statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 novembre 2009

Les servantes

Danielle Bousquet, députée des Côtes d’Armor, a déposé à L’Assemblée nationale,  une proposition de loi pour, entre autres protéger les femmes victimes de violence de genre, c'est-à-dire, celles qui sont commises spécifiquement à l’encontre des femmes et prennent leur source dans les inégalité persistantes entre hommes et femmes.

L’article 1er de cette proposition de loi transpose en France un dispositif efficace et déjà mis en place en Espagne par le premier gouvernement de Zapatero. Il s’agit d’une « ordonnance de protection des victimes » dont l’objet est de protéger, en urgence, les femmes en situation de danger.

Cette ordonnance, elle interviendra en amont du dépôt de plainte,  pourra être demandée, soit directement auprès du juge délégué aux victimes, soit par l’intermédiaire des forces de police ou de gendarmerie.

Si l’initiative de la socialiste Mme Bousquet qui a su rallier à sa cause plusieurs de ses collègues de l’UMP, ne manque pas d’intérêt, le bât blesse sur les capacités de mise en œuvre réelle du dispositif. Zapatero en Espagne l’a accompagné de la création de 400 postes de juges spécialisés pour s’occuper des femmes. Je vois mal en France Mme Aliot-Marie qui nous amuse avec des mesurettes du style des 20 téléphones d’alerte attribués à 20 femmes victimes sur les milliers qui sont menacées, budgéter les moyens nécessaires à faire appliquer par le juge le système préconisé par les députés.

Quant aux gendarmes, une amie audoise me racontait l’autre jour que les plus proches de son village sont à 50 km … les jours où ils sont là pour répondre aux sollicitations des administrés. Dans le cas contraire, ils sont renvoyés sur l’autre brigade 50 autres kilomètres plus loin.

Il ne m’étonne donc pas que le cabinet de la Garde des Sceaux ait quasiment balayé d’un trait de main la proposition de Mme Bousquet.

Ce qui pose un immense problème de démocratie dans notre pays où les députés sont considérés comme des valets… voire dans notre cas comme des servantes.

20:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

26 novembre 2009

Violence

Hier, Montpellier était assiégée.

            La circulation automobile coupée, et du Triangle au Peyrou, bien visibles, sur les principales artères, puis débordant partout des rues adjacentes, des compagnies de CRS avaient en nombre impressionnant envahi le pavé. Les hommes, regard noir, casqués, matraqués, ceinturés de munitions lacrymogènes, muscles bandés, larges boucliers au poing  attendaient… « les cafards ». Nom de code pour les viticulteurs en colère ? Ambiance !

            Au bas des marches du Palais de justice, un ami m’y a donné rendez-vous, je l’attends.  La CRS m’encercle. Dégage ! C’est vrai, je suis viticultrice. Pour sûr, on m’a « cafardée ».  Et comme je m’explique, on me promets si je ne la « ferme » pas, de m’embarquer ! Ou çà ?

            C’était hier aussi la journée contre les violences faites aux femmes. La CRS n’avait pas dû en être informée.

            Il faut dire que la Ministre, Mme Alliot-Marie n’est pas féministe et s’oppose à la parité. Mais comme son patron lui demande de faire quelque chose pour la faire fermer à celles qui n’acceptent pas qu’on leur tape dessus en toute impunité … elle promet une loi, une de plus… dont on ne fera rien parce que surtout la volonté politique ne sera pas là pour l’appliquer.

            C’est comme les viticulteurs. On en fait des casseurs.

            Car, au fond des choses, ils finiront bien par débarrasser le plancher.

            D’un côté, on leur rappelle qu’ils ne pèsent plus que 3% de l’emploi régional, de l’autre on leur dit que leurs exploitations familiales sont fichues, et que si leur vin ne se vend pas, c’est qu’ils ne savent pas le faire.

            Les politiques, ceints de leurs écharpes étaient nombreux hier au Peyrou.

            J’attends le coup de gueule du plus puissant d’entre eux. Pour mettre un frein à l’arrogance des préfets qui envoient la CRS histoire de provoquer, pour calmer le zèle du Trésor et des organismes sociaux qui réclament à ces « cafards » des sommes qu’ils ne peuvent payer car ils n’ont pas un sou.

            Il y a urgence. De défendre ceux souffrent, de leur donner par le respect la dignité qu’ils méritent, et de porter ainsi haut et fort ces valeurs qui structurent la raison d’être des socialistes.

11:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

20 novembre 2009

Réforme territoriale : appel de « Elles Aussi »

Plusieurs pétitions d’alerte circulent sur le net, et c’est tant mieux !

