statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 décembre 2009

Têtes de listes régionales

C’est certainement un secret d’Etat, en tous cas, il est bien gardé rue de Soférino le siège du Parti socialiste à Paris. Quand vous posez la question, sur la proportion de femmes qui conduiront les listes des sections départementales aux élections régionales, un ange passe, embarrassé… « On », ne sait pas, encore.

            Le nouveau mode de scrutin pour les élections régionales a instauré une obligation de parité qui s'est avérée efficace. Ainsi, à l'issue des élections régionales de mars 2004, les femmes représentaient 47,6 % du total des conseillers régionaux. Le léger décalage qui subsiste s'explique uniquement par la subdivision des listes en sections départementales à la tête desquelles, les partis politiques ont le plus souvent placé des hommes. C'est marginal mais là encore, cela montre que les partis profitent de la moindre faille de la loi.

            La loi a depuis introduit une obligation de parité parmi les vice-présidents de conseil régional qui s’appliquera dès mars 2010. Toutefois, l’obligation de parité entre les candidats placés en tête des sections départementales de chaque liste régionale reste du domaine du seul volontarisme politique des décideurs.

« Chabadabada, quatre hommes et quatre femmes pour la parité » a souligné la candidate à la présidence de Midi-Pyrénées, Brigitte Barèges qui tient à soigner l'emballage à l’UMP.

Quant à Martin Malvy, le président sortant de la Région il m’a dit l’autre jour son secret : ce serait aussi  4 hommes et 4 femmes. Le Conseil régional s’il affiche déjà quelques 49,5% de conseillères réglementaire a aussi largement anticipé en 2004 la loi de janvier 2007 : 7 vice-présidentes (dont la Première) pour 8 vice-présidents

Ouf ! Midi-Pyrénées va encore  faire du chiffre,  et Martine enfin pouvoir respirer !

10:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.