statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 décembre 2009

Femmes politiques

Les femmes, quand elles sont élues, font-elles de la politique autrement ? Entendre de  manière différente des hommes politiques, puisque c’est en l’espèce encore la norme, malgré la parité. Rappelons que seules 185 femmes sont maires en Languedoc Roussillon sur un effectif total de 1545.

            Quand,  Mme Malaval, fraîchement élue en 2008 maire de St Georges de Levejac en Lozère  propose à son Conseil municipal la création d’une halte garderie, ou, lorsque la maire Mme Mandroux, annonce 120 places de crèche supplémentaires à Montpellier, les deux visent d’abord le bien-être  social de leurs concitoyennes. Et, par contrecoup elles leur permettent de mieux s’investir dans leur activité professionnelle, dans une recherche active d’emploi ou une formation. Et, en contribuant à faire  du « talent » des femmes, de leur potentiel, de leurs capacités, un véritable moteur du développement régional les deux maires font de la réelle politique : du point de vue de la valeur ajoutée directement apportée à l’économie régionale,  de la relance des services auxquels les femmes pourront faire appel, mais aussi par l’effet d’entraînement sur la démographie, et sur  donc l’avenir de notre région. Il est démontré que plus l’activité des femmes est élevée plus elles ont d’enfants.

 En cela, en inscrivant en haut de leur agenda politique de telles mesures on peut affirmer que tant Mme Mandroux que Mme Malaval font, chacune à l’échelle de leur municipalité, « de la politique autrement ». En tous cas de celle de ceux des  conseillers municipaux qui répliquèrent en leur temps à la proposition de  leur maire qu’à St Georges de Levezac, « les femmes n’avaient qu’à s’occuper de leurs gamins » !

            Par contre, à  Montpellier, lorsque Hélène Mandroux entre de plain pied dans un débat déjà tranché pour remplacer Georges Frêche, il a été placé aux élections régionales par les socialistes à la tête du Languedoc-Roussillon,  elle se comporte en simple « politicienne », et n’agit pas autrement que ses congénères masculins.

            A-t-elle vraiment le choix ?           

Il n’en demeure pas moins que les Montpelliérains ne devraient pas bouder  : 120 places de crèche de plus à Montpellier, c’est demain la tranquillité d’au moins 240 jeunes parents. Même si l'ambition autre de leur maire semble se trouver désormais bien ailleurs.

 

           

09:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.