statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 septembre 2012

Un pas de géant

C’est l’Assemblée des départements de France (ADF) qui est prête à le franchir. Lors de son congrès des 20 et 21 septembre, elle défendra un nouveau mode de scrutin pour les conseils généraux selon « un tandem mixte au sein de cantons agrandis ». Autrement dit la fin, dès le prochain renouvellement de la portion congrue des femmes dans ces assemblées encore composées en France de plus de 85% d’hommes.

            C’est décidé !

            Après l’abrogation en juillet du conseiller territorial qui cumulait deux fonctions, conseiller régional et conseiller général en assassinant au passage la parité, le puissant lobby des présidents des conseils généraux majoritairement à gauche s’est rangé à l’idée de François Hollande : un scrutin qui allie l’ancrage territorial et la parité.

            En clair, le scrutin bi-nominal qui permet d’élire dans chaque canton redéfini une femme et un homme, une idée que nous défendons depuis 2009 auprès de celui dont tout nous portait à croire  déjà qu’il allait devenir Président de la République.

            Concrètement la proposition est formulée au sein de l’ADF par deux personnalités importantes de Loire Atlantique, le département du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui cependant ne cachent pas qu’il s’agit d’une façon de s’opposer à une « transposition du mode de scrutin proportionnel des régions aux départements, à laquelle certains, au gouvernement comme dans la majorité, sont acquis. »

            Les femmes donc, sinon la proportionnelle … avec, de toutes manières les femmes en plus !

            Quoiqu’il en soit c’est un pas de géant puisqu’il exige aussi de redéfinir les contours des cantons selon des critères démographiques.

            Et si comme nous l’avons proposé, afin de ne pas augmenter le nombre d’élus, on fond deux cantons en un dans lequel on élit un duo paritaire, les conseils généraux vont soudain changer de visage.

            Prenons par exemple l’Hérault. Les  disparités de population entre les cantons oscillent entre 1040 au Caylar et 48 711 dans le canton de Montpellier 10. Les disparités de représentation des femmes et des hommes atteignent 94% dans le département.

            Le nouveau dispositif aura pour conséquence de rétablir l’égalité territoriale entre les électeurs mais aussi l’égalité de représentation des femmes.

            Et de donner à ces assemblées un peu « vieillottes » un visage tourné vers l’avenir.

             

Les commentaires sont fermés.