statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 mars 2010

Entendu à la TV

 

            J'ai été, en début de semaine, l'invitée à Béziers d'une Association pour répondre à la question « Les  femmes sont-elles des hommes politiques comme les autres » ?, dans une salle glaciale de la rue de Soférino, n'y voyez aucune allusion déplacée, où seule la chaleur des participant(e)s contrastait avec la température.

            « Les femmes sont-elles des hommes politiques comme les autres ? », est une question que je n'aime pas, même si ce soir là, elle a largement favorisé le débat. Parce que la poser, en induit une autre « les femmes, qu'est-ce qu'elles apportent de plus à la politique ? ». Ce qui entame, puisqu'on leur demande de justifier à priori la valeur ajoutée de leur participation, leur légitimité de participer à la Res publica. Et cela m'énerve !

            Ce matin dans Le Monde, Jean-Michel Normand (« Martine, Marie-Georges et Cécile : une partition, trois tons ») glisse à propos de cette rencontre : « point de formalisme inutile. Il n'y eu ni solennelle déclaration commune, ni même propos liminaire ». Veut-il signifier que personne, pour une fois,  ne s'était écouté parler ? Et que par conséquent le ton de ce trio de cheffes était différent ?  Possible.

            Etre féministe, faut-il le rappeler encore, c'est vouloir l'égalité des hommes et des femmes.

            Christine Pujol, la présidente de l'UMIH, le principal syndicat de restaurateurs, retranchée depuis 9 jours dans ses bureaux parisiens pour contester un putsch organisé en novembre dernier pour la débarquer, vient juste de nous le démontrer. Car, bien au-delà de la reconnaissance de sa légitimité par la justice, la décision a été rendue hier par le Tribunal de Paris, Mme Poujol, par son opiniâtreté  a vaincu  avec courage une armée de machos. Qui lui déniait entre autres pendant ces 9 jours le droit de se rendre aux toilettes et de s'alimenter, au motif que si «elle était mécontente du room service, elle n'avait qu'à aller se faire servir dans ses hôtels carcassonnais ». Entendu à la télé !

 

10:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.