statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 novembre 2013

Au SITEVI

 

Là, je suis sur la photo avec Denis Carretier, vigneron comme moi, et Président de la Chambre régionale d’Agriculture du Languedoc- Roussillon. Ce n’est pas dans ses vignes, mais sur le stand de la FRSEA LR (Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles du LR), au SITEVI, un salon international de matériel agricole qui se tient tous les deux ans à Montpellier.

Photo Denis Carretiert SITEVI nov 2013.jpg

            Je viens de lui présenter le rapport que l’Observatoire régional de la parité, en collaboration avec Dominique Blanc, le directeur de la FRSEA LR,  vient de boucler.  Le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a écrit dans sa préface :

« Je remercie chaleureusement,  la présidente de l’Observatoire qui a choisi le secteur de l’agriculture comme champ d’observation et d’évaluation de la politique en faveur de l’égalité femmes/hommes, dans laquelle j’ai résolument engagé le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt ».

 

            D’un commun accord, Denis Carretier pour la Chambre régionale et moi –même pour l’Observatoire régional de la parité, avons décidé de publier ces travaux à Paris, à l’occasion du prochain Salon de l’Agriculture du 22 février au 2 mars 2014.

            Et Denis Carretier d’ajouter « en présence de toutes les agricultrices élues dans les Bureaux des 5 chambres départementales et de la chambre régionale » que nous avons toutes interviewées.

 

« Agricultrices à part entière. En 2013, agricultrice n’est plus seulement synonyme de femme d’agriculteur ». (Préface de Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture). Evaluation de la place des femmes élues dans les Chambres d’agriculture du Languedoc-Roussillon, élections de 2013. Doc. 48 pages, septembre 2013.

               

23 novembre 2013

Et nous, alors?

AssembléeDesFemmes_logo 2.jpgNeuf Régions ont fait  avec le Ministère des droits des femmes « le pari d’être des « territoires d’excellences de l’égalité professionnelles ».

            Aquitaine, Bretagne, Centre, Ile de France, Nord Pas de Calais, Rhône Alpes, Poitou Charentes, Midi-Pyrénées et Réunion ont décidé d’agir contre les inégalités salariales, le temps partiel subi, le sur chômage féminin, ou encore la ségrégation horizontale qui cantonne les femmes dans quelques filières et limite leurs opportunités.

            Et leurs président(e)s, Alain Rousset, Pierrick Massiot, François Bonneau, Jean-Paul Huchon, Daniel Percheron, Jean-Jack Queyranne, Ségolène Royal, Martin Malvy et Didier Robert  se sont engagés  à obtenir « des résultats tangibles ».            

 

 Et nous alors ?

 

Région excellence egalit FH NOV 2013.pdf

22 novembre 2013

« Du grand François Hollande »

Je n’ai pas regardé le match (historique ?) qui a ouvert  à l’équipe de France la porte de la Coupe du Monde de football au Brésil. Le commentaire est venu d’une amie. Appelons la, Aline. Ce n’est pas les Bleus qu’elle qualifie mais François Hollande : «  A la fin du mach, dans une interview assez longue, il a fait allusion à l’équipe qui gagne, même lorsque cela semble impossible : on gagne avec de la ténacité, il ne faut pas changer de cap… où quelque chose du genre. C'était dit avec intelligence et humour, un très bel humour. Le message était très clair mais sans aucune lourdeur.  J'ai bien aimé, je t'assure. Et tu sais que je suis capable de sévérité … ». C’est bien vrai ! Est-il utile de préciser qu’Aline n’est pas membre du Parti socialiste, ni d’ailleurs d’aucune autre formation politique? Bref, un commentaire d'une simple citoyenne, membre comme beaucoup d’autres de notre Association*.

            Le Monde d’aujourd’hui décode : «  Le Président de la République, interrogé à la sortie de la rencontre (…) a livré un message au sous texte politique à peine subliminal où il broda finement sur les pronostics déjoués, les équipes mal aimées mais soudées « qui finissent par y arriver ». Sans oublier l’indispensable « entraîneur ».

            Et  de conclure : « Du grand  François Hollande » !

 

* Observatoire régional de la parité, animé par L'Assemblée des femmes du Languedoc-Roussillon.

 

AG 13 mai 2013 Bulletin de cotisation 2013.pdf

21 novembre 2013

"Le rêve Républicain"

CV Nora Husson presse 1.PNG« Grâce à des gens comme vous, la République fait encore rêver ». C'est ainsi que la Ministre des Droits des femmes, Porte parole du Gouvernement, Najat Vallaud Belkacem, s’est adressée lundi 18 novembre à Dreux, à Nora Husson, en lui remettant à la Sous-préfecture les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur que le Président de la République lui avait accordées à la promotion de Pâques.

L'Echo Républicain en a fait sa Une ainsi qu'une page intérieure.

C'est dire si dans cette ville de l'Eure et Loire, conquise par Françoise Gaspard en 1977, le souvenir de sa prise par le Front national en  6 ans plus tard en septembre 1983 reste prégnant. J'en ai parlé sur ce Blog il y a quelques jours.

Francoise Gaspard (à gauche) et Claude Servan-Sreiber, fondatrices avec Colette Kréder, absente sur la photo, du Réseau Demain la Parité, entourent Nora Husson.

CV Nora Husson photo Gaspard Servan Sreiber.JPG

 

 

 

 

 

 

 

20 novembre 2013

Retour sur audition

Si j’avais une critique à formuler sur le Projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes actuellement en débat au Parlement, ce serait de mettre sur un même pied des mesures relatives à l’égalité professionnelle, à la lutte contre la précarité des femmes, contre les violences dont elles sont victimes, avec des dispositions concernant l’égale représentation.

Ainsi, j’ai fait remarquer au Rapporteur du Projet de loi, M. Sébastien Denaja, député de l’Hérault, que ces inégalités résultaient de la rareté des femmes à l’Assemblée nationale. Depuis qu’elles sont électrices et l’éligibles (1944) l’insuffisance des femmes dans la représentation au sein du seul pouvoir  transformateur a eu pour conséquence une insuffisante prise en compte des inégalités par le pouvoir politique.

C’est parce qu’elles sont devenue électrices que les femmes sont  parvenues à peser sur leur destin surtout à compter des années 70/80. C’est au fur et à mesure que leur proportion augmentait à la représentation nationale (de 2% des députés en 1958 à 10% en 1997, et 27% aujourd’hui) que la loi a véritablement pu corriger  certaines des  inégalités. L'examen d'une proposition de loi abolitionniste à l'Assemblée nationale qui pénalise l’achat de services sexuels auprès de personnes prostituées, une disposition impensable encore il y a une dizaine d’années,  en témoigne.

Si M. Denaja  (un homme en or ?) s’est montré très attentif à mon raisonnement, j’ai trop de pratique politique et militante pour ne pas savoir que  l’Histoire a montré que l’on ne peut compter sur la bonne volonté de ceux qui détiennent le pouvoir pour le partager. Et ramener les femmes au raisonnement simple que la parité ne présenterait d’intérêt que pour quelques "ambitieuses" animées par la seule idée de faire carrière. Ainsi, les femmes auraient  mieux à faire à œuvrer « véritablement » et « concrètement » contre les inégalités que de se préoccuper du déficit de représentation.

Eh bien, c’est non !

J’ai reçu à la suite de mon Blog du 13 novembre et de la diffusion du compte rendu d’audition, une bordée de messages d’encouragement et de soutien qui, contre toute attende invalide cette théorie.

Et valide à l’inverse l’idée qu’il faut non plus inciter mais contraindre les partis et les formations politiques à faire élire autant de femmes que d’hommes aux élections législatives. Certainement en  rendant « insupportable »  la vie de ceux qui ne respecteraient pas la parité.