statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 juillet 2010

34° à l’ombre

Deux femmes voilées et vêtues de la tête au pied,  « seul leur visage était découvert »,  ont prétendu mardi dernier dans l'Aude se baigner ainsi dans la piscine d'un centre de vacances géré à Port -Leucate par la Fédération des œuvres laïques de l'Aude (FAOL).

            Ce qui leur a été refusé ... au seul motif du règlement intérieur qui stipule que la tenue pour la baignade est le maillot de bains.

            Soit !

            Toutefois, tant l'attitude de la FAOL, « à la direction du village de vacances on minimise l'incident » (Midi-Libre du 22 juillet 2010), que les propos de la sous-préfète de Narbonne, considérant que « c'est avant tout un problème de règlement intérieur du centre de vacances, mis en place pour des raisons d'hygiène et sanitaires ... » demeurent choquants.

            Parce qu'ils occultent sciemment l'existence de ces « fondementalistes, pas fous qui commencent par la burqa puis demandent des piscines et des classes séparées ... » (Voir Yvette Roudy dans « La colère d'Yvette », 19 juillet 2010)   . Et tant la Fédération des œuvres laïques le d'Aude que la représentante de l'Etat qui s'abritent pour ne pas faire de vagues derrière l'hypocrisie du prétexte réglementaire ne grandissent pas l'honneur de la République.

            Les premiers, parce qu'ils n'ont pas hésité à trahir leurs principes laïques et républicains, la seconde parce qu'elle n'a pas osé aller jusqu'au bout de la logique du Gouvernement qu'elle est censée représenter à Narbonne et dont la majorité vient de voter une  loi sur l'interdiction du voile intégral.

            Je participais fin juin à la Marche mondiale des femmes à Istambul. Dans cette ville cosmopolite où les femmes ont le droit de vote depuis 1934, où la polygamie est interdite depuis 1926,  le voile quand ce n'est pas le niqab,  sinistre et noir,  est désormais la règle.

            L'incident survenu à Port-Leucate n'est pas un hasard. Ni certainement une exception. Sur le parking des piscines de l'Espace de Liberté à Narbonne, le même jour un monsieur et une dame attendaient. Le premier portait une grande barbe, et elle abhorrait le voile sinistre et noir, intégral.

            Il faisait 34° à l'ombre !          

16:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.