statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 décembre 2009

Le prix de la parité

Somme toute, il ne faut pas s’étonner que les partis n’hésitent pas à éviter la loi sur la parité. Prenons les élections législatives, (les partis et les groupements politiques n’ayant pas présenté autant de candidats que de candidates se voient infliger des retenues sur leur dotation par l’Etat), très franchement, cela ne revient par très cher. Le prix de la parité revient grosso modo à moins de 1% de son budget  au Parti socialiste, contre 7 fois plus à l’UMP. Il faut dire pour être tout à fait honnête que côté candidatures féminines, ils en font quand même beaucoup moins que dans le camp d’en face (26% de candidates à  l’UMP aux législatives de 2007 contre 46 au PS), et à un coût, finalement  raisonnable. Le Monde (22 décembre 2009) détaille dans son édition d’hier les dépenses des partis politiques en 2008.

            Par contre, l’excellent quotidien du soir est demeuré muet sur le nombre de femmes tête de liste des sections départementales aux prochaines élections régionales. Il a pourtant abondamment commenté la Convention nationale du PS dans ses éditions suivant sa tenue le 12 décembre. Les couacs dans l’Ariège, les parachutages de personnalités d’une région à l’autre, au grand dam des militant(e)s, mais rien, motus donc sur les femmes en première ligne.  

            Vous me connaissez, j’ai demandé des comptes. (Voir "Têtes de liste régionales", 5 décembre 2009°.

            Qu’on ne m’a pas fournis. J’attends donc que Le Monde s’y attelle.

            A moins que je demande combien d’entre elles  figurent parmi les dernières, et que par déduction je puisse déceler cette vérité que l’on semble vouloir me cacher.

 En 2004, François Hollande en avait exigé 30%. Depuis, la discipline collective semble en avoir pris un sacré coup.

           

13:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.