statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21 février 2010

PSFIO*

Avec effet de manches à l’appui, Arnaud Montebourg, avocat de métier, dénonce « la très grave erreur » du sénateur maire socialiste de Dijon, François Rebsamen, qu’il accuse, en annonçant sa venue le 11 mars pour soutenir Georges Frêche à Montpellier « d’organiser la division » en Languedoc Roussillon.

            C’est son droit. Ce propos se passe donc de commentaire.

            Par contre, le même Arnaud,  député et président du conseil général de Saône et Loire,  il pourfend néanmoins le cumul des mandats et des fonctions, ajoute, par un amalgame blessant,  « cette espèce de PSFIO aux accents d’Algérie française comme cela existe en Languedoc Roussillon », arrogance et insolence à l’égard d’une génération de socialistes, « humbles serviteurs de la gauche au temps de l’omniprésence gaulliste, de l’opposition vécue comme une punition, de l’hégémonie du PCF ». Bref, de  ceux qui ont forgé la rénovation au moment de l’avènement  du PS en 1971.

            C’est  vrai que ni Arnaud, ni Martine, à cette époque n’était nés, socialistes s’entend !

            Il n’empêche que le Parti d’Epinay qui leur a permis qui d’être ministre, qui d’être député, « n’est pas né de nulle part ».

            Alors par ses propos blessants, par cet amalgame douteux de PS et de SFIO, Montebourg effacent d’un trait l’œuvre de ceux qui aux pires moments de notre histoire de militants (1958, 1952, 1969) ont su entretenir la flamme et permis de retrouver le passage.

            J’étais avec Georges Frêche de ceux là, lui dès1969, moi à partir de 1971.

            Je n’ai rien oublié. Je ne regrette rien.

            Je conseille simplement à Martine, à Arnaud de diversifier leur lecture, et d’accepter pour une fois de se plonger dans une époque qu’ils semblent méconnaître, celle où se constituait le nouveau parti socialiste, qui, comme le rappelle François Hollande dans la préface du livre de Jacques Fleury** que je leur conseille, « le Parti socialiste n’est pas né de nulle part ».

 

* Pour les non initiés : contraction de PS (Parti socialiste né du Congrès d’Epinay de 1971) et de SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière) fondée en 1905.

** Cité Malhesherbes. Journal intime d’un militant socialiste, 1959-1973. Préface de François Hollande- Jacques Fleury- Editions Bruno Leprince, octobre 1999.

13:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bonjour Geneviève,
Le problème à ce jour c'est qu'il faut faire de la politique tout en faisant de l'audimat. C'est à dire faire parler de soi. Tu me diras qu'un politique dont on ne parle pas est un politique mort. Mais bon. Facile d'aller dans le sens du poil, des médias, d'une certaine population, d'une certaine politique sans remettre dans son contexte les événements, les mots, les gens. Et non le PS, de France ou d'ailleurs n'est pas né de nulle part. La Région du Languedoc Roussillon et ses militant(e)s le savent mieux que quiconque. Personnellement, certains propos me gênes. Mais de la à traquer les militant(e)s, Georges Frêche lui même, "les chasser" comme on dit vulgairement. A force de faire la chasse au sorcières, Solférino ne sera plus qu'une adresse sans âme. Le Parti et la population qui croit encore en ces idées ne méritent pas çà. Il y a un Désir d'Avenir qui devrait monté de la base, et dire à ces lobotomisés de l'histoire de la lutte des peuples. Redescendez avec nous, revenez avec nous. On perd nos emplois, on a du mal à vendre nos productions, on n'en peut plus de ce mal être.
Bonne journée.
Dany

Écrit par : Dany Masson | 22 février 2010

Bonjour Geneviève,
Mon salut amical du Sud Aveyron pour t'apporter mon soutien ainsi qu'aux camarades qui ont été exclus du PS pour avoir -simplement respecté le choix des militants. Décidément, notre direction nationale, qui après le Congrés de Dijon, a une faible légitimité interne, essaye de faire croire à ses hautes vertus et à sa capacité à choisir "Valeurs plutôt que Réalisme". Tout cela est de la petite politique, nous en sortirons peut être un jour. J'avoue mon scepticisme...
Gagnez! Et Gagnez largement, je suis sûr que les mêmes Imprécateurs se perdront dans les méandres de leurs espoirs amers...
Amitiès,
Marc Ayral

Écrit par : Marc Ayral | 28 février 2010

Les commentaires sont fermés.