statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 août 2010

Code barre

Nette avancée de la direction du Parti socialiste, la semaine prochaine à La Rochelle : on y parlera des femmes et des hommes, « vers l'égalité professionnelle » (Atelier n° 21), il y en a 26, et c'est à l'Université d'été, sous l'égide de « La vie qu'on veut ».

            Il serait plus juste de dire « La vie qu'on peut ».

Déjà, en 1972, il y a donc 38 ans, le législateur affirmait le principe « a travail égal, salaire égal ». Une dizaine d'année plus tard, la loi fondamentale « Roudy » de 1983 s'engageait à supprimer cette inégalité professionnelle qui joue toujours au détriment des femmes.

Et force est de constater que depuis, aucun gouvernement de gauche et de droite ne s'est réellement donné les moyens de résoudre le problème. Entre temps cinq lois ont renforcé le dispositif énoncé par Yvette Roudy et une modification de la Constitution a inscrit, à côté de la parité politique, l'égalité professionnelle dans son article 1er. Au travail, les femmes gagnent encore aujourd'hui 27% de moins que leurs collègues masculins.

Ma première idée c'est que la direction du PS a du oublier que sa patronne  a été entre temps Ministre du travail et des affaires sociales. Alors, puisque le Parti socialiste se prépare à reconquérir le pouvoir, je me dis simplement que l'intitulé de cet atelier me semble pour le moins malvenu : « Femmes-hommes : vers l'égalité professionnelle », on pourrait croire à un engagement qui ne sera jamais tenu.

A moins, comme je l'entends souvent à propos de la parité politique, que « les choses se fassent naturellement », par exemple comme à l'Assemblée nationale (18% de députés)  dix ans après l'application de la loi.

Pour l'économie, c'est ce qu'affirme un magazine américain.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/08/17/et-l-ec...

« Lorsque l'économie sera repartie, dans cinq ans, un homme sur six entre 25 et 54 ans ne travaillera pas », c'est sa femme qui le fera ;  ils s'avéreraient, toujours selon ce magazine, « inapte à s'adapter », parce que « moins apte, (naturellement),  à se remettre en cause ».  

J'ai rapidement évalué la proportion de femmes parmi les intervenants de l'Université d'été du PS à La Rochelle. Pour faire court, invariablement d'une année sur l'autre, cela ne pèse pas lourd.

Gageons que les organisateurs n'ont pas lu cette « Lettre de Wall Street » dont  Le Monde vient de publier cet article « Et l'économie créa la femme » dont je vous parlais.  

Ils étaient, certainement comme les députés et sénateurs depuis des années pour l'égalité professionnelle trop occupés par d'autres priorités.

L'innovation cette année à la Rochelle, c'est le « code barre ». C'est écrit sur le programme. Pour éviter aux participants inscrits de « faire la queue ». Et c'est rudement important !

 

20:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.