statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 octobre 2010

Le suffrage des morts

En 1916, le député Barrès, inspiré par les valeurs patriarcales et familialistes  de l'époque, dépose à la Chambre dans une proposition de loi, « le suffrage des morts », pour accorder le droit de vote aux veuves de guerre et aux mères des soldats tués. Il fallait bien récompenser le civisme des militantes féministes

              Dans un élan patriotique, les féministes avaient différé de nombreuses revendications, dont l'accès à la pleine citoyenneté, être électrice et éligible, avait failli aboutir si  la Déclaration de guerre de 1914 ne leur avait coupé l'herbe sous les pieds.

 L'effort de guerre absorbe les énergies.

            La crise économique aussi !

            Les femmes  d'aujourd'hui, font les frais des réformes. La loi de réforme territoriale a éradiqué la parité dans les conseils régionaux (49% de femmes aux élections de 2010 et 53% de vice-présidentes en Languedoc Roussillon) pour faire davantage de place aux hommes dans les futurs conseils territoriaux élus en 2014, et le projet sur les retraites sacrifie les futures pensionnées sur l'autel des inégalités : après 30 ans de luttes féministes, les différences salariales persistent (27%) ; les pensions des femmes sont inférieures de 40% à celles des hommes.

            Pour faire passer la pilule, l'exécutif a repris les vieilles recettes de Barrès : faire appel aux valeurs patriarcales et opposer au passage féministes et familialistes.

            Au troisième jour du débat sénatorial, le Gouvernement a fait (enfin !) un geste en faveur des femmes : il propose de maintenir la retraite à taux plein à 65 ans pour celles qui, mères de trois enfant (ou plus), ont délaissé leur carrière pour se consacrer à leur éducation.

            Au bas mot, cela concerne 130 000 femmes, et pendant 5 ans.  

            Et les autres ?

           

09:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.