statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 février 2010

L’égalité au cœur du progrès social

« L’égalité des femmes et des hommes est au cœur du progrès social », tel est, en quelques mots le résumé du Rapport du Parlement européen qui sera débattu cet après midi en séance plénière à Strasbourg, et soumis au vote des députés mercredi 10 février ; l’égalité des genres a été élevée au rang de priorité par la Présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne .

            Pour le Rapporteur, Marc Tarabella, un socialiste belge, bourgmestre de Anthisnes, une commune rurale wallonne de 4000 habitants, « Les femmes et les hommes ont tout à gagner à une société plus égalitaire, débarrassée des stéréotypes sexistes », autrement dit que  « plus personne ne soit plus étonné qu’une femme conduise un bus ou qu’un homme fasse la lessive ».

            Si pour la lessive, j’émets encore aujourd’hui quelques réserves (il m’ennuie de retrouver mes tee-shirts teints en rose ou en noir selon le jour),  pour les bus, croyez moi, ce  n’a pas toujours été évident.

            Au début des années 1980, jeune Déléguée régionale du Ministère des droits de la femme que venait de créer François Mitterrand, j’avais entre autres pour tâche justement de favoriser l’emploi des femmes et de faire évoluer ces fameux stéréotypes sexistes.

            La formation d’un panel de « chauffeuses de bus » répondant à la fois à cette attente et à la politique du Ministère, ainsi fût fait avec succès à Montpellier : formées, dûment diplômée, restait quelques mois après à ces jeunes femmes  à trouver un employeur.

            Les opérateurs publics de l’époque, ils ont de la chance, ma mémoire flanche, j’ai oublié leur nom, c’était pour faire court les bus de ville et du département, sollicités, m’ont, en mettant les formes tout de même, carrément ri au nez : « Mme la Déléguée, tout de même, vous n’y pensez pas » !

            Si justement j’y pensais ! Si fort que le maire de Montpellier de l’époque, appelons le Georges Frêche puisque c’est de lui qu’il s’agit, a embauché la première. Je crois que c’était à la SMTU.  La glace était rompue, d’autres embauches  ont « naturellement »suivi.

            Quand vous prendrez demain le Tramway, le bus de ville à Montpellier, le Métro à Paris regardez et vous verrez.

            Comme quoi le progrès social tient à peu de chose !

 

12:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

dommage que cette phrase détruise votre démonstration
"Si pour la lessive, j’émets encore aujourd’hui quelques réserves (il m’ennuie de retrouver mes tee-shirts teints en rose ou en noir selon le jour),"

Très bien que les femmes aillent vers tous les métiers mais si c'est pour continuer AUSSI à faire ménage ce n'est pas la peine et elles n'y arriveront pas.

Votre conjoint est il donc tellement stupide qu'il ne puisse pas comprendre la différence entre le blanc et les couleurs et les différents programmes ?

http://blog.plafonddeverre.fr/post/Le-m%C3%A9nage-une-affaire-d-hommes

Écrit par : olympe | 08 février 2010

Non, Roger Tapié est toin d'être stupide et ceux et celles qui fréquentent notre maison hurleraient de rire à votre commentaire.
Alors, pas de sectarisme. Les travaux domestiques ne se réduisant pas à... la teinture des tee-shirts, je passe l'éponge, au sens où je préfére ne pas déléguer ce type de travaux!
Car, il faut aussi savoir passer l'éponge de temps en temps!

Écrit par : geneviève tapie | 08 février 2010

merci Olympe! et désolée roger!

Écrit par : debest | 08 février 2010

Eh oui, tout le monde ne sait pas que Roger est au four et au moulin et que c'est une réussite! Tant pis si quelques fois il y a un bug, celà arrive aux femmes aussi!!!!! Bravo Geneviève continue à te battre nous sommes avec toi.

Écrit par : Colette Elian | 09 février 2010

Cette anecdote fort intéressante sur les transports, ça me rappelle ce que j'avais ressenti en Russie.

Avec mon ami nous parlions beaucoup de ce sectarisme métiers d'hommes, métiers de femmes et nous avions un peu dévié.

Il en est était venu à me dire que les femmes voulaient bien faire de beaux métiers comme pilote ou avocate mais pas des métiers réputés ingrats comme mécano ou cheminot. Je lui ai dit que c'était faux puis un jour, nous étions à St-Petersbourg, je vois passer le tramway et je lui montre que c'est une femme qui le conduit.

Il m'a dit qu'à St-Petersbourg 90% des conducteurs de tramway sont des conductrices "c'est comme ça, c'est une tradition", je me suis demandé pourquoi mais j'ai trouvé ça pas mal. Une fois de retour à Moscou, je lui ai fait remarqué que je n'avais pas vu une seule conductrice de métro. Il m'a dit, c'est normal, c'est interdit.

Il y a des jours comme ça où on se rend compte que tout n'est pas une simple question de logique ou de bon sens...

Écrit par : Hélène Tindon | 12 février 2010

Voulez-vous un témoignage de quelqu'un qui a vu un homme se mettre au niveau d'une femme et...réussir? Eh oui, après avoir parcouru plus de 10 000 kilomètres d'une ile- La Réunion- pour atterrir chez Geneviève et Roger un soir de réveillon, j'ai apprécié, avec mes deux petites filles Pauline et Emmanuelle, la cuisine d'un homme, un certain Roger qui prenait, en plus, un plaisir non dissimulé aux fourneaux -c'est vraiment le cas de le dire- pendant que nous sirotions un petit blanc au salon avec...sa compagne, dirais-je- une certaine Geneviève. Dans mon île où l'esclavage et la subordination des femmes existait jusque, il n'y a pas si longtemps, croyez bien que j'ai apprécié de rentrer sous les draps adorablement disposés par... Geneviève dans une chambre aménagée et décorée par...Roger. Vous dites égalité?, vous dites solidarité?, vous dites partage des tâches?, moi je dis amour, compréhension, entraide et surtout intelligence. Comme quoi, chacun à son rythme, le monde évolue, n'est-ce-pas? Peut-être même la couleur de vos tee-shirts aux couleurs de la vie en rose! En tous les cas je vous le souhaite de tout coeur, Olympe. PS: L'aventurier du Languedoc-Roussillon que je suis n'a jamais su quantifier la longueur du chemin qu'il avaient dû parcourir, Geneviève et Roger, pour se rejoindre (se joindre?) à ce point. C'était tellement naturel. N'est-ce-pas cela qui compte en définitive? Pascal MURAT Ile de La Réunion

Écrit par : Pascal MURAT | 15 février 2010

Bonjour Geneviève,
Ah ce Roger, tellement il en fait. Il se mélange les programmes et les méninges. Allez "plan-plan" c'est pas grave.
Et puis Anthisnes, c'est pas loin de ma terre natale, c'est aussi "Le Condroz" (j'ai pas dit le Congo, hein) et ces villages si typiques, cette histoire vallonnée, de nos siècles passés qui défilent devant nos yeux au grand jour.
Que ce soit Marc qui ait été rapporteur me réjouit.
Quant à "plafonddeverre" Carglass répare, ... Roger bâtit, construit, pense, rie, aime, se rase, se lave, ouf quel mec ce Roger. Roger wath else ?
Bonne journée.

Écrit par : Dany Masson | 19 février 2010

Les commentaires sont fermés.