statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 juin 2010

Giséle Jourda invite ses amis

photo gisèle jourda.JPGLes insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur me seront remis  par Madame Geneviève TAPIÉ - Chevalier de la Légion d’Honneur, Officier de l’Ordre National du Mérite, Présidente de l’Assemblée des Femmes - et par Monsieur Marcel RAINAUD - Chevalier de la Légion d’Honneur, Sénateur de l’Aude, Président du Conseil Général de l’Aude - en présence de Messieurs Jean-Paul DUPRE - Maire de Limoux, Député de l’Aude -, Jacques BASCOU - Maire de Narbonne, Député de l’Aude - et Jacques HORTALA - Président du SDIS, Conseiller Général du canton de Couiza, Maire de Couiza - le :

 

Vendredi 2 Juillet 2010 à 18 heures 30

Centre de Secours – Boulevard du Minervois 11800 TREBES

 

16:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

26 juin 2010

La parité tombée à l’eau

Tout compte fait, La Barbe, (Voir « La Barbe »,  24 juin 2010),  elles ont entièrement raison.

            J'ai reçu hier soir une lettre de la sénatrice du Puy de Dôme Michèle André, suite au courrier expédié aux sénateurs (voir « Une occasion historique de concilier scrutin majoritaire et parité », 18 juin 2010)  dont je lui avais tenu copie. Elle me dit :

 

1er ) Qu'en sa qualité de Présidente de la Délégation des droits des femmes au Sénat, elle a recommandé à la Commission des lois que l'élection des futurs conseillers territoriaux porte « non sur un candidat unique, doublé d'un remplaçant, mais sur un « binôme paritaire » constitué  de deux candidats de sexe différent ... ». Bref, la proposition développée par Françoise Gaspard dans Le Monde du 15 juin 2010 (Voir « Pour sauver la parité, vive le scrutin uninominal », 16 juin 2010).

2e ) Qu'en l'espèce, la dite Commission des lois  a voté contre sa proposition qui était celle d'ailleurs que les Associations avaient présentée au cours de l'audition du 3 juin 2010 à laquelle je participais.

 

            La question tient en 10 mots : combien de femmes à la Commission des lois du Sénat ? Certainement pas plus que la proportion de femmes qui siègent dans la Haute Assemblée : 21, 9 % (2008). C'est-à-dire en dessous du seuil critique de 30% pour vraiment y peser.

 

            Alors ? C'est la parité tombée à l'eau. On va bien nous mettre, histoire de nous amuser quelques pénalités au niveau local pour les partis politiques qui ne présenteront pas assez de candidates. Mais c'est une mesure pour faire des ronds dans l'eau. Appliquée aux élections législatives (18, 5% de députées en 2007) elle n'a pas produit les effets escomptés. A moins d'un renforcement très dur de ces « amendes » au point de les rendre, comme le dit encore la sénatrice Michèle André « insupportables aux partis ». Mais les partis, cela va de soi, sont représentés par leurs élus à la Commission des lois.

 

            Notre dernière chance est l'inconstitutionnalité du projet de loi de réforme territoriale dans son ensemble.

 

            A moins qu'une majorité au Sénat se dégage la semaine prochaine pour rejeter la loi.

 

            Reste que tout de même la parité, vu par les sénateurs,  aura bien pris l'eau. Et c'est  la démocratie en sort mouillé.

 

15:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

24 juin 2010

La Barbe !

ReformeScrutin la Barbe.jpeg« VOUS ÊTES ULCERES PAR LA PRESENCE DES FEMMES EN POLITIQUE ? » 

«  Une occasion unique se présente à vous ! »

En écrivant à vos sénateurs, le Groupe féministe La Barbe,  vous propose « de les convaincre de réintroduire dans le projet de réforme des collectivités territoriales un mode de scrutin uninominal, non paritaire, DIGNE DES SIECLES PASSES ET DE L'ESPRIT DE NOS PERES qui remettra enfin les femmes à leur juste place : aux fourneaux ! »

 

« Rendez-vous compte », ajoutent –elles, « La proportion de femmes dans les collectivités territoriales pourrait passer de 47% (dans les Conseils Régionaux à l'heure actuelle) à 12% (proportion présente dans les Conseils Généraux, élus au scrutin uninominal)). Une avancée inespérée pour la cause de La Barbe.

Avant l'ouverture des débats au Sénat les 28, 29 et 30 juin, envoyez une carte d'encouragement aux Sénateurs de la majorité. Demandez-leur à votre manière de contribuer à l'effort de modernisation de notre Etat en luttant contre la féminisation des instances de décision ».

 

Très franchement,  La Barbe, www.labarbelabarbe.org ,  elles n’ont pas tort !

 

            Tenez, prenez la liste des sénateurs du Languedoc Roussillon à qui nous avons (très sérieusement) écrit le 17 juin (Voir « Une occasion unique de concilier scrutin majoritaire et parité », 18 juin 2010).

            Eh bien à ce jour, un seul, le sénateur Robert Navarro  a répondu par courrier le 22 juin :  « (…) sachez tout d’abord que je suis opposé à la création du conseiller territorial qui devrait remplacer, à partir de 2014, le conseiller général et le conseiller régional. En première lecture, j’ai participé à la bataille parlementaire sur ce point(…)

            En ce qui me concerne, je reste attaché au scrutin proportionnel tel qu’il est en vigueur actuellement pour les conseillers régionaux. Comme vous le soulignez, ce scrutin a fait ses preuves puisque les Conseillers régionaux issus des élections de mars 2008 dénombrent 47% de femmes et autant de vice-présidentes. J’espère que nous parviendrons à le maintenir, car il en va de la démocratie dans nos territoires… ».

