statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 septembre 2009

Embauchez des femmes !

Un chercheur, Michel Ferrary, professeur à l’Ecole supérieure de commerce à Nice-Sophia Antipolis a démontré que les entreprises qui emploient plus de 35% de femmes voient leur chiffre d’affaire progresser davantage que les autres ; de 28,5 % supérieur (Le Monde, 25 septembre 2009). Ces entreprises sont aussi « plus rentables » (avec un taux supérieur de 116,1%), ont « une meilleure productivité » et « créent davantage d’emploi ». Et il en est de même pour celles dont le personnel d’encadrement est à plus de 35% féminisé.

            La particularité de cette étude est qu’elle n’analyse pas seulement la féminisation des équipes dirigeantes mais s’applique à l’ensemble des effectifs. Ce qui permet à Mr Ferrary d’éviter l’écueil de ces entreprises qui ne font souvent que de l’affichage « en nommant une ou deux femmes dans leurs instances de direction (…) sans que ces femmes aient un réel pouvoir d’influence sur les processus de décision des entreprises ».

            D’autant, explique t-il, qu’appliquée à l’ensemble des effectifs, « la diversité améliore la prise de décision, la créativité (…), d’autant que les hommes et les femmes se comportent différemment notamment face au risque (…) ».

            Je me pose la question de savoir si elles ont, justement face au risque, réellement le choix.

            J’ai entendu récemment Mme Morano, la ministre, raconter avec conviction, comment elle avait dû forcer la main de Jacques Chirac pour obtenir en 2002 une circonscription électorale. Circonscription électorale qu’on lui a finalement octroyée … et qu’elle a gagnée. Malgré, disait-elle, la mauvaise qualité de cette investiture, qu’on ne lui aurait pas donnée si quelqu’un s’était aperçu que tout n’y était pas forcement perdu !

            Mme Moreno a du courage. Prendre des risques demande de posséder cette qualité. Dans l’entreprise, en politique et ailleurs. De manière induite, Mr Ferrary démontre qu'elles n’en manquent pas.

            Peut être justement parce qu’elle n’ont pas souvent le choix !

              

10:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

27 septembre 2009

Heureux !

Afin d’assurer une représentation suffisante de la ville, « Faut-il nommer plus de vice-présidents de Béziers ? » demande ce matin Midi-Libre à Raymond Couderc, sénateur maire de la ville éponyme et président de son Agglomération. Ceci dans la perspective où celui-ci serait élu président de Région, il sera «  malheureux », cela (lui) « fera mal de quitter la mairie ».

Comme il n’y a aucune raison que Raymond Couderc ne soit pas « heureux », je lui suggère une petite idée pour faire son bonheur … et le mien : nommer des vice-présidentes dans le Conseil d’Agglomération de Béziers Méditerranée où la représentation des femmes dans l’exécutif intercommunal mérite bien, avec zéro femmes, le « bonnet d’âne » et le  zéro pointé.

Que Mr Couderc me pardonne cette insolence, c’est vrai, il n’y est pas obligé, les conseils d’intercommunalité échappent à toute incitation légale concernant la parité. Mais un peu de volonté politique … peut rendre… me semble-t-il  « heureux » : regardez Bertrand à Mende (50% de vice-présidentes dans sa Communauté de Cœur de Lozère), Bascou en son Grand Narbonne  et Frêche à Montpellier (30%)… Brefs, des hommes h-e-u-r-e-u-x ! Rapport bon de souscription.doc

Alors , la  mauvaise conscience peut-elle rendre malheureux ?

Si c’est le cas, trois au moins doivent en pleurer aujourd'hui.

Dans l’Hérault et en Lozère,  trois des Communautés de communes qui ont réalisé de lourdes contre performances, Pays du St Ponais, St Chiniannais  et Aubrac Lot Causse à La Canourgue sont placées sous l’influence de personnalités politiques de premier plan qui siègent au Parlement, et dont les formations ont approuvé en leur temps la modification constitutionnelle du 8 juillet 1999 qui stipule notamment « que les partis et groupements politiques contribuent à la mise en œuvre de ce principe » (…) « favorisant l’égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives ». (Articles 3 et 4 de la Constitutions de 1958, modifiés).

Du baume au cœur au sénateur-maire de Béziers ?

10:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

25 septembre 2009

Les bonnes feuilles … de Midi-Libre d’aujourd’hui

« Didier Codorniou,  maire de Gruissan a décidé de s’opposer à un autre Audois dans la bataille interne du PS » (Midi-Libre, 25 septembre 2009)… pour organiser la ligne d’attaque, fixer l’adversaire pour permettre à ses co-équipier(e)s de marquer l’essai de la victoire dans la compétition qui se jouera sur la scène politique publique aux élections régionales de mars 2010.

