statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 mai 2013

Le Pouvoir

J’ai vu mercredi « Le Pouvoir », le film que Patrick Rotman et Pierre Favier consacrent aux huit premiers mois de la présidence de François Hollande.

            J’avais l’appréhension des commentaires des  « Critiques », pas vraiment positifs.

            Le film dégage d’emblée ce qu’est François Hollande et se construit sur son authenticité. Il n’y a pour le comprendre que de s’arrêter un instant sur la caméra qui semble voler, par la porte entre ouverte de l’antichambre (c’était du temps de Mitterrand le bureau de Jacques Attali) quelques images du bureau présidentiel : le (gros) cartable échoué au pied de la table de travail, elle-même complètement encombrée de dossiers, de notes, des journaux du jour… Bref, il confie « je n’ai pas personnifié mon bureau, je l’ai bordélisé » ! (Le Monde, 17 mai 2013).

            Rien de nouveau. Il y a quelques années, j’étais allée le voir dans son bureau de l’Assemblée nationale, rue Aristide Briand. Toujours affable et cordial, il m’accueille : « Assied toi ! ». Problème : ou ? Les chaises ne manquaient certes pas, l’Assemblée n’est pas pingre, mais toutes disparaissaient, ensevelies sous les dossiers, et le bureau lui-même prenait l’allure d’un sommet alpin.

            Rotman et Favier nous montrent aussi François Hollande réécrivant ses discours : c’est légendaire. Raphaëlle Bacquet et Ariane Chemin ces « chipies » ne peuvent s’empêcher de l’étriller « aucun (discours)  n’a jamais jusqu’ici marqué les esprits ». (Le Monde, 17 mai 2013).

            Elles n’ont certainement pas écouté quand il le fallait. En mai 2011, à Limoges, c’était la campagne pour la Primaire citoyenne de l’automne suivant, j’ai dit à l’homme de ma vie, « tu vois, ce soir je sais qu’on va gagner, et la primaire et la présidentielle ». Me suis-je trompée ? François Hollande avait ce jour  là devant trois mille personnes prononcé un de ces discours dont il a le secret. Bref, ceux qui le connaissent savent depuis longtemps son talent d’orateur sans égal.

            Côté midinette, la scène du dîner d’Etat offert au Président de la République italienne est digne du Guépard de Visconti ;  la Garde nationale qui sonne ou qui bat le pavé vous transporte à la Hofburg de Vienne du temps des Habsbourg d’Autriche ;  et le Conseil de défense dans un océan…masculin.

            Si j’avais un conseil à donner aux socialistes qui se disputent pour les investitures aux élections municipales, je leur dirais d’organiser une projection de ce Pouvoir. Mais ils ne m’écouteront pas.

            Pourtant cela leur permettrait de relativiser, de prendre la mesure de l’Etat, et de ce que représente le pouvoir. Entendre, le pouvoir d’Etat.

Les commentaires sont fermés.