statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 août 2010

L’Unité !

La direction du Parti socialiste est bien crispée.

            En  refusant l'entrée de l'Université d'été de La Rochelle au sénateur Robert Navarro  un socialiste exclu parmi les 58 par Martine Aubry pour cause de « Fréchisme » aux régionales, elle  n'a pas agit différemment qu'en mars dernier quand elle m'a virée du Prix européen que je devais recevoir  à l'occasion de la Journée de la femme le 8 mars  à Budapest. Communiqué Budapest fev 2010.doc

            En sanctionnant ainsi un parlementaire, la direction du PS n'hésite pas à amputer la gauche de ses forces,  comme elle n'a pas fait de quartiers au printemps dernier pour humilier par mon intermédiaire une Association, l'Assemblée des femmes-Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon,  forte d'un réseau très important qui oeuvre pour l'égalité des femmes et des hommes.

            Une autre façon de voir les choses.

            A ce compte là, je dénie à Martine Aubry toute référence à l'Unité.

            Car on ne peut en appeler au rassemblement par effet de tribune le dimanche,  après avoir chassé la veille des murs du PS,  un de ses « sympathisant ».

            Le problème de Martine est bien là. Proclamer bien haut des principes pour les enfreindre aussitôt.

            Pour la première fois depuis 18 ans, l'Université d'été de La Rochelle était justement ouverte  à ces « sympathisants ». Navarro a cru pouvoir se prévaloir de cette illustre qualité.

            Comme la hongroise Zita Gurmaï, Présidente du Parti des socialistes européens avait cru au mois de mars situer l'intérêt général des femmes au dessus des histoires de boutiquiers.

            Bien mal lui en a pris !

 

10:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

26 août 2010

La Rochelle, au top ou à la ramasse ?

Au top ou à la ramasse, quel féministe êtes -vous ? Tel est le quiz de l'été que « Osez le féminisme », une Association animée par une proche de Benoît Hamon, Caroline de Haas, proposera demain aux participant (es) à l'Université d'été du Parti socialiste à La Rochelle.

            S'il est encore temps, le voici, peut-être pour ne pas être pris au dépourvu :

 

1. Quel article de la déclaration de principes du PS affirme que le parti est féministe?

Le 14

Le 23

Aucun, les 15 fédérations qui l'avait demandé ont obtenu son retrait en 2008

 

2. En matière de tâches ménagères, vous pensez que les femmes doivent assumer :

80%, comme aujourd'hui, c'est très bien

50%, parce que la double journée, çà suffit !

20%,  pour rattraper les années de retard prises par les hommes

 

3. D'où vient le mot « hystérique » ?

 de « hister », nom génériques des escarbots (coléoptères)

de « féministe », c'est synonyme, non ?

de « utérus », car l'hystérie était due, selon Hippocrate, au manque de rapports sexuels

 

4. Quel pourcentage de femmes  1eres fédérales au PS ?

10%, à peu près comme le pourcentage de femmes maires (14%)

20%, à peu près comme le pourcentage de femmes à l'Assemblée (18, 5%)

50%, la parité, comme ... (pas d'exemple)

 

5. Quelle est la différence entre les retraites des femmes et des hommes ?

19%, comme l'écart de salaire à temps complet entre les femmes et les hommes

27%, comme l'écart de salaire global entre les femmes et les hommes

40%, et c'est notamment pour cela que j'irai manifester le 7septembre prochain

 

6. Relier les dates à l'évènement concerné :

1965 - Première loi sur l'égalité professionnelle (Roudy)

1975 - Droit d'exercer une activité professionnelle sans autorisation de son mari

1983 - Reconnaissance du viol conjugal

1990 - Droit à l'IVG pour les mineures sans autorisation des parents (attention, piège)

2001 - Droit au divorce par consentement mutuel

 

            Pour les réponses, conseille Caroline de Haas, RDV sur le stand « Osez le féminisme ! ».

            Quant à moi, je n'y serais  pas, Martine Aubry m'a exclue avec 57 autres socialistes qui avaient soutenu Georges Frêche aux régionales du Languedoc Roussillon.

            « Pas vrai ! », m'a dit Caroline. Car tout le monde au PS pense que nous avons été réintégrés.

            Mais au fond, comme j'avais un faux dans mes réponses, peut-être que Martine a eu raison. Reste à savoir, « au grand test de l'été » combien de fois la  Première secrétaire se sera trompée !

 

 

18:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

23 août 2010

La Rochelle, août 2010

Yvette Roudy, ancienne ministre des droits de la femme, présidente fondatrice et son équipe nationale vous convient à L'université d'été de l'Assemblée des femmes les 25 et 26 août 2010 à La Rochelle.

            Thème des travaux : « Vous avez dit diversité ? »

            Accueil mercredi 25 à 9 heures 30, Salle de l'Oratoire par le maire de La Rochelle, Maxime Bono et programme suivant :

Le concept de diversité : Réjane Sénac - Slawinski, Chercheure au CNRS.

Définition du modèle dominant : Yvette Roudy, Ancienne Ministre.

Diversité sans droit et sans  obligation :

. Annie Junter-Loiseau, Université Rennes II.

. Florence Aubenas, Auteure du« Quai de Ouistreham » (pressentie).

Diversité ethnique :

. George Pau - Langevin, Députée de Paris.

. Djemila Benhabib, Auteure de « Ma vie à contre-coran ».

. Geneviève Couraud.

 Diversité générationnelle :

. Michèle Delaunay, Députée de la Gironde.

