statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 septembre 2009

Les bonnes feuilles … de Midi-Libre d’aujourd’hui

« Didier Codorniou,  maire de Gruissan a décidé de s’opposer à un autre Audois dans la bataille interne du PS » (Midi-Libre, 25 septembre 2009)… pour organiser la ligne d’attaque, fixer l’adversaire pour permettre à ses co-équipier(e)s de marquer l’essai de la victoire dans la compétition qui se jouera sur la scène politique publique aux élections régionales de mars 2010.

« Si je suis désigné, j’aurai un rôle éminent à jouer pour fédérer la gauche avec les forces de progrès, et construire un projet ensemble. Je remplirai cet objectif et refuserai de me laisser entraîner dans la mécanique infernale du « coup d’après ». Sur les terrains de rugby, j’avais le sens de l’anticipation, mais on m’a appris à ne pas me tromper de match ». (…) « Mon objectif est de rassembler les socialistes autour de Georges Frêche. Je lui ai toujours été fidèle et j’entends le lui prouver, car il est le mieux placé pour faire gagner la gauche ».  

Parole d’expert. Car celui que l’on surnomme encore à Narbonne « Le Petit Prince », (entendez des stades internationaux) n’est pas le benêt de la politique comme on essayerait de nous faire croire  - à la présidentielle de 1981 il était déjà en première ligne du pack des sportifs de haut niveau qui soutenait François Mitterrand -, mais, en véritable gagneur, un de ces spécialistes qui en moins de deux vous transforme une élection difficile en « ballon d’or ». « Toute ma carrière (politique), courte de huit ans à peine (il a été élu maire de Gruissan pour la première fois en 2001) je la dois à mes convictions, à mon travail et mes résultats : si j’ai fait 83% en 2008 sur une commune de plus de 3500, c’est que je rassemble au-delà de mon camp, non ? ».

Oui, mais sans concession aucune. L’histoire rugbystique ne raconte-t-elle pas qu’il a plaqué l’équipe de France pour un verre de vin refusé au cours d’un repas ? Au nom de  cet enracinement dans la terre narbonnaise ? Par conviction ? Par devoir ? Obligation ? … « Mais aussi au non de la fidélité ». Qu’il veut ainsi  « prouver à Georges Frêche », car « il est le mieux placé pour faire gagner la gauche ». Parole d'un champion !

Epilogue : Il y a quelques années, bien peu s’en souviennent, Georges Frêche avait apporté un soutien déterminant à l’élection à la présidence du Conseil régional Languedoc-Roussillon d’un Audois, champion de France de rugby sous le couleurs du RCN ( Racing Club Narbonnais). Aujourd’hui, un autre Audois, également champion de France avec le même Club s’engage pour la réélection de Georges Frêche comme Président de la Région.

Qui osera dire qu’il n’y a pas de morale en politique ?

 

 

 

 

11:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.