statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 février 2010

Cent vies

Depuis mon engagement à 20 ans derrière François Mitterrand, le vainqueur du Congrès rénovateur du Parti socialiste de 1971, j’ai eu cent vies, au nouveau Parlement européen élu au suffrage universel (1979), à la tête de la Délégation aux droits de la femme du  Languedoc-Roussillon (1981), P.DG d’une Société de consultant (1987), créatrice d’un vignoble aux Vignerons du Pays d’Ensérune (1996), Présidente de l’Assemblée des femmes-Observatoire régional de la parité (2000).

            Cent vies, parallèles à celles de Georges Frêche, membre du PS (1969), député de l’Hérault (1973), maire de Montpellier (1977) puis, Président de la Région Languedoc Roussillon en 2004, cent vies qui tiennent en trois mots : l’Europe, les femmes, la vigne.

            L’Europe pour Frêche est un maître mot. La vigne aussi. Parce qu’elle forge ce lien fédérateur entre les paysages, quelle est partie intégrante du patrimoine régional, il sait qu’il faut sauver le vignoble et porter plus loin encore pour tous nos vigneron(ne)s, une nouvelle ambition.

            Quant aux femmes, leurs talents est moteur de développement régional. Et dans une Région touristique comme la notre, où elles occupent la majorité des emplois de ce secteur, la modernité fondée sur une dynamique d'égalité professionnelle forme un potentiel d'innovation. Permettre aux femmes de "faire carrière" est un enjeu qu'il faut faire progresser.

Et Georges Frêche l'a bien compris.

C'est avec lui, un nouveau challenge pour la parité économique er sociale en Languedoc Roussillon qui commence le soir du 22 mars.

15:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bravo pour votre article courageux concernant G. Frèche.
Militant socialiste, je ne voterai pas pour Helene Mandroux.

Pourquoi ? Elle n’a à mes yeux aucune légitimité.

Seuls les militants de la Région ont le pouvoir de présenter leur candidat à ces élections. C'est François Mitterrand qui a mis cette disposition en place. Madame Mandroux n’était même pas candidate, et depuis si peu de temps socialiste...Si c'est ainsi que Martine Aubry espère se débarrasser des militants qui risquent de ne pas voter pour elle aux primaires, elle se trompe de cible. La tronche pas catholique de Fabius est un si piètre prétexte...personne ne croit à l'antisémitisme de Georges Frêche !

La déculottée que va prendre madame Mandroux n'aura d'autres conséquences que d'affaiblir un peu plus notre parti déjà bien malade. C'est irresponsable.

Bonne chance camarades socialistes, je souffrais déjà du fonctionnement de notre parti, mais là j'en suis trop profondément meurtri. Honneur à mes amis qui ont refusé d'entrer dans le jeu pervers du bureau national. Les sondages donnent 10 % à Hélène Mandroux... j'en suis surpris, comme je suis surpris et déçu de voir certains noms signataires de ce courrier. "perdre une région plutôt que perdre son âme "! comme vous y allez... qui va perdre son âme dans ce jeu perdant/perdant ?

Et croyez-moi, je n'ai pas fait le choix de sortir de notre maison commune.

Écrit par : lacalmette | 10 février 2010

Les commentaires sont fermés.