statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 août 2009

Un petit amendement

C’est dit ! Jean-Christophe Cambadélis a tranché : à partir d’aujourd’hui aucun socialiste ne devra dire du mal de l’autre. Ainsi, le Parti socialiste pourra renouer avec la « vertu » ; la preuve, ajoute le député de Paris, désormais, il s’opposera au cumul des mandats.

            Gageons qu’ils s’y tiennent ! En tous cas, si c’est le prix de la reconquête, pourquoi bouder notre plaisir ? Donc, si j’ai bien compris, on fait comme il dit : d’abord on la ferme, ensuite, on s’engage à ne conserver qu’un mandat.

            Le problème, c’est que dans sa Lettre d’information de juillet/août 2009, le sénateur de l’Hérault, Robert Navarro nous engage de son côté à ne point « hésiter à (lui) faire part de nos commentaires ». Alors, au risque d’enfreindre le nouveau cahier des charges des socialistes l’occasion étant trop belle, je ne vais pas m’en priver !

             Donc dans son édito à propos de la réforme des collectivités territoriales, le sénateur Navarro pointe du doigt « certains hommes politiques »  (Aie ! Robert  et les femmes ?)  qui « proposent de manière démagogique  une réduction de 30 à 50% du nombre  d’élus », au motif « qu’ils coûtent cher et ne servent pas à grand-chose ». Avant de dénoncer, outre une dépense représentant moins de 0,21% des frais de fonctionnement des Assemblées, la création de ces « conseillers territoriaux en remplacement des conseillers généraux et des conseillers régionaux qui fragiliseraient le territoire ». Et j’ajoute, bien entendu la parité, je vous en ai déjà parlé.

            Alors, pour revenir à Cambadélis, je proposerais au sénateur Navarro   d’aller plus loin encore dans sa vision de  « la clarification des compétences (…) entre les départements et les régions » qu’il appelle fortement de ses vœux.

            Autrement dit, puisqu’il d’agit de ne pas mélanger deux jobs, il suffit pour cela de ne pas mélanger leurs élus. Et donc d’éviter par la loi qu’un conseiller général puisse exercer aussi des fonctions de conseiller régional.

            Alors, sénateur, tant qu’il est temps, un petit amendement dans ce sens est-il possible ?

 

17:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

sans compter que ces "conseiller(e)s territoriaux" auraient l'etoffe de super-Hérault !
quand on voit les compétences du departement qui gère le social de manière colossale (je m'en refere au budget) entre l'aide aux personnes âgées et le RMI depuis la décentralisation sans que l'Etat ne lui ait donné de budget supplémentaire... et l'éventail de compétences que doit avoir la région (y compris les ports !)... on se demande comment ces conseiller(e)s pourraient s'en sortir !
c'est juste infaisable !
Seulement, quand on parle avec les gens, ils ne savent pas qui fait quoi, quelles sont les compétences de quelle structure... du coup, le grand public ne se sent pas trop concerné par ce débat et c'est embêtant.

Écrit par : Ju | 20 août 2009

Les commentaires sont fermés.