statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 avril 2011

Le « 10 mai » de Georges Frêche

C’était plutôt le 1er Mai 1981.

 

            Dans un Essai publié par la Fondation Jean Jaurès*, Béatrice Marre, en charge avec Paul Quilès des meeting de la campagne présidentielle de François Mitterrand raconte :

 

« Le jeune et fougueux Georges Frêche, élu maire de Montpellier aux élections municipales de 1977 (…) obtient à l’arrachée un meeting supplémentaire organisé en quatre jours, et qui se tient le vendredi 1er mai dans l’après midi, car le candidat a d’autres visites à effectuer en fin de journée. ( …).

            « Je ferai dresser deux chapiteaux de 5000 places sur le site du futur Antigone »,  me dit le maire « car nous attendons plus de dix –mille militants et sympathisants ». « Et s’il pleut ? », lui repond-je, un peu inquiète à la pensée de milliers de personnes pataugeant dans la boue d’un chantier. « Pas un 1er mai, et pas à Montpellier » réplique-t-il, péremptoire. Va pour les chapiteaux.

            Et de fait, le succès du meeting est total. Les deux chapiteaux sont largement débordés, toutes bâches relevées. Une joyeuse bousculade a failli empêcher François Mitterrand d’arriver et surtout de repartir. Pas de pluie ; au contraire, une chaleur estivale sous un soleil de plomb !

(…) Le maire de Montpellier est fou de joie de la réussite de sa manifestion et des félicitations reçues de François Mitterrand auquel il voue une grande admiration. Il nourrit sans doute également quelques espoirs pour l’avenir. Je suis alors témoin, dans le bureau de la Mairie, où il m’a rejointe avec ses principaux collaborateurs, d’une scène mémorable. Georges Frêche s’exclame, dans une grande envolée et en m’embrassant chaleureusement : « Béatrice, tu as été formidable ! Tout ça, c’est grâce à toi, je vais te faire citoyenne d’honneur de la ville de Montpellier et te remettrai la médaille d’or de la ville au cours d’une cérémonie dont tu te souviendras ».

 

            De fait, ce dont ce que Béatrice Marre se souvient aujourd’hui c’est que cela ne s’est jamais fait.

            Mais c’est une autre histoire !

 

* « On a repris la Bastille ! », 10 mai 1981. Paul Quilès,  Béatrice Marre – Les Essais de la Fondation Jean Jaurès. http://www.jean-jaures.org

 

Commentaires

J’ai côtoyé Mitterrand, Deferre, Fabius, Chevènement, Frêche et beaucoup d’autres, il faut le reconnaitre c’était des personnages comme l’on n’en fait hélas plus …
C’est peut être aussi pour cela que le 10 Mai 81 a été une fête si extraordinaire que, hélas nous ne connaitrons plus jamais, quelque soit les évènements à venir il n’y a plus d’être politique avec ses convictions là…

Écrit par : JJ Serre | 27 avril 2011

Les commentaires sont fermés.