statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 décembre 2009

Démocratie et publicité

La réforme des collectivités territoriales sera votée en 2010, et outre un mode de scrutin qui prévoit la disparition de la parité dans les futurs conseils territoriaux, le projet porte l’ambition de vider les Départements de leurs compétences,  on appelle cela « la clause de compétence générale », pour permettre à l’exécutif d’amoindrir le contre-pouvoir que représente aujourd’hui une majorité de conseils généraux et 20 des 22 conseils régionaux en place dirigés au sein de la Gauche par un collège important de président(e)s socialistes.

Après, on peut s’étonner que Mr Vézinhet, le président du Conseil général de l’Hérault proteste de cette atteinte à la démocratie. Le Département a lancé il y a quelques jours une campagne de « publicité » dont quelques hypocrites s’offensent des coûts.

Avant les fêtes de Noël Le Monde a publié, moyennant finances, un encadré dans lequel André Vézinhet tentait d’expliquer au citoyen de base très loin de ce débat qu’il considère encore comme une simple affaire d’élus,  le danger que cette réforme représente pour lui. Et aujourd’hui c’est une affiche qui proclame qu’après la réforme territoriale le Département ne pourra plus aider les transports en commun (et notamment le ramassage scolaire ?) qui est mise en cause au motif que cela coûte cher.

C’est vrai. Mais la démocratie a un prix. L’information aussi.

Et si je regrette que le challenger malheureux de Mr Vézinhet aux législatives à Montpellier ne soit pas de cet avis, je déplore que le président du Conseil général de l’Hérault s’oblige à se justifier.

Car si ses électrices et ses électeurs n’approuvent pas cette initiative ils auront l’occasion de le lui faire savoir par les urnes aux prochaines élections. C’est ce qu’on appelle la sanction de la démocratie.

Encore faut-il que les citoyens soient informés, et bien, pour qu’elle puisse jouer à fond.

C’est la raison pour laquelle, André Vézinhet, en démocrate averti s’inscrit parfaitement dans ce rôle.

26 décembre 2009

Keep your airport clean !

A Francfort, l’aéroport est si vaste, que pour éviter aux fumeurs de faire des kilomètres à pied, on les enferme dans une cage vitrée faute de pouvoir aller s’en griller une à l’air libre. Et les agents de nettoyage disposent d’un chariot électrique pour transporter leur nécessaire. Les agents, je souligne ; les agentes, elles, continuent à pousser leur attirail comme avant!

            Il faut dire qu’entre deux vols la Luftansa, la Cie nationale aérienne, bonne fille, vous ménage suffisamment temps pour observer  tout cela.

            Prenez les poubelles par exemple. Design sophistiqué, fuselage acier brossé et compartiments intégrés. Vous êtes avertis : un pour le verre, un pour les déchets (« waste » ils disent), un troisième pour les papiers et enfin un dernier pour les emballages. Et comme il ne s’agit pas de se tromper, vous vous interrogez longuement.  Le verre en carton dans lequel l’Aéroport vous a aimablement offert le thé, il va où ? Aux papiers ou aux emballages ? Bref une couleur différente tapissant l’intérieur de chacun des compartiments, à quel sac destiner votre verre en carton ? Nous choisissons le « jaune » (emballage), plutôt que le « bleu » (papier) ou le « vert » (verre). Mais comme le carton de notre verre était souillé par un résidu de  thé, au fond, peut-être aurions-nous nous décider pour  le « gris » (déchets ») ?

            L’Agent (chariot électrique) et l’Agente (chariot balais) vinrent tous deux alors à passer. Briefing devant la poubelle. On extrait un à un les sacs multicolores de leur réceptacle respectif. Je comprends qu’ils en vérifient le contenu.  Me serais-je fourvoyée ?

 Puis, le monsieur à voiture électrique sort de son véhicule un sac poubelle noir. Dans lequel la dame au chariot à balais dispose les quatre petits sacs… sans avoir pris la peine de les fermer.  Pendant ce temps le monsieur replace dans la poubelle un nouveau sac vert pour le verre,  gris pour les déchets, bleu pour les papiers et enfin  jaune pour les emballages.

            Le chariot électrique, il croule sous les sacs noirs, s’ébranle et file. La petite dame à la voiture balais continue à pousser. Et le slogan inscrit sur la poubelle à proclamer : « Keep your airport clean » ! Yawolt !

17:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

23 décembre 2009

Le prix de la parité

Somme toute, il ne faut pas s’étonner que les partis n’hésitent pas à éviter la loi sur la parité. Prenons les élections législatives, (les partis et les groupements politiques n’ayant pas présenté autant de candidats que de candidates se voient infliger des retenues sur leur dotation par l’Etat), très franchement, cela ne revient par très cher. Le prix de la parité revient grosso modo à moins de 1% de son budget  au Parti socialiste, contre 7 fois plus à l’UMP. Il faut dire pour être tout à fait honnête que côté candidatures féminines, ils en font quand même beaucoup moins que dans le camp d’en face (26% de candidates à  l’UMP aux législatives de 2007 contre 46 au PS), et à un coût, finalement  raisonnable. Le Monde (22 décembre 2009) détaille dans son édition d’hier les dépenses des partis politiques en 2008.

            Par contre, l’excellent quotidien du soir est demeuré muet sur le nombre de femmes tête de liste des sections départementales aux prochaines élections régionales. Il a pourtant abondamment commenté la Convention nationale du PS dans ses éditions suivant sa tenue le 12 décembre. Les couacs dans l’Ariège, les parachutages de personnalités d’une région à l’autre, au grand dam des militant(e)s, mais rien, motus donc sur les femmes en première ligne.  

            Vous me connaissez, j’ai demandé des comptes. (Voir "Têtes de liste régionales", 5 décembre 2009°.

            Qu’on ne m’a pas fournis. J’attends donc que Le Monde s’y attelle.

            A moins que je demande combien d’entre elles  figurent parmi les dernières, et que par déduction je puisse déceler cette vérité que l’on semble vouloir me cacher.

 En 2004, François Hollande en avait exigé 30%. Depuis, la discipline collective semble en avoir pris un sacré coup.

           

13:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

16 décembre 2009

Femmes politiques

Les femmes, quand elles sont élues, font-elles de la politique autrement ? Entendre de  manière différente des hommes politiques, puisque c’est en l’espèce encore la norme, malgré la parité. Rappelons que seules 185 femmes sont maires en Languedoc Roussillon sur un effectif total de 1545.

            Quand,  Mme Malaval, fraîchement élue en 2008 maire de St Georges de Levejac en Lozère  propose à son Conseil municipal la création d’une halte garderie, ou, lorsque la maire Mme Mandroux, annonce 120 places de crèche supplémentaires à Montpellier, les deux visent d’abord le bien-être  social de leurs concitoyennes. Et, par contrecoup elles leur permettent de mieux s’investir dans leur activité professionnelle, dans une recherche active d’emploi ou une formation. Et, en contribuant à faire  du « talent » des femmes, de leur potentiel, de leurs capacités, un véritable moteur du développement régional les deux maires font de la réelle politique : du point de vue de la valeur ajoutée directement apportée à l’économie régionale,  de la relance des services auxquels les femmes pourront faire appel, mais aussi par l’effet d’entraînement sur la démographie, et sur  donc l’avenir de notre région. Il est démontré que plus l’activité des femmes est élevée plus elles ont d’enfants.

 En cela, en inscrivant en haut de leur agenda politique de telles mesures on peut affirmer que tant Mme Mandroux que Mme Malaval font, chacune à l’échelle de leur municipalité, « de la politique autrement ». En tous cas de celle de ceux des  conseillers municipaux qui répliquèrent en leur temps à la proposition de  leur maire qu’à St Georges de Levezac, « les femmes n’avaient qu’à s’occuper de leurs gamins » !

            Par contre, à  Montpellier, lorsque Hélène Mandroux entre de plain pied dans un débat déjà tranché pour remplacer Georges Frêche, il a été placé aux élections régionales par les socialistes à la tête du Languedoc-Roussillon,  elle se comporte en simple « politicienne », et n’agit pas autrement que ses congénères masculins.

            A-t-elle vraiment le choix ?           

Il n’en demeure pas moins que les Montpelliérains ne devraient pas bouder  : 120 places de crèche de plus à Montpellier, c’est demain la tranquillité d’au moins 240 jeunes parents. Même si l'ambition autre de leur maire semble se trouver désormais bien ailleurs.

 

           

09:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

11 décembre 2009

Principe républicain

Le Projet de loi de réforme territoriale est inscrit en 1er lecture à l'ordre du jour du Sénat le 15 décembre 2009.

 

En profitant de l'occasion pour instituer un mode de scrutin "baroque et inéquitable" pour les nouveaux "conseillers territoriaux " communs aux départements et aux régions, le Gouvernement met en danger la démocratie et la parité.

Pour l'Assemblée des femmes-Observatoire de la parité du Languedoc-Roussillon,  ce projet de loi est l’occasion de rappeler aux élus et à l’ensemble des électrices et des électeurs que la modification du 23 juin 1999 de notre constitution rend les partis politiques responsables d’un nouveau principe républicain : le partage du pouvoir entre les femmes et les hommes.

 

Ce principe est un principe constitutionnel consacré, aussi impérieux que celui du suffrage universel ou de la séparation des pouvoirs. (Cf note jointe).

Réforme territoriale la parité en danger dec 09.doc


20:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)