« Si je suis désigné, j’aurai un rôle éminent à jouer pour fédérer la gauche avec les forces de progrès, et construire un projet ensemble. Je remplirai cet objectif et refuserai de me laisser entraîner dans la mécanique infernale du « coup d’après ». Sur les terrains de rugby, j’avais le sens de l’anticipation, mais on m’a appris à ne pas me tromper de match ». (…) « Mon objectif est de rassembler les socialistes autour de Georges Frêche. Je lui ai toujours été fidèle et j’entends le lui prouver, car il est le mieux placé pour faire gagner la gauche ».  

Parole d’expert. Car celui que l’on surnomme encore à Narbonne « Le Petit Prince », (entendez des stades internationaux) n’est pas le benêt de la politique comme on essayerait de nous faire croire  - à la présidentielle de 1981 il était déjà en première ligne du pack des sportifs de haut niveau qui soutenait François Mitterrand -, mais, en véritable gagneur, un de ces spécialistes qui en moins de deux vous transforme une élection difficile en « ballon d’or ». « Toute ma carrière (politique), courte de huit ans à peine (il a été élu maire de Gruissan pour la première fois en 2001) je la dois à mes convictions, à mon travail et mes résultats : si j’ai fait 83% en 2008 sur une commune de plus de 3500, c’est que je rassemble au-delà de mon camp, non ? ».

Oui, mais sans concession aucune. L’histoire rugbystique ne raconte-t-elle pas qu’il a plaqué l’équipe de France pour un verre de vin refusé au cours d’un repas ? Au nom de  cet enracinement dans la terre narbonnaise ? Par conviction ? Par devoir ? Obligation ? … « Mais aussi au non de la fidélité ». Qu’il veut ainsi  « prouver à Georges Frêche », car « il est le mieux placé pour faire gagner la gauche ». Parole d'un champion !

Epilogue : Il y a quelques années, bien peu s’en souviennent, Georges Frêche avait apporté un soutien déterminant à l’élection à la présidence du Conseil régional Languedoc-Roussillon d’un Audois, champion de France de rugby sous le couleurs du RCN ( Racing Club Narbonnais). Aujourd’hui, un autre Audois, également champion de France avec le même Club s’engage pour la réélection de Georges Frêche comme Président de la Région.

Qui osera dire qu’il n’y a pas de morale en politique ?

 

 

 

 

11:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

21 septembre 2009

Bélibaste

Un article paru dans Pays Cathare magazine*, nous renseigne sur la personnalité de Bélibaste, que Patrick Nappez évoque aujourd’hui dans le quotidien régional Midi-Libre. Pour les non initiés «Guilhem Bélibaste, un criminel devenu parfait », il est naît vers 1280 à Cubières, un village du Razès (Aude), « entre dans les ordres (cathares) un peu par hasard » : au cours d’une rixe il tue un berger de Villerouge-Termenès (Aude). Pour sauver sa peau, « il entre dans la clandestinité auprès des parfaits cathares », pour sauver son âme il est  « initié, et ordonné parfait ».  Et, faisant croire pour donner le change aux catholiques qu’il est marié avec une veuve, Bélibaste entretenant de fait avec elle un commerce charnel, la belle tombe enceinte de ses œuvres. Si bien que pour donner alors le change aux cathares, il a rompu ses vœux de chasteté, il marie la dame à son ami Maury,  à qui d’ailleurs il avait déjà piqué trois brebis.

            Bref,  brûlé à la demande de l’Inquisition à Villerouge dans la résidence d’été de l’Archevêque de Narbonne qui l’avait condamné pour meurtre, Bélibaste reste dans les mémoires comme le dernier « imparfait ».

 

* «  Bélibaste, l’imparfait »Pays Cathare magazine, hors-série n° 1, décembre 1997, pp. 70-71.)

11:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

18 septembre 2009

Ruraux rime-t-il encore avec « macho » ?

 

Ruraux rime-t-il encore avec « macho » ?  Lozère invitation 22 sept 2009.doc

 

Pour répondre à cette question, l’Assemblée des femmes, Observatoire de la parité du Languedoc-Roussillon  (Rapport bon de souscription.doc ) sera à :

Mende (Lozère)

Le Mardi 22 septembre 2009

 à 17 heures 30

Salle du Conseil municipal (Hôtel de Ville)

 

Inscriptions : cabinetdumaire@mende.fr

                   : 04 66 49 40 01

10:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)