statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 mai 2010

L’eau du moulin

Martine Aubry a les sénateurs dans le collimateur, elle veut  contraindre  ceux qui exercent un mandat local à y renoncer dès le renouvellement de 2011. Traduction, en jargon socialiste cela s'appelle la rénovation dont le « Vote des militants », le « non-cumul des mandats »,  la « parité » et « les valeurs » cela va de soit sont les corollaires.

Prenons le vote des militants. 80% ayant approuvé en octobre le non cumul des mandats pourrait faire craindre à trois quarts des sénateurs socialistes en place le destin funeste du mandat unique dès 2011. Que les personnalités visées se rassurent : Martine Aubry nous a montré en experte que le vote des militants était fait pour être bafoué, 58 candidats socialistes ainsi désignés n'ont-ils pas été au lendemain des régionales exclus en Languedoc Roussillon sans autre forme de procès ?

Quant aux règles, dont celle concernant le non cumul des mandats, il est possible cela va de soi toujours d'y déroger. J'en déduis puisque Martine Aubry l'a promis aux sénateurs vent debout en colère que la rénovation est dérogatoire.

D'ailleurs, prenez la parité.

Aux législatives de 2002, il fallait bien trouver des circonscriptions pour les femmes, le PS avait décidé de leur réserver celles où le sortant socialiste ne se représentait pas. Sur les 17 disponibles, 16 dérogations ont été accordées. Les femmes sont restées à la porte de l'Assemblée.

Quant aux « valeurs », c'est clair Martine Aubry ne peut les laisser en reste.

Le groupe socialiste de l'Assemblée nationale vient d'élaborer une proposition de loi pour « aboutir à une meilleure représentation des femmes au parlement » ( Proposition de loi n° 2422 de MM. Bruno LE ROUX, Jean-Marc AYRAULT et Mme Élisabeth GUIGOU et plusieurs de leurs collègues visant à renforcer l'exigence de parité des candidatures aux élections législatives).

Reconnaissons à Martine que cette proposition, elle prive les partis qui ne respectent pas la parité des élus de tout financement public, est révolutionnaire.

Et l'intérêt pour la Première secrétaire qu'elle est, sera qu'elle n'aura même pas à y déroger, puisque faute de majorité, cette proposition de loi ne sera jamais adoptée.

Mais les « valeurs » seront sauves et la « rénovation » en marche !

Remarquez, vous pourriez me dire que cela ne me regarde plus  puisque je suis exclue.

Vrai. Et de ce côté-là il semblerait qu'ici aussi les « valeurs » (solidarité, cohésion, cohérence du bloc des « exclus » ...) s'effritent. Martine Aubry pourrait dès lors y puiser l'eau pour le moulin de sa « rénovation ».

14:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

17 mai 2010

Les mots justes

photo chappert(2).jpgLe Président de la République l'avait, sur sa réserve présidentielle,  élevée en janvier, au grade de Chevalier de la Légion d'honneur. Et ce matin, au temple de la rue du Brueys, à Montpellier,  j'ai eu le triste privilège de déposer ses insignes sur sa dépouille au  terme d'une cérémonie religieuse. Marcelle Chappert Paris (Voir « Bonne année ! Marcelle Chappert-Paris, ancienne maire de Gallargues le Montueux (Gard), Chevalier de la Légion d'honneur », 1er janvier 2010) nous a quitté, brusquement, dans la nuit du 11 au 12 mai, avant même de pouvoir les recevoir.

            Le problème était de trouver les mots justes ... CV Marcelle Chappert discours.doc

12:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

12 mai 2010

LETTRE OUVERTE de l’Assemblée des Femmes –Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon AUX PRESIDENTS DES COLLECTIVITES TERRITORIALES DE LA REGION

Monsieur le Président,

                L'examen du projet de loi sur la réforme des collectivités territoriales commencera le 25 mai prochain à l'Assemblée nationale. La question du mode de scrutin des conseillers territoriaux et le problème de la parité restent à régler.

                L'évaluation du poids des  élues au Conseil régional et dans les 5 Conseils généraux du Languedoc Roussillon démontre l'efficacité de la législation appliquée aux scrutins de liste par rapport à la faiblesse de la représentation des femmes dans les assemblées élues au scrutin uninominal. La Région a élu en 2010, 46,5% de conseillères régionales et,  pour la première fois dans l'histoire du Languedoc Roussillon, plus de femmes (53,3%) que d'hommes siègent au sein de l'exécutif régional. Par contre, dans leur globalité les Départements, ils ont élu en 2008 près de 5 fois moins de Conseillères générales que de Conseillères régionales et 6 fois moins de vice-présidentes, demeurent tributaires d'un scrutin uninominal meurtrier pour la parité.

