statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 juillet 2009

Les meccanos

C’était hier au 3e étage du Musée social à Paris, le Séminaire des femmes socialistes.  Dans une salle, au rez de chaussée, siégaient, l’air grave, les Premiers secrétaires fédéraux. Et pour une fois, les femmes étaient en haut et les hommes en bas.

            Et par la porte à double battant grandement ouverte sur l’entrée du bâtiment, Martine Aubry était présente, j’ai cru comprendre que c’est des régionales qu’on parlait. De la plomberie des listes, entendez !

            Remarquez, qu’on en  causait  aussi trois étages plus haut. La veille déjà, où les travaux avaient démarrés dans un cinéma (climatisé) de la Porte Maillot, Zita, la Secrétaire nationale en titre, avait, avec son inimitable accent hongrois donné le ton : « les listes aux élections régionales ne seront pas homme/homme/homme ! ». C’est en fait des leaders qu’il s’agissait. Et si au niveau régional, il semble que la messe soit dite (Martine Aubry a accordé aux président (e)s sortants de se représenter), rien ne dit qu’il en soit de même au stade des départements.

            Mieux, une jurisprudence existe. En 2004, François Hