statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 juillet 2013

La vie municipale vue par les hommes et vue par les femmes

 Dans le village de moins de 100 habitants dont Roseline Boussac est maire depuis 2004, Bonnevaux (Gard), un mini-bus municipal conduit toutes les semaines les habitants au marché voisin, il n'y a aucun commerce dans le village; une laverie est à la disposition des Bonvalins, les toilettes publiques sont impeccables, la mairie est pimpante,  et cette commune  perdue dans les Cévennes gardoise dipose aussi d'une correspondante locale de Midi-Libre, France Mainguet.

Bref, la vie municipale semble réglée par des femmes.

Qui a dit récemment dans l'Hérault,  à propos de la loi du 17 mai 2013, qui instaure de nouvelles  régles pour les élections municipales dès 2014 (dans les communes de 1000 habitants et plus, les scrutins de liste devront respecter le principe de la partié alternée dans le conseil municipal et le collège des adjoints) ? 

" Je ne comprends pas pourquoi on nous oblige à mettre un homme et une femme dans une liste alors que dans le même temps  la loi me dit de marier deux hommes ou deux femmes?"

Ou encore : "Légaliser là dessus n'a pas de sens, la parité n'est pas quelque chose qui s'impose. Pas plus sur le plan national que local".

Et aussi : "Je ne suis pas misogyne (ah bon ?) MAIS, dans nos communes, les femmes ont autre chose à faire que de s'engueler au conseil municipal. Surtout lorsqu'elles sont dans la vie active. Elles doivent s'occuper de la maison et des enfants".

Et pour terminer quand même, parce que vous n'allez plus me croire, : " Ici la parité ne gêne personne ! Ceux qui ne sont pas contents n'ont qu'à mettre sur les listes les femmes des conseillers municipaux."

J'ai juste trois petites questions à  leur poser  :

Quel est le montant de leur l'indeminté ?

Et quel est celui de celle de Roseline Boussac de Bonnevaux?

Et pouquoi Claude Bartolomé, le Président del'Assemblée nationale,  évoque le "voyeurisme" quand François Hollande  veut transparence du patrimoine des élus ?

CV Roseline Boussac Midi Libre 19 juillet 2013.jpg

21 juillet 2013

Le grand "Jaurès paysan" dans le discours de François Hollande le 2 juillet 2013 à L'Elysée

Elysée P7028669.jpgRemise des insignes d’officier de la légion d’honneur à
Geneviève TAPIÉ

 

 

Geneviève Tapié,

 

Vous avez grandi à Nissan-lez-Ensérune, un petit village niché dans les collines du pays biterrois. Voici, je crois, une belle description de votre terre natale : « La vigne y déploie jusqu’à l’horizon ses vertes rangées rectilignes et parallèles ; et çà et là, en quelques nœuds du paysage, des arbres puissants, groupés en une sorte d’architecture, enveloppent ou protègent des édifices spacieux ; les demeures des petits vignerons sont rassemblées en village. »

 

Ces mots sont ceux de Jean Jaurès, décrivant sa journée du 1er mai 1905 : ce jour-là, il était venu saluer les membres fondateurs des « Vignerons libres », l’une des toutes premières coopératives viticoles apparues sur le territoire français. Celle-ci existe toujours aujourd’hui : elle s’appelle les « Vignerons du Pays d’Ensérune », et vous en faites partie, Geneviève TAPIÉ, vous qui êtes issue d’une longue lignée de vignerons.

 

La République, aujourd’hui, salue bien sûr en vous la viticultrice, la chef d’entreprise. Chef d’entreprise soucieuse, je le signale, d’organiser au mieux le passage de témoin entre les générations – c’est l’un des grands enjeux de notre temps : depuis 2010, dans votre exploitation, vous préparez la relève avec un jeune agriculteur appelé à vous succéder, en lui transmettant vos savoirs et vos compétences.

 

La République veut également vous témoigner sa gratitude pour votre engagement citoyen en faveur des droits des femmes.

 

Dans ce domaine, la France et l’Europe savent qu’elles peuvent compter sur vous, et depuis longtemps. Déléguée régionale aux droits des femmes de 1981 à 1986, vous avez été à l’origine de la création des centres d’information sur les droits de la femme en Languedoc-Roussillon. Administratrice, depuis près de 25 ans, de la Maison de l’Europe de Montpellier, qui contribue à rapprocher l’Europe de ses citoyens – et de ses citoyennes –, vous avez souvent fait bénéficier l’Union européenne de votre expertise en matière d’égalité hommes-femmes, en particulier pour évaluer des projets-pilotes sur l’insertion des femmes dans l’emploi rural.

