statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 avril 2013

Crise de nerf

Je comprends mal le « vent de panique » (Le Monde, 13 avril 2013) qui a soufflé au groupe socialiste de l’Assemblée nationale à l’annonce de la déclaration de patrimoine des parlementaires, députés, sénateurs, et parlementaires européens.

Et la déclaration du Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartholomé « je ne suis pas d’accord avec cette vision de la transparence » me met mal à l’aise.

De fait, que leur est-il demandé de si grave, sinon de faire connaître aux français que leur patrimoine est bien en adéquation avec leur train de vie ; autrement dit que les sources de revenus qu’ils déclarent aux impôts suffisent à payer leurs dépenses.

A partir de là, chacun est libre de dépenser son argent comme il veut. A voyager, a se loger, se vêtir,  à payer ses factures,  à constituer de l’épargne, à aider ses proches… que sais-je ?

Aux Etats-Unis, Barack Obama vient de faire état de 600 000 dollars de revenus annuels, sur lesquels il s’acquitte, selon les normes du pays d’un impôt de 18, 5%.

Pourquoi les parlementaires français rechigneraient –ils à le faire ?

Au Royaume-Uni, les membres du Parlement sont tenus de justifier en détail leurs dépenses de fonctionnement. En France, il ne s’agit pas ici de contester le montant des sommes qui  sont allouées mensuellement aux députés et sénateurs (autour de 6000 euros), mais bien de savoir qu’elles ont été bien affectée à l’exercice de leur mandat. Ainsi, par exemple, le voyage d’un député qui se rend de Paris en Province pour participer à un débat relatif à la prise en compte de l’égale représentation des femmes et des hommes dans le Projet de loi sur l’élection des conseillers départementaux, me semble entrer parfaitement dans ce cadre. Et la moindre notion de l’éthique me paraît devoir mettre hors jeu tous déplacements qui n’auraient rien à voir directement ou indirectement (aller chasser le petit gibier en Irlande avec son homologue irlandais  peut se discuter) avec l’activité parlementaire.  

Le Président de la République, François Hollande s’est prêté à l’exercice de la déclaration de patrimoine et dès sa prise de fonction, il a tenu à baisser de 30% le montant de ses émoluments.

Les membres du Groupe socialiste, qui, en principe, connaîssent bien le Président, devraient donc bien connaître son état d’esprit sur les questions d’argent. Le respect que je lui témoigne m’empêche de vous dire où, encore candidat à la présidentielle, il achetait ses costumes.

Les membres du Groupe socialiste qui se sont mis vent debout contre la décision du Président de les voir déclarer leur patrimoine, semblent aussi avoir oublié que « leur crise de nerf » était bel et bien partagée. Il suffit d’aller voir du côté de l’UMP. Alors ?

Les commentaires sont fermés.