statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mars 2010

Scélérats !

 

  Au Conseil national du Parti socialiste du 27 mars, Laurent Fabius, ancien Premier Ministre a lancé : « Les textes gouvernementaux sont scélérats. On dit que la réforme (territoriale) est destinée à combattre l'abstention. Non ! Elle est destinée à combattre le mauvais score de l'UMP  (Le Figaro, 29 mars 2010).  Il est loin d'avoir tort. Sauf qu'il omet de dire que la Réforme  est aussi destinée à assassiner la parité.

Un calcul de projection[1] prenant en compte les proportions d'hommes et de femmes dans le conseil régional et les 5 conseils généraux du Languedoc Roussillon : respectivement 45,45% de femmes élues au scrutin de liste (en 2010), pour seulement 9,7% d'élues au scrutin uninominal (cantonales de  2008) permet sur cette base, d'anticiper  les conséquences du mode d'élection des futurs conseillers territoriaux sur la parité.

 

 Projection F/H aux élections territoriales de 2014, selon le mode de scrutin  (Languedoc-Roussillon)

 

 

Scrutin de liste

20% des conseillers territoriaux

avec contrainte paritaire

sur projection régionales 2010

=45,45 %F 54,55 %H

Scrutin uninominal

80% des conseillers territoriaux

sans contrainte paritaire

sur projection cantonales 2008

= 9,7%F et 90,3%H

Total

Femmes

9,01%

7,8%

16,8%

Hommes

10,9%

72,2%

83,2

Total

20%

80%

100%

 

Après le scrutin régional des 14 et 21 mars 2010, le Languedoc Roussillon, rappelons le,  a élu 45, 45% de conseillères régionales et 53% de vice-présidentes.

La réforme est destinée à ramener à 16,8% la proportion de femmes dans la future Assemblée territoriale du Languedoc Roussillon. Et la France entière sera touchée dans les mêmes proportions.

Je ma suis demandée si Mr Fabius le savait ou semblait volontairement l'ignorer.

Car, au moment où le projet de l'exécutif vise aussi à diviser par deux le nombre total d'élus territoriaux, éliminer les femmes peut représenter une solution  pour faire davantage de place aux hommes. Et, pour reprendre la logique de Laurent Fabius, « il est plus facile à un homme de céder sa place à une femme dans l'autobus que son siège de député ».

Il serait donc criminel que le Parti socialiste se prête à cette hypocrisie dont, au bout du compte, parce que c'est la patronne, Martine Aubry porterait la seule responsabilité.

Les femmes ont cependant des alliés.

A l'occasion  de la réunion de l'Union départementale des Elus socialistes et républicains de l'Aude du 27 février 2010 à Capendu, j'ai saisi de ce souci le Sénateur Roland Courteau, son Président.

J'ai appris par la suite qu'il avait soulevé la question de « la parité assassinée » devant une assemblée de plus de 700 élus audois.

Un exemple à suivre et à méditer.

 



[1] Calcul effectué pour le Languedoc-Roussillon selon la méthode déterminée par l'Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes, Service du Premier Ministre.

11:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.