statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 mars 2011

Le bêtisier de M. Jardé

Chaque année, à l’époque du 8 mars, Journée Internationale des femmes, je me dis que je vais ouvrir un bêtisier, tant j’étends (où je lis) de c… prononcées, par quelques responsables politiques qui feraient mieux de se taire plutôt que de se sentir obligés de se plier à un obligatoire pensum.

            Une mention spéciale doit être attribuée cette année au député (Nouveau Centre) Olivier Jardé, député de la Somme,  qui plus est  Secrétaire de la délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes et honorable membre de l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes, Service du Premier ministre qui s’offusque : « En 1946, l’Assemblée nationale comptait plus de femmes qu’en 2011 » !

            Rappelons lui simplement les chiffres recensés sur le site de l’Assemblée nationale http://www.assemblee-nationale.fr et accordons lui, avec indulgence,  le bénéfice du doute. Soit il ne sait pas compter ; soit son assistant parlementaire s’est trompé de ligne. Alors que la proportion de députéEs est aujourd’hui de 18, 5%,

-         en  juin 1946, la 2e Assemblée constituante du Gouvernement provisoire de la République dénombrait 30 femmes sur un effectif global de 586 membres, soit 5,12%,

-         en novembre 1946, 42 femmes sur 619 députés siégeaient au cours de la 1er Législature de la IVe République, soit 6,79%.

 

N’en restant pas là, dans une interview  donnée le 7 mars au Journal du Dimanche M. Jardé a cru bon d’insister :

-         pour augmenter le nombre de députéEs il suffit, dit-il, d’attendre : « les conseils généraux et les mairies restant la principale source de députés (…) nombre d'hommes, souvent implantés dans leur commune depuis plus d'une dizaine d'années, laissent leur place à leur adjointe. Ce phénomène finira par toucher le Parlement »,

-         et de proposer un mécanisme simple « tout titulaire doit être suppléé par une personne de sexe différent. Une alternance homme/femme qui est appliquée –et fonctionne parfaitement– dans les conseils généraux ».

 

Son assistant a dû aussi oublier de lui dire qu’au Conseil général les femmes, tant en 2008 qu’au renouvellement d’aujourd’hui composant  le gros bataillon des suppléantes  (80% des titulaires sont des hommes) détiennent 1 à 2% de chance d’accéder à un poste de conseiller général.

 

Alors, laissons à M. Olivier Jardé « pour ma part, je garde espoir: les mentalités vont changer », toutes ses illusions qui balayent d’un trait les miennes : en voulant, à l’occasion de récente nomination des nouveaux membres de l’Observatoire de la parité entre les hommes et les femmes, faire une place aux hommes, « parité obligeait ! », le Premier ministre a démontré  en juin sa capacité à s’entourer de véritables incompétents.

 

Les commentaires sont fermés.