 

Aujourd’hui, vous êtes présidente de l’Assemblée des femmes de votre région, déclinaison de la structure lancée en 1992 par une grande figure de la cause des femmes, la ministre Yvette Roudy – que je salue. Vous animez également un autre projet, précieux, que vous avez lancé en 2009 : l’Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon.

 

Les vignobles languedociens sont une terre de mobilisation, d’engagement, d’abnégation dans l’épreuve. Le phylloxéra, les révoltes de 1907, les périodes de surproduction, les inondations, la concurrence étrangère… les défis n’y ont jamais manqué ! Celui que vous avez voulu relever est plus considérable encore : c’est celui l’égalité entre les hommes et les femmes. Aujourd’hui, Geneviève TAPIÉ, la Nation vous en remercie.

 

16 juillet 2013

Projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes

 

AssembléeDesFemmes_logo 2.jpg

 

Geneviève Tapié auditionnée par le Sénat au nom du Réseau Demain la Parité[1]

 

L’Association  a salué l’initiative gouvernementale qui va notamment dans le sens des propositions faites au candidat à l’élection présidentielle François Hollande par le Réseau Demain La Parité, à l’occasion de la signature du Pacte de l’égalité le 27 septembre 2011 à l’Assemblée nationale : éradiquer avec énergie, et les moyens d’une politique interministérielle - tout simplement parce que toutes les politiques publiques doivent intégrer la dimension de l’égalité des femmes et des hommes -, les discriminations, directes et indirectes, qui lèsent la moitié de la population.

Le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes intègre cette stratégie. Nous ne pouvons que nous en féliciter.

 

            L’audition qui a eu lieu le 11 juillet 2013 a porté essentiellement sur le Titre IV du Projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes : «  Dispositions visant à concrétiser l’objectif constitutionnel de parité ». A cet égard, et après avoir regretté que « la France occupe encore la 38e place au rang du classement mondial établi par l’Union Interparlementaire pour la représentation des femmes dans les parlements nationaux », la présidente de l’Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon est intervenue sur trois points (Compte rendu joint) concernant :

  • l’engagement du Président de la République d’alourdir les sanctions financières pour les partis politiques ne respectant pas les objectifs de parité aux élections législatives en renforçant la réduction du montant attribué aux partis au titre de la 1ere fraction du financement : la part des femmes à l’Assemblée nationale est inférieure à 26%
  • la mise en œuvre du principe de parité dans le domaine des responsabilités sociales et professionnelles, notamment dans les Chambres consulaires : moins d’un quart de femmes siègent encore aujourd’hui dans les Chambres de commerce et d’industrie, de Métiers, d’Agriculture
  • la mise en œuvre de la parité dans les Conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux  (CESER) qui échappent à la parité.

Le Projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes marque une étape importante dans la volonté du Gouvernement de faire réellement avancer cette question et de manière coordonnée. Le Projet de loi, discuté en Commission des lois du Séant le 24 juillet 2013, est inscrit en première lecture au Sénat le 9 septembre 2013.

 

            Des freins constitutionnels subsistent cependant. Il importe donc de souligner que seule une réforme constitutionnelle permettra d’impulser les conditions d’une égalité réelle.  La loi ne doit plus seulement « favoriser » l’égal accès, mais la garantir.

 

Sénat audition G Tapié 11 juillet 2013 final.doc



[1] Réseau d’Associations féministes. Fondatrices : Françoise Gaspard, sociologue et femme politique,  Colette Kréder, ancienne directrice de l’Ecole polytechnique féminine,  Claude Servan Schreiber, journaliste.  1994. Elles ont contribué à « imposer la parité aux politiques ».

 

15 juillet 2013

LE MERITE POUR ROSELINE BOUSSAC MAIRE DE BONNEVAUX, GARD

Roseline 20130714-00118.jpg

 

Nous sommes ensemble sur la photo.

Je viens de remettre à une femme maire du Gard, Roseline Boussac, maire de Bonnevaux, 100 habitants, les insignes de Chevalier de l'Ordre national du Mérite qui lui avaient été accordées à l'initiative du Président de la République, François Hollande et sur le contingent du Ministre de l'Intérieur, à la promotion du 15 mai 2013.

Roseline 20130714 24.jpgA droite, c'est Pilar Chaleyssin, maire d'Aubais et Présidente de l'Association des maires du Gard, Chevalier de la Légion d'Honneur.

C'était le 14 juillet. tout le village était là. Un vrai moment d'harmonie nationale.

Pour en savoir plus sur Roseline : CV Roseline Boussac 14 juillet 2013.doc

05 juillet 2013

Midi-Libre : Hollande distingue Geneviève Tapié

P7028677 Manu.jpgElysee 03-07-13-MDL-BEZIERS-2-O1---.pdf

Elysee 04-07-13-MDL-BEZIERS-3-O2---.pdf

Elysee P7028670.jpg

Eysee P7028676.jpg