Pour notre part, depuis 1992, nous travaillons autour d’un seul objectif : obtenir la parité dans les instances élues 

Et c’est au nom de cet objectif qu’Elles aussi, réseau national pluraliste, souhaite apporter sa contribution à ce mouvement croissant d’indignation, au travers d’une pétition mise en ligne sur notre site : 

 http://www.ellesaussi.org/ 

Nous serions particulièrement heureuses de pouvoir compter sur votre soutien à cette initiative.

 

Annette Vazel, 

Présidente d'Elles aussi

14:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

18 novembre 2009

La parité pour une poignée de dollars

On annonce aujourd’hui que Mr Couderc, le challenger de Georges Frêche aux élections régionales de mars 2008, s’offre sur sa liste les services d’une ancienne Déléguée régionale à la Condition féminine (Midi-Libre 18 novembre 2009), une personnalité qui m’avait succédé à ce poste quand le RPR (ancêtre de l’UMP) de Pasqua a mis le PS hors jeu aux élections législatives de 1986.

            J’avais été de mon côté nommée à cette fonction par François Mitterrand en 1981.  Il était donc « normal » que je sois virée, c’était l’alternance, entendre qu’à l’époque, les personnalités PS étaient partout dégagées pour faire place aux vainqueur(e)s du  RPR.

            Ma « successeur » était de ceux là.

            Le reste de l’histoire vaut son pesant de… chocolat.

            J’avais, lorsque –fortement appuyé par la partie du RPR tendance, disons, « voyoucratie »-, elle arriva, anticipé le reclassement de mon équipe, sur les douze que nous étions, j’en avais recasé dix. En restait deux et pas les moindres.

            Je vais voir Georges Frêche. Je plaide leur cause,  il accepte de les intégrer dans ses services, il était maire de Montpellier. Mais pour ne pas faire de vague il me demande de lui accorder la possibilité des les laisser… à la disposition de la nouvelle arrivante ; qui  fera, Mitterrand réélu à la présidentielle  … re place au PS, mais moi en ce temps là, j’étais ailleurs.

            Ma « successeur » (entre temps reconvertie ?) entra alors derechef au service de Frêche à la Mairie.

            Moralité : il y a deux types de personnalités sur terre. Celles qui pensent d’abord aux autres et savent dire merci, je suis de celles là, mes deux collaboratrices se sont aujourd’hui bien reconverties. Et celles qui trahissent. Leurs partis, leurs idées, leurs amis, ceux qui les ont aidé, ceux qui les ont nourri …

            En ralliant la cause de Mr Couderc, ma « successeur » rejoint la famille de droite RPR/UMP qu’elle n’a jamais quitté, et plante dans le dos de Georges Frêche, le poignard sanglant de la trahison et de l’infamie.

            C’était la parité pour une poignée de dollars.

14:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

13 novembre 2009

A Narbonne le 14 novembre 2009: L’Assemblée des femmes-Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon

Vous êtes invité(e)s à assister à la présentation inédite du Rapport* :

 

Les femmes sur la scène politique régionale

 

 

Radiographie de la parité en Languedoc-Roussillon

 

(Hôtel de ville de Narbonne - Salle des Synodes -  14 novembre 2009 -10 heures /14 heures 30)

 

                Une  Table ronde, « La parité à l’épreuve du partage du pouvoir », réunissant un panel de maires, élu(e)s de communes du Languedoc Roussillon  suivra cette présentation.

 

            L’Assemblée des femmes –Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon sera accueillie par Jacques Bascou, député maire de Narbonne.

Par ailleurs, l’Association recevra :

-         Emmanuelle Latour, Secrétaire générale de l’Observatoire de la parité, Service du Premier ministre (Paris)

-         Fatima Lalem, adjointe au maire de Paris

-         Robert Navarro, sénateur de l’Hérault et vice président du Conseil régional

La matinée sera conclue par Georges Frêche, président de la Région Languedoc Roussillon, signataire de la Charte européenne pour l’égalité des hommes et des femmes dans la vie locale.

 

*  10 ans après la modification de la Constitutionnelle (la loi « favorise l’égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives » et précise que « les partis et groupements politiques contribuent à la mise en œuvre de ce principe »), ce Rapport évalue les avancées véritables en Languedoc-Roussillon.

Sous forme de recherche-action, l’Assemblée des femmes – Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon a mesuré commune par commune, intercommunalité par intercommunalité, département par département, scrutin par scrutin,  qui avait été attentif non seulement à la lettre de la Loi, mais aussi à l’esprit la Constitution.

Où sont les femmes aujourd’hui ? Quelles sont parmi les collectivités, parmi les assemblées,  les « bons élèves » de notre région ? Et les autres ? Rien ne manque ici. Ni la mesure des volontés politiques locales, ni l’avis des élus les moins performants, ni celui des femmes…

 

Rapport bon de souscription.doc 

 

Contact : jeanrene.ejarque@orange.fr

 

06:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)