statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 novembre 2009

Les servantes

Danielle Bousquet, députée des Côtes d’Armor, a déposé à L’Assemblée nationale,  une proposition de loi pour, entre autres protéger les femmes victimes de violence de genre, c'est-à-dire, celles qui sont commises spécifiquement à l’encontre des femmes et prennent leur source dans les inégalité persistantes entre hommes et femmes.

L’article 1er de cette proposition de loi transpose en France un dispositif efficace et déjà mis en place en Espagne par le premier gouvernement de Zapatero. Il s’agit d’une « ordonnance de protection des victimes » dont l’objet est de protéger, en urgence, les femmes en situation de danger.

Cette ordonnance, elle interviendra en amont du dépôt de plainte,  pourra être demandée, soit directement auprès du juge délégué aux victimes, soit par l’intermédiaire des forces de police ou de gendarmerie.

Si l’initiative de la socialiste Mme Bousquet qui a su rallier à sa cause plusieurs de ses collègues de l’UMP, ne manque pas d’intérêt, le bât blesse sur les capacités de mise en œuvre réelle du dispositif. Zapatero en Espagne l’a accompagné de la création de 400 postes de juges spécialisés pour s’occuper des femmes. Je vois mal en France Mme Aliot-Marie qui nous amuse avec des mesurettes du style des 20 téléphones d’alerte attribués à 20 femmes victimes sur les milliers qui sont menacées, budgéter les moyens nécessaires à faire appliquer par le juge le système préconisé par les députés.

Quant aux gendarmes, une amie audoise me racontait l’autre jour que les plus proches de son village sont à 50 km … les jours où ils sont là pour répondre aux sollicitations des administrés. Dans le cas contraire, ils sont renvoyés sur l’autre brigade 50 autres kilomètres plus loin.

Il ne m’étonne donc pas que le cabinet de la Garde des Sceaux ait quasiment balayé d’un trait de main la proposition de Mme Bousquet.

Ce qui pose un immense problème de démocratie dans notre pays où les députés sont considérés comme des valets… voire dans notre cas comme des servantes.

20:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.