. Caroline de Haas, Présidente du réseau « Osez le féminisme ».

Les retraites : Danièle Bousquet, Vice-Présidente de l'Assemblée Nationale.

Hassi-Messaoud : Françoise Durand, Historienne et Secrétaire générale de l'Assemblée des femmes

● Réflexions sur la diversité vue par une expatriée : Michèle Sarde, Universitaire.

Projection d'un film (choix réservé).       

            Inscriptions auprès de la trésorière nationale, Colette Stéphan : 60 euros les 2 jours de conférences (avec déjeuners et DVD compris) - 30 euros la journée . TR (-25 ans, étudiants, chomeurs): 20 euros les 2 jours (avec déjeuners et DVD compris) -10 euros la journée.

assembleedesfemmes@gmail.com

 

11:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

20 août 2010

Grand et Blanc

C'est en sa qualité de maire, les 1545 maires de la Région avaient été aussi destinataires de la missive envoyée en juin aux sénatrices et sénateurs du Languedoc Roussillon (Voir « Une occasion unique de concilier scrutin majoritaire et parité », 17 juin 2010)  que le député (UMP) Jean-Pierre Grand m'assure de son soutien dans notre combat pour sauver la parité face au projet de réforme territoriale concocté par l'exécutif.

            Si dans deux amendements, il a pris soin de m'en adresser copie, Mr Grand s'est clairement prononcé pour le maintien du principe de parité au cours des débats des 27  et 28 mai à l'Assemblée nationale, « au sein des assemblées régionales, nous avions pris l'habitude de voir des femmes et des hommes, à parité, occuper des responsabilités. A l'avenir cela n'existera plus » ; « le texte consacre une série d'abandons (...), il abolit également l'exigence de parité... Mes chers collègues, vous rendez-vous compte que vous allez voter la fin des élections régionales et en même temps  celle de la parité ? », je compte vivement sur lui pour défendre avec le même brio dans les discussions de deuxième lecture qui auront lieu en septembre, l'adoption pour l'élection des conseillers territoriaux, du scrutin « binominal » proposé par la sociologue Françoise Gaspard dans un article paru dans Le Monde du 16 juin 2010 que j'ai déjà évoqué.

            Quant à Mme Geneviève Blanc, conseillère générale du Gard elle me fait savoir « je soutiens votre proposition de liste paritaire à 2 qui pourraient concerner les élections parlementaires ainsi que les élections des conseillers territoriaux le cas échant ».  

            Et si Mr Jean-Pierre Grand lit ce Blog, j'espère que cela lui donnera encore une nouvelle idée. En particulier pour l'élection de députées.

 

15:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

19 août 2010

Code barre

Nette avancée de la direction du Parti socialiste, la semaine prochaine à La Rochelle : on y parlera des femmes et des hommes, « vers l'égalité professionnelle » (Atelier n° 21), il y en a 26, et c'est à l'Université d'été, sous l'égide de « La vie qu'on veut ».

            Il serait plus juste de dire « La vie qu'on peut ».

Déjà, en 1972, il y a donc 38 ans, le législateur affirmait le principe « a travail égal, salaire égal ». Une dizaine d'année plus tard, la loi fondamentale « Roudy » de 1983 s'engageait à supprimer cette inégalité professionnelle qui joue toujours au détriment des femmes.

Et force est de constater que depuis, aucun gouvernement de gauche et de droite ne s'est réellement donné les moyens de résoudre le problème. Entre temps cinq lois ont renforcé le dispositif énoncé par Yvette Roudy et une modification de la Constitution a inscrit, à côté de la parité politique, l'égalité professionnelle dans son article 1er. Au travail, les femmes gagnent encore aujourd'hui 27% de moins que leurs collègues masculins.

Ma première idée c'est que la direction du PS a du oublier que sa patronne  a été entre temps Ministre du travail et des affaires sociales. Alors, puisque le Parti socialiste se prépare à reconquérir le pouvoir, je me dis simplement que l'intitulé de cet atelier me semble pour le moins malvenu : « Femmes-hommes : vers l'égalité professionnelle », on pourrait croire à un engagement qui ne sera jamais tenu.

A moins, comme je l'entends souvent à propos de la parité politique, que « les choses se fassent naturellement », par exemple comme à l'Assemblée nationale (18% de députés)  dix ans après l'application de la loi.

Pour l'économie, c'est ce qu'affirme un magazine américain.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/08/17/et-l-ec...

« Lorsque l'économie sera repartie, dans cinq ans, un homme sur six entre 25 et 54 ans ne travaillera pas », c'est sa femme qui le fera ;  ils s'avéreraient, toujours selon ce magazine, « inapte à s'adapter », parce que « moins apte, (naturellement),  à se remettre en cause ».  

J'ai rapidement évalué la proportion de femmes parmi les intervenants de l'Université d'été du PS à La Rochelle. Pour faire court, invariablement d'une année sur l'autre, cela ne pèse pas lourd.

Gageons que les organisateurs n'ont pas lu cette « Lettre de Wall Street » dont  Le Monde vient de publier cet article « Et l'économie créa la femme » dont je vous parlais.  

Ils étaient, certainement comme les députés et sénateurs depuis des années pour l'égalité professionnelle trop occupés par d'autres priorités.

L'innovation cette année à la Rochelle, c'est le « code barre ». C'est écrit sur le programme. Pour éviter aux participants inscrits de « faire la queue ». Et c'est rudement important !

 

20:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)