statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 avril 2013

L'Hérault du Jour

 

AssembléeDesFemmes_logo 2.jpg

Une mention spéciale à Amélie GOURSAUD, journaliste à La Marseillaise-L'Hérault du Jour pour son article "Un vent de féminité va souffler sur le Sénat", paru le 22 avril 2013. Un très bel exercice de pédagogie!

L'Hérault du Jour avril 2013 PARITE SENAT Une.pdf

L'Hérault du Jour avril 2013 PARITE SENAT CG.pdf

20 avril 2013

Cumul

AssembléeDesFemmes_logo 2.jpgOn m'interpelle aussi sur la question du non cumul des mandats.

Le projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateurenregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le  3 avril 2013sera prochainement présenté au Parlement.

Projet de loi cumul avril 2013.pdf

 

19 avril 2013

Communiqué de presse : service après vente

On m’interpelle sur la parité dans les nominations par le Gouvernement ; sept Préfets, des hommes ont été nommés au dernier Conseil des ministres.

Voici ce que me répond le Ministère de l’Intérieur que j’ai interrogé hier : « Les services et les responsables font des efforts même si la situation globale est celle d'une non parité.
En termes de flux, la proportion de femmes dans les primo nominations atteint 40 % de femmes au premier trimestre de 2013 contre 27,4 % en 2012 en moyenne. Aussi, dans la catégorie des préfets le taux de féminisation atteint pour la première fois 14,2 % (18 femmes sur 127 préfets) ».

18 avril 2013

Communiqué de presse

 

AssembléeDesFemmes_logo 2.jpgL’Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon, animé par l’Assemblée des femmes se félicite de l’adoption par l’Assemblée nationale du scrutin binominal pour l’élection des conseillers départementaux. Avec seulement 9,68 % de femmes élues aux dernières élections cantonales en Languedoc-Roussillon (contre 13,8% pour la France entière), il était urgent d’agir afin d’y instaurer la parité.

L’engagement du président de la République de garantir la parité dans les conseils départementaux est désormais tenu.

L’Association rappelle qu’elle préconisait l’adoption d’un tel scrutin dès juin 2010 au cours de son audition par la Commission des droits des femmes du Sénat, et par un courrier adressé à la même époque aux Présidents des Conseil généraux de France.

            Elle souligne que seul François Hollande, avant même qu’il ne soit candidat à la primaire socialiste avait apporté dès le mois d’août 2010 son soutien à cette proposition.

 

        Par ailleurs, au cours d’une nouvelle audition le 15 avril 2013 sur  le projet de loi n° 377 relatif à l'élection des sénateurs, la présidente de L’Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon, Geneviève Tapié a rappelé le rôle déterminant des modes de scrutin dans l’accomplissement de  « l’égal accèsdes femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives » (art. 1er de la Constitution de 1958).

      Le projet de loi n° 377 relatif à l'élection des sénateurs qui permet de revenir aux dispositions de la loi initiale du 10 juillet 2000 prévoit de faire accéder « un nombre plus important de femmes au mandat de sénateur », en faisant élire au prochain renouvellement de 2014,  73, 3% des sénateurs au scrutin de liste proportionnel (dans les départements élisant désormais 3 sénateurs et plus au lieu de 4 et plus).

 

      Devant la Délégation aux droits des femmes du Sénat, Geneviève Tapié a regretté la multiplication de listes (faussement) dissidentes (des candidats de même tendance, plutôt que de respecter la parité, présentent deux listes, chacune conduite par un homme) afin de contourner la parité. Ces stratégies d’évitement de la loi ont conduit en 2011 à un recul du pourcentage de sénatrices (22, 23% en 2011 contre 23, 32% en 2008)  malgré l'ajout de cinq sièges lors de ce dernier renouvellement.

 

Ainsi, la  présidente de l’Observatoire régional de la parité du LR, a proposé de renforcer l’expression politique des femmes au sein du collège sénatorial ; le projet de loi porte par ailleurs sur la composition du collège électoral sénatorial.

 

Le projet de loi n° 377 relatif à l'élection des sénateurs est inscrit à l’ordre du jour du Sénat des 14 et 15 mai 2013.

Sénat audition 15 avril amendt Gaspard.doc

 

 

14 avril 2013

Indifférence

63% des français qui estiment que le Projet de loi sur la déclaration du patrimoine des élus « est une mesure nécessaire pour garantir la transparence dans une démocratie moderne » approuvent la décision prise par le Président de la République, François Hollande au cours de la semaine dernière.  

C’est le résultat d’un sondage que le Journal du Dimanche publie aujourd’hui. Il  révèle aussi que 70% des français sont « indifférents à la richesse des élus ». Il y a là certainement de quoi calmer le « stress des ministres avant le grand déballage » (Le JDD,14 avril 2013), le Gouvernement a prévu de publier demain sur son site Internet, le patrimoine de ses membres.

S’il n’est pas sûr qu’on y découvre grand-chose de nouveau, au moins les choses seront rendues plus claires.

Du temps du Congrès de Metz (1979) où je côtoyais Laurent Fabius au Comité directeur du Parti socialiste, chacun savait déjà, que descendant d’une famille de marchands d’art du début du XXe siècle, il était supposé comme ne devant pas avoir de réels soucis de fin de mois. Ses élégantes vestes souvent coupées dans du cachemire, son logis bien situé au cœur du quartier latin, en témoignaient. Mais rien dans son comportement, dans ses engagements, dans ses convictions, son sens de la camaraderie et du militantisme, de l’amitié, ne le distinguait d’autres socialistes supposés moins argenté. Et, comme l’homme n’est pas du style à changer de veste pour aller voir ses électeurs, Laurent Fabius est élu député de la 2e circonscription de la Seine-Maritime depuis 1978, j’émets l’hypothèse que cette aisance matérielle, connue de tous,  ne les a en rien rebuté.

Mon hypothèse invalide donc celle émise par le Président de l’Assemblée nationale (« je ne suis pas d’accord avec cette vision de la transparence ») qui s’est opposé jeudi ou vendredi pour « ses » députés à l’opération de transparence voulue aussi pour les parlementaires  par François Hollande ;  je vous en parlais hier.