                Les projections que nous avons réalisées pour les élections territoriales de 2014 selon un mode de scrutin mixte où 20% des conseillers territoriaux seulement seront élus avec contrainte légale montrent un fort recul de la parité : si cette réforme devait être appliquée, les femmes représenteraient alors à peine 17% des effectifs des élus et 6, 39% des vice-présidents (Voir note jointe).

                L'Assemblée des femmes-Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon estime que la réforme territoriale proposant l'élection de conseillers territoriaux au scrutin uninominal pour 80 % d'entre eux est contraire à l'article 1 de la Constitution française qui précise que « La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales ».

                Considérant que le partage du pouvoir entre les femmes et les hommes est une condition  nécessaire à l'exercice de la démocratie, considérant que les régressions sur les droits des femmes sont partout, et que le recul de leur représentation ne peut qu'accréditer, voire accélérer une situation déjà préoccupante, nous vous demandons de prendre clairement position sur cette question en exprimant votre opposition contre ce processus antidémocratique et anticonstitutionnel.

                Dans l'attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l'expression de ma pleine considération.

 La Présidente, Geneviève Tapié

  • - Mr Georges Frêche, Président de la Région Languedoc Roussillon
  • - Mr Marcel Rainaud, Président du Conseil général de l'Aude
  • - Mr Damien Alary, Président du Conseil général du Gard
  • - Mr André Vézinhet, Président du Conseil général de l'Hérault
  • - Mr Jean -Paul Pourquier, Président du Conseil général de la Lozère
  • - Mr Christian Bourquin, Président du Conseil général Des Pyrénées-Orientales

Reforme des collectivités territoriales% femmes CG et CR LR mai 2010.doc

10:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

10 mai 2010

Sélectionneurs

Jeunes et jolies, et ... « compétentes », « au niveau », de surcroît !

            Tels sont les critères des cabinets de recrutement lancés par les grands patrons à la recherche des futures administratrices des entreprises du CAC 40 pour anticiper la féminisation des conseils d'administration avant que le couperait de loi ne leur tombe sur la tête.  La future législation, une proposition de loi est déposée à l'Assemblée nationale,  prévoit par palier, d'abord 20% puis  40 %  de femmes parmi les administrateurs de société dans les 6 ans à venir.

            La commande des patrons aux chasseurs de tête est on ne peut plus claire. «Des dirigeantes  plus jeunes que la moyenne des administrateurs, (...) à l'aise avec la culture d'un grand groupe. Et avenantes » !   nous rapporte le Journal du Dimanche d'hier. Et Diane Segalen, vice présidente d'un cabinet de recrutement en charge de la question de s'exclamer : « Certains dirigeants ne se sont pas fait prier pour commenter les photos des candidates que nous leur soumettions... ».

            Les mêmes qui, la main sur le cœur, s'offusquent des écarts de conduite de Mr Ribery, le célèbre footballeur ?

            Il faut dire encore que dans l'entreprise comme sur le terrain de foot, les sélectionneurs restent des hommes. Comme en politique ?

11:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

07 mai 2010

La guerre

Le projet de reforme des collectivités territoriales doit être examiné à l'Assemblée nationale à partir du 25 mai.

Le glas du scrutin mixte - uninominal (pour  80% des futurs conseillers territoriaux) assorti d'une dose de 20% de proportionnelle - à un tour prévu par le gouvernement dans son projet de loi a été sonné le 4 mai  par le président du Groupe UMP Jean -François Copé : « De toutes façons, le scrutin à un tour, c'est mort » ! (Le Monde, 6 mai 2010) http://www.lemonde.fr

Restait à régler le problème de parité, défavorisée par le scrutin uninominal (Voir, « L'objectif de résultat », 20 avril 2010 et « Scélérats ! », 31 mars 2010).

« Il faudra trouver des mécanismes incitateurs forts » a dit Mr Hortefeux, Ministre de l'intérieur, tout en sonnant un deuxième glas, celui de la proposition de loi faite par la rapporteure de l'Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes, Service du Premier ministre, Chantal Brunel, députée UMP du Val de Marne, visant à faire dépendre le financement des partis du respect de la parité des élus et non des candidatures. Ce qui risquait de leur coûter beaucoup plus cher. « Le gouvernement ne soutien pas cette initiative » a expliqué Mr Hortefeux.

Oui mais voilà, « la vérité d'hier de Mr Hortefeux n'est pas celle de demain ou de tout le monde à l'UMP » décode ma Haute fonctionnaire d'amie aujourd'hui. La proposition de loi de Mme Brunel semble loin d'être enterrée. Le Premier ministre vient d'annoncer son soutien à cette proposition de loi lors des états généraux de ELLE.

Alors, c'est la guerre à l'UMP ?

Gageons que les françaises dans leur ensemble puissent en sortir vainqueures !

13:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)