 

            Quant au groupe formé des  31 conseillères régionales et des 18 conseillères générales des 5 départements de la région saisies de notre démarche, seulement deux ont réagi : la première pour me complimenter hier de ma toilette ; la deuxième, pour me dire, dès réception de mon message,  il s’agit de Mme Collerais vice-présidente  (ex communiste) du Conseil régional : « Merci pour ton combat pour la parité. Je souscris évidemment. Cependant je dois t'avouer que si je pense nécessaire une réforme, celle qui est en marche présente bien des dangers dont les conséquences retomberont sur l'ensemble des citoyens, en particulier les plus démunis.Ce sont, de mon point de vue, les territoires les plus pauvres et les zones rurales qui en souffriront le plus. Je suis contre cette réforme la ».

 

            Ouf ! Cela fait 2 élues sur 49 ! On respire.

           

13:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

23 juin 2010

Les Ors de Sophie

Photo sophie boniface pascal.jpgProfesseure agrégée d'Education physique, élue sur la liste de Georges Frêche dès 2001, aujourd'hui Maire adjointe chargée des Sports de la ville de Montpellier,  Conseillère à la Communauté d'Agglomération, Sophie Boniface-Pascal recevra le 26 juin prochain la Médaille d'OR  de la Jeunesse et des Sports que le Ministre lui a décerné à la promotion du 1er Janvier 2010.

            Cette distinction d'ajoute à celle d'Officier des Palmes académiques  et couronne une carrière de cette élue politique,  dans l'Education nationale, auprès du  Ministère de la justice (elle fût à plusieurs reprises juge assesseur au Tribunal pour enfant de Montpellier),  et au sein de nombreuses associations.

            L'Assemblée des femmes-Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon se félicite de ces Ors de Sophie, et lui présente toutes ses félicitations

09:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

18 juin 2010

Une occasion historique de concilier scrutin majoritaire et parité

L'Assemblée des femmes -Observatoire régional de la parité, écrit aux sénatrices et sénateurs du Languedoc Roussillon et saisit les 49 élues régionales et cantonales de cette initiative.

            Leur réponse sera entre autres prochainement publiée sur ce blog.

 

 

Observatoire de la parité

Languedoc-Roussillon

 

Montpellier le 17 juin 2010

 

Mesdames et messieurs les sénatrices et sénateurs des départements de la Région Languedoc Roussillon

Sénat

15, rue de Rue de Vaugirard

75 207 Paris CEDEX 6

Madame la sénatrice, monsieur le sénateur,

 

            Vous le savez, les Conseil régionaux issus des élections de mars 2010 dénombrent 47%  de femmes  et autant de vice-présidentes.

Cette proportion d'élues risque de se voir amputée de plus de la moitié de ses effectifs  si le scrutin uninominal tel que retenu par l'Assemblée nationale du 3 juin est inscrit dans la loi sur la réforme territoriale. Et l'amendement présenté in extremis par les députés de la majorité visant à introduire pour cette élection locale une sanction financière comparable à celle qui pénalise les formations ne présentant pas autant de femmes que d'hommes aux législatives n'y changera rien.

            Vous le savez, depuis l'entrée en vigueur de la loi du 6 juin 2000, dite Loi sur la parité,  les partis ont montré en dix ans qu'ils préféraient se priver d'une partie du financement public plutôt que de présenter des femmes, sauf, bien entendu dans les circonscriptions qu'ils considèrent perdues d'avance pour le camp.

            L'examen du projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales est inscrit en seconde lecture à l'ordre du jour du Sénat à la fin du mois de juin.

            Vous le savez certainement, dans un article paru dans Le Monde du 16 juin 2010, la sociologue Françoise Gaspard, ancienne parlementaire, introduit dans le débat l'idée que cette réforme peut être « l'occasion historique » de montrer qu'il est possible de concilier scrutin majoritaire et parité. Il suffit pour cela d'adopter,  pour l'élection des conseils territoriaux, un scrutin « binominal ».

            Notre Association s'est ralliée à cette proposition. Elle se traduit concrètement de la façon suivante : chaque formation politique devra présenter deux candidats, un de chaque sexe. Il n'est pas nécessaire de doubler le nombre de circonscriptions mais d'en fondre deux en une.

            Nous vous demandons instamment de saisir votre Assemblée de cette initiative, loin d'être utopique puisque appliquée depuis 1999 au Pays de Galles pour l'élection de son Parlement qui compte autant de femmes que d'hommes.

            Vous voudrez bien nous tenir informés de vos intentions.

            Dans l'attente, je vous prie de croire, Madame la sénatrice, monsieur le sénateur, en l'assurance de ma pleine considération.

 

La présidente,

 

Geneviève Tapié

Chevalier de la Légion d'Honneur

Officier de l'Ordre national du Mérite

 

 

Destinataires : Mesdames et Messieurs les sénateurs du Languedoc Roussillon : Mr Courteau et Mr Rainaud, sénateurs de l'Aude ; Mme Laurent-Pérrigot, Mr Fournier, Mr Sutour, sénatrice et sénateurs du Gard ; Mme Bruguière, Mr Couderc, Mr Navarro, Mr Tropéano , sénatrice et sénateurs de l'Hérault ; Mr Blanc Jacques, sénateur de la Lozère ; Mr Alduy , Mr Blanc Paul, sénateurs des Pyrénées -Orientales.

 

Copies : Mesdames  et Messieurs les maires des 1545 communes du Languedoc Roussillon

             : Mme Michèle André, sénatrice du Puy de Dôme, présidente de la Délégation des droits des femmes au Sénat

             : Madame et messieurs les présidents des Groupes politiques du sénat

11:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)