statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 novembre 2009

Violence

Hier, Montpellier était assiégée.

            La circulation automobile coupée, et du Triangle au Peyrou, bien visibles, sur les principales artères, puis débordant partout des rues adjacentes, des compagnies de CRS avaient en nombre impressionnant envahi le pavé. Les hommes, regard noir, casqués, matraqués, ceinturés de munitions lacrymogènes, muscles bandés, larges boucliers au poing  attendaient… « les cafards ». Nom de code pour les viticulteurs en colère ? Ambiance !

            Au bas des marches du Palais de justice, un ami m’y a donné rendez-vous, je l’attends.  La CRS m’encercle. Dégage ! C’est vrai, je suis viticultrice. Pour sûr, on m’a « cafardée ».  Et comme je m’explique, on me promets si je ne la « ferme » pas, de m’embarquer ! Ou çà ?

            C’était hier aussi la journée contre les violences faites aux femmes. La CRS n’avait pas dû en être informée.

            Il faut dire que la Ministre, Mme Alliot-Marie n’est pas féministe et s’oppose à la parité. Mais comme son patron lui demande de faire quelque chose pour la faire fermer à celles qui n’acceptent pas qu’on leur tape dessus en toute impunité … elle promet une loi, une de plus… dont on ne fera rien parce que surtout la volonté politique ne sera pas là pour l’appliquer.

            C’est comme les viticulteurs. On en fait des casseurs.

            Car, au fond des choses, ils finiront bien par débarrasser le plancher.

            D’un côté, on leur rappelle qu’ils ne pèsent plus que 3% de l’emploi régional, de l’autre on leur dit que leurs exploitations familiales sont fichues, et que si leur vin ne se vend pas, c’est qu’ils ne savent pas le faire.

            Les politiques, ceints de leurs écharpes étaient nombreux hier au Peyrou.

            J’attends le coup de gueule du plus puissant d’entre eux. Pour mettre un frein à l’arrogance des préfets qui envoient la CRS histoire de provoquer, pour calmer le zèle du Trésor et des organismes sociaux qui réclament à ces « cafards » des sommes qu’ils ne peuvent payer car ils n’ont pas un sou.

            Il y a urgence. De défendre ceux souffrent, de leur donner par le respect la dignité qu’ils méritent, et de porter ainsi haut et fort ces valeurs qui structurent la raison d’être des socialistes.

11:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.