statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 mars 2011

Comme si de rien n'était

Une amie audoise, appelons la Colette me transmets cet article de l'Indépendant Article Indep 001.jpg,  avec ce commentaire à l'appui " Le vent souffle fort, mais nous n'avons pas la tempête prévue et heureusement" !

Si le commentaire de Colette  n'avait simplement concerné que la météo du 12 mars, je me serais dit que somme toute c'était bien vu.

 Car la possibilité accordée désormais au patron des socialistes audois, exclu pour cause de "fréchisme" (?) aux dernières élections élections régionales, de siéger à nouveau "comme si de rien n'était" au Bureau national du PS, si elle fait souffler fort le vent de la division, la tempête viendra peut-être plus tard.

Il reste à connaître les limites de ce que peut admettre la majorité régionale. Car à y regarder de plus prês pourquoi  les (toujours) exclus héraultais seraient plus sombres que leurs voisins audois?

Christian Bourquin, le Président du Conseil régional  l'a affirmé. Il sera le "dernier" à réintégrer. Condition sine qua non d'une valeur socialiste qui s'appelle la solidarité.

  

 

08:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.