statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01 septembre 2010

Carla

Je lis ce matin dans l'Indépendant d'hier « qu'un journal iranien traite Carla Bruni de prostituée », l'épouse du Président de la République a pris la défense de l'iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani condamnée à être lapidée, c'est-à-dire enterré jusqu'à mi poitrine pour être abattue à coup de pierre, pour fait d'adultère.  

            Je regrette, à moins de ne les avoir pas entendues, le silence des femmes politiques françaises.

            D'abord à propos de l'attitude révoltante de l'Iran, ensuite concernant l'insulte infligée à Carla Bruni et par là même au Chef de l'Etat.

            J'en appelle à la vigilance de tous, hommes et femmes, car les droits des femmes dans le monde sont toujours en danger.

            A la fin des années 60, on entendait encore dans nos villages chuchoter ce même type d'indignité à propos des femmes divorcées ... « des p... ».  Et l'adultère en France était encore au début des années 1970 puni d'emprisonnement (3 ans) s'il était pratiqué par les femmes ; pour les hommes, bien entendu, c'était gratuit !

            Et s'il est vrai qu'en 40 ans les droits des femmes ont davantage progressé qu'en des millions d'années, il n'en demeure pas moins que les féministes qui les défendent, sont toujours brocardées.

            C'est vrai que les trentenaires ont trouvé leur liberté dans leur berceau. C'est tant mieux.

            Mais, au risque de me redire, rien n'est jamais acquis.

            Prenons les retraites des femmes. Malgré les déclarations contradictoires de l'exécutif, le Conseil d'orientation des retraites (COR) estime qu'à l'horizon de 2040/2050, le différentiel des pensions perçues par les hommes et les femmes sera toujours supérieur à 30%. Au bénéfice des premiers, comprenons nous bien !

            J'appelle donc les trentenaires à se mobiliser, car se sont bien elles qui sont concernées, et suggère à Mme Carla Bruni d'en toucher un mot à son mari.

            Car les questions d'égalité des femmes et des hommes valent bien de dépasser les clivages partisans.

10:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.