statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 janvier 2013

Une étonnante révolution électorale

AssembléeDesFemmes_logo 2.jpgA l’heure où le Parlement s’apprête à débattre du Projet de loi présenté par le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls afin de définir un nouveau mode de scrutin pour les conseillers généraux qui devrait faire des Conseils départementaux les assemblées les plus paritaires de France, (Voir « Projet de loi – Elections des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires : L’Assemblée des femmes-Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon entendue ! », 29 novembre 2012), il est intéressant de commenter comment la représentation des femmes a évolué au sein du Conseil régional Languedoc-Roussillon depuis son élection en mars 2010.

            Le 26 mars 2010, Georges Frêche* a inauguré une nouvelle obligation paritaire  (la Loi n° 2007-128 du 31 janvier 2007 tendant à promouvoir l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats et fonctions électives, étend l'obligation de parité lors de la désignation des exécutifs régionaux) : ainsi,  8 femmes siégeaient désormais « parmi les 15 ministres du Gouvernement Frêche II »  (Patrick Nappez, Midi-Libre 24 mars 2010).

            L’Assemblée des femmes-Observatoire régional de la parité du Languedoc-Roussillon saluait alors une belle avancée  (53% de vice -présidentes) qui respectait non seulement la lettre de la Loi (« l'écart entre le nombre des candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à un ») mais aussi l'esprit des engagements pris  en novembre 2008. Georges Frêche, en signant la « Charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale » s'était engagé à faire de la participation équilibrée des femmes et des hommes à la prise de décision, un préalable de la société démocratique.

            Après les élections sénatoriales de septembre 2011 et les élections  législatives de juin 2012, l’exécutif du Conseil régional Languedoc-Roussillon s’est trouvé amputé, deux de ses vice-présidents, M. Bertrand, sénateur de Lozère et Mme Fanny Dombre-Coste députée de l’Hérault, ayant démissionné pour raison de cumul des mandats.

            Le site Internet de la Région présente aujourd’hui un exécutif incomplet composé de 13 membres au lieu de 15, dont 7 femmes. Reste donc deux membres à nommer.

            Dans la continuité de la pensée de Georges Frêche dont le Président Bourquin ** ne manque pas de se prévaloir, il serait logique qu’une nouvelle vice-présidente soit conduite à siéger.

            Les femmes ne manquent pas dans la majorité régionale. Par ailleurs, la Lozère ne semble pas représentée dans l’exécutif.

            Alors, Monsieur le Président, encore un petit effort. D’autant plus que le collège des « Questeurs », qui ont grosso-modo les mêmes avantages que les vice-présidents ignore encore complètement les « questeures » ! Et que la loi sur le non cumul confirmée par le Président François Hollande dans ses vœux aux françaises et aux français devrait conduire encore à de nouveaux changements.

            Certes, des obstacles restent à surmonter.

            Mais si ces projets voulus par le Président Hollande aboutissent, « alors, oui, le génie français aura incontestablement accouché d'une étonnante révolution électorale » (Patrick Roger, Le Monde, 28 novembre 2012).

 

* Ancien président de la Région LR, décédé en octobre 2010

** Président de la Région LR depuis novembre 2010

 

Les commentaires sont fermés.