité de l’engagement citoyen que vous menez depuis de nombreuses années auprès des femmes en difficulté et des populations en situation de précarité ».[1]

CV Christiane Habrard discours 24 mai 2014.docx

 



[1] Courrier du Président de la République à Christiane Habrard du 9 décembre 2013.

 

 

 

22 mai 2014

Futur-e-s élu-e-s européen-ne-s :L’égalité femmes-hommes au cœur de votre engagement

Communiqué du Haut Conseil pour l'égalité entre les femmes et les hommes

 

Le 25 mai prochain seront élu-e-s les député-e-s qui siègeront au Parlement européen. Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) souhaite attirer l’attention des candidates et candidats aux élections européennes sur l’exigence d’égalité entre les femmes et les hommes au sein de l'UE, ainsi que sur la nécessité de réaffirmer les ambitions de l'Union en ce domaine.

Depuis le Traité de Rome, la Communauté économique européenne (CEE), puis l'UE n'ont eu de cesse de réaffirmer le principe d'égalité entre les femmes et les hommes. Celui-ci, conforté par les décisions de la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE), est à la source de directives pionnières en matière d'égalité et de lutte contre les discriminations fondées sur le sexe, et figure depuis 1997 dans les traités comme l'un des objectifs de l'UE. Cet objectif est décliné dans l'ensemble des champs de compétence et d'action des institutions communautaires, au titre de l'approche transversale de l'égalité.

Au travers de ces dispositions pionnières, l'UE contribue ainsi à l’adoption, dans ses Etats membres, de lois et politiques pour atteindre une égalité réelle et lutter contre les discriminations à l’encontre des femmes. Les lois françaises sur l’égalité professionnelle ou la lutte contre les discriminations sexistes portent ainsi la marque des directives européennes.

Toutefois, ces dernières années, faute de volontarisme, l'UE a cessé d'exercer ce rôle moteur.

Depuis le Traité de Lisbonne de 2007, les pouvoirs du Parlement européen ont été renforcés. Les député-e-s sont désormais de véritables co-législateurs au côté de la Commission européenne, et sont appelés à jouer un rôle important en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

Afin que l’Union européenne renoue avec son rôle moteur et unificateur en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes et des droits des femmes, le HCEfh invite l’ensemble des futur-e-s élu-e-s à porter à leur tour ce principe fondamental, cher à l’Europe mais aussi à la France, en inscrivant dans leurs engagements les recommandations de la « Plateforme pour une Europe des droits des femmes » :

Pour l’égalité dans les politiques de l’UE :

- L’attribution spécifique des compétences en matière de droits des femmes et d'égalité à un ou une Commissaire.
- La définition d’un pilier pour l’égalité dans la gouvernance économique de l’Union, qui conduise chaque année la Commission européenne à faire des recommandations sur la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes aux Etats membres.
- Le maintien et l’effectivité renforcée d’une approche transversale de l’égalité femmes-hommes dans toute la politique de l’UE via un plan d’action ambitieux.

Pour la parité dans les instances européennes :

- Le respect de l’exigence de parité au sein du collège des Commissaires.
- La définition de règles de parité pour les nominations à des postes clés au sein des institutions et organes de l’Union européenne, comme au sein de la Banque centrale européenne.

Dans le contexte actuel de crise, le respect du principe d’égalité entre les femmes et les hommes est une condition sine qua non de la réussite de politiques pour résorber les inégalités et contribuer ainsi au bien être de l’ensemble des citoyennes et citoyens européens.


Danielle BOUSQUET
Présidente du HCEfh

18 mai 2014

Criminel

Si j’avais dû avoir de la sympathie pour José Bové, c’est vrai, le personnage peut être attachant, l’article paru ce matin dans le Journal du Dimanche, «Cantat chante pour Bové », aurait tôt fait de doucher mes enthousiasmes : l’ex leader de Noir Désir a apporté hier son soutien à la tête de liste écolo aux européennes lors d’un meeting à Bordeaux.

            Il est vrai que l’ex leader de Noir Désir, Bertrand Cantat peut faire valoir une vraie expérience européenne : celle de la prison de Vilnius (Lituanie) où il a été incarcéré à la suite d’un crime de sang perpétré sur la personne de sa compagne, l’actrice Marie Trintignant, laissée morte sous ses coups.

            Je veux bien admettre le droit à la rémission et à l’oubli de ce criminel, mais il y a des limites. Et des principes sur lesquels je ne saurais transiger. Rien ne saurait justifier la violence d’un homme sur une femme ; rien ne saurait justifier la domination masculine qui y conduit.

            Et c’est en cela que José Bové est très décevant.

            Sous ses aspects bonhommes, sympa, son style, (regardez, je-suis-un-paysan-- je –ne- suis pas- comme- les –autres- je- parle- cash…), de fait il n’hésite pas pour glaner quelques voix à surfer comme une mouche attirée par le miel sur la « gloire » d’un chanteur plus noir encore que le peu d’estime qu’il mérite.

            En soutenant la modification du Traité Constitutionnel en 2012, José Bové s’était qualifié.

            Hier à Bordeaux, la mémoire  de Marie Trintignant  vient de le placer hors-jeu.  

           

13 mai 2014

Un projet politique

 

Je reçois ces temps-ci beaucoup de courrier des « Listes féministes pour l’Europe », une initiative d’hommes et de femmes qui ont décidés de présenter des listes aux élections européennes, et je reconnais sur la photo, elles figurent parmi les « leaders », plusieurs militantes,  féministes c’est indéniable, mais aussi connues pour les responsabilités importantes qu’elles ont par le passé ( très récent) exercées dans les partis. A  savoir, le Parti socialiste, le Front de gauche, le Parti communiste, le Parti Radical de Gauche PRG…

 

            Ces personnalités qui déclinent un programme pour les femmes sont trop aguerries pour ne pas savoir que pour peser à Bruxelles ou à Strasbourg, il vaut mieux siéger dans un Groupe politique représenté dans l’ensemble des Etats membres. Chacun sait qu’en dehors de cela il n’y a point de salut.

 

            Quand après les élections de 1979, Yvette Roudy, fraîchement élue sur la liste du Parti socialiste des premières élections européennes au suffrage universel conduite par François Mitterrand, a voulu créer une Commission des droits des femmes, elle a dû son salut à un accord entre le Groupe socialiste de l’époque et le Groupe PPE (conservateurs) ; l’appui de Simone Veil, alors Présidente du Parlement européen, vous le comprendrez, n’a rien gâté. Aujourd’hui, cette Commission des droits des femmes existe toujours, fonctionne et porte, malgré les  quelques freins qui se sont manifestés au moment de l’entrée d’anciens pays de l’Est très catholiques, des projets « féministes » au sein de l’Union européenne. C’est cela un projet politique.

 

            Et sauf à vouloir emm… François Hollande, ce n’est, vous en conviendrez pas un projet politique, je me demande comment le Mouvement (franco français) des « Listes féministes pour l’Europe », s’il a des élu-e-s, arrivera à se faire entendre dans une Assemblée de 751 membres, issus de 28 Etats.  

            Je ne parle que de ce que je connais bien, le Parti socialiste. J’y observe aujourd’hui une tendance déplorable à voir des sortant-e-s ou des candidat-e-s non investis, et donc déçus de n’avoir pas été choisis, à se lancer dans la dissidence. Juste pour embêter ? Car, ne pas être content, c’est comme vouloir emm… le Président de la République, ce n’est pas un projet politique.

10 mai 2014

60 engagements pour la France

Deux ans plus tard

 

«  Ce sont mes engagements, et je les tiendrai. »

François Hollande

le 26 janvier 2012

 

60_engagements_deux_ans_plus_tard.pdf

 

A noter, tout particulièrement au « chapitre femmes » :

 

-          page 22 : La retraite

-          page 27 : Défendre l’égalité des carrières professionnelles et des rémunérations entre les femmes et les hommes.

-          page 33 : Lutte contre les discriminations au logement et à l’embauche

-          page 50 : Introduction d’une dose de proportionnelle pour les élections législatives de 2017

              : Vote d’une loi portant sur le non cumul des mandats

              : Renforcement de la parité hommes-femmes par l’alourdissement des sanctions financières pour les partis ne la respectant pas.

 

Et ce n’est pas tout !

Le Président de la République ne détaille ni les dispositions des Lois des 17 mai et 3 août 2013 concernant le renforcement de la représentation des femmes au sein des municipalités, des conseils communautaires (appliqués aux scrutins de mars 2014), ainsi qu’au sénat (prochain renouvellement septembre 2014).

 

De toutes façons, on continue !