statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 janvier 2013

Restauration

« Restaurer la fédé ». En lui renouvelant sa confiance, telle est la feuille de route donnée par André Vézinhet, le président du Département à Hussein Bourgi le nouveau patron de la Fédération socialiste de l’Hérault, élu avant Noël par 60% des militants (Midi-Libre, 14 janvier 2012). Pour ceux (et celles) qui ne le sauraient pas encore, le PS a connu dans l’Hérault quelques soubresauts conduisant à une mise en tutelle de plus de deux ans. L’élection de M. Bourgi, clôture cette période et ouvre, pour reprendre son thème de campagne, « une ère nouvelle ».  

L’Acte premier se jouait samedi 12 à Béziers ; le Congrès départemental devant désigner les instances de décision (par exemple, le Conseil fédéral) et de contrôle (par exemple la Commission des conflits) de la fédération.

Si le nouveau Premier secrétaire, M. Bourgi m’y autorise, je lui accorderais d’emblée un grand satisfecit quant à la transparence : les listes des membres élus ont été aussitôt publiées et largement diffusées. PS Fede instances 12 janvier 2012.pdf

Ainsi, 170 responsables issus de toutes les « sensibilités » exprimées au sein des Motions de Congrès ont désormais la charge de la conduite du Parti. Autant de voix disponibles pour porter aux quatre coins de l’Hérault la politique gouvernementale et le projet du Président de la République François Hollande, dont aucun ne manque de se réclamer. Cela va faire du bruit !

J’ai pensé utile d’examiner aussi le timbre de ces voix.

A y regarder de plus près, elles seraient plutôt masculines, puisque tous postes de titulaires confondus, la part des femmes peine à dépasser les 37%. Et comme je voudrais éviter à M. Bourgi de restaurer le passé, qu’il m’autorise encore à lui faire remarquer que le terme de « parité intégrale » figure  me semble -t-il  dans les statuts de la formation politique qu’il a désormais l’honneur de diriger.

M. Vézinhet aura beau se mettre en colère, je partage avec lui la conviction qu’il faut être exemplaire pour représenter. L’action sociale menée au Département, la suppression d’une cérémonie de vœux trop coûteuse valident ce sentiment.

Mais dans notre démocratie, quand la voix des femmes n’est pas suffisamment prise en compte, alors c’est la rupture du contrat républicain.

« Restaurer la fédé » n’est pas une mince entreprise. Franchir les obstacles méritait certainement une politique des petits pas.

C’est une déception, que les femmes en payent majoritairement le prix.

Les commentaires sont fermés.