statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 avril 2013

Communiqué de presse

 

AssembléeDesFemmes_logo 2.jpgL’Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon, animé par l’Assemblée des femmes se félicite de l’adoption par l’Assemblée nationale du scrutin binominal pour l’élection des conseillers départementaux. Avec seulement 9,68 % de femmes élues aux dernières élections cantonales en Languedoc-Roussillon (contre 13,8% pour la France entière), il était urgent d’agir afin d’y instaurer la parité.

L’engagement du président de la République de garantir la parité dans les conseils départementaux est désormais tenu.

L’Association rappelle qu’elle préconisait l’adoption d’un tel scrutin dès juin 2010 au cours de son audition par la Commission des droits des femmes du Sénat, et par un courrier adressé à la même époque aux Présidents des Conseil généraux de France.

            Elle souligne que seul François Hollande, avant même qu’il ne soit candidat à la primaire socialiste avait apporté dès le mois d’août 2010 son soutien à cette proposition.

 

        Par ailleurs, au cours d’une nouvelle audition le 15 avril 2013 sur  le projet de loi n° 377 relatif à l'élection des sénateurs, la présidente de L’Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon, Geneviève Tapié a rappelé le rôle déterminant des modes de scrutin dans l’accomplissement de  « l’égal accèsdes femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives » (art. 1er de la Constitution de 1958).

      Le projet de loi n° 377 relatif à l'élection des sénateurs qui permet de revenir aux dispositions de la loi initiale du 10 juillet 2000 prévoit de faire accéder « un nombre plus important de femmes au mandat de sénateur », en faisant élire au prochain renouvellement de 2014,  73, 3% des sénateurs au scrutin de liste proportionnel (dans les départements élisant désormais 3 sénateurs et plus au lieu de 4 et plus).

 

      Devant la Délégation aux droits des femmes du Sénat, Geneviève Tapié a regretté la multiplication de listes (faussement) dissidentes (des candidats de même tendance, plutôt que de respecter la parité, présentent deux listes, chacune conduite par un homme) afin de contourner la parité. Ces stratégies d’évitement de la loi ont conduit en 2011 à un recul du pourcentage de sénatrices (22, 23% en 2011 contre 23, 32% en 2008)  malgré l'ajout de cinq sièges lors de ce dernier renouvellement.

 

Ainsi, la  présidente de l’Observatoire régional de la parité du LR, a proposé de renforcer l’expression politique des femmes au sein du collège sénatorial ; le projet de loi porte par ailleurs sur la composition du collège électoral sénatorial.

 

Le projet de loi n° 377 relatif à l'élection des sénateurs est inscrit à l’ordre du jour du Sénat des 14 et 15 mai 2013.

Sénat audition 15 avril amendt Gaspard.doc

 

 

Les commentaires sont fermés.