statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 avril 2013

Indifférence

63% des français qui estiment que le Projet de loi sur la déclaration du patrimoine des élus « est une mesure nécessaire pour garantir la transparence dans une démocratie moderne » approuvent la décision prise par le Président de la République, François Hollande au cours de la semaine dernière.  

C’est le résultat d’un sondage que le Journal du Dimanche publie aujourd’hui. Il  révèle aussi que 70% des français sont « indifférents à la richesse des élus ». Il y a là certainement de quoi calmer le « stress des ministres avant le grand déballage » (Le JDD,14 avril 2013), le Gouvernement a prévu de publier demain sur son site Internet, le patrimoine de ses membres.

S’il n’est pas sûr qu’on y découvre grand-chose de nouveau, au moins les choses seront rendues plus claires.

Du temps du Congrès de Metz (1979) où je côtoyais Laurent Fabius au Comité directeur du Parti socialiste, chacun savait déjà, que descendant d’une famille de marchands d’art du début du XXe siècle, il était supposé comme ne devant pas avoir de réels soucis de fin de mois. Ses élégantes vestes souvent coupées dans du cachemire, son logis bien situé au cœur du quartier latin, en témoignaient. Mais rien dans son comportement, dans ses engagements, dans ses convictions, son sens de la camaraderie et du militantisme, de l’amitié, ne le distinguait d’autres socialistes supposés moins argenté. Et, comme l’homme n’est pas du style à changer de veste pour aller voir ses électeurs, Laurent Fabius est élu député de la 2e circonscription de la Seine-Maritime depuis 1978, j’émets l’hypothèse que cette aisance matérielle, connue de tous,  ne les a en rien rebuté.

Mon hypothèse invalide donc celle émise par le Président de l’Assemblée nationale (« je ne suis pas d’accord avec cette vision de la transparence ») qui s’est opposé jeudi ou vendredi pour « ses » députés à l’opération de transparence voulue aussi pour les parlementaires  par François Hollande ;  je vous en parlais hier.

Les commentaires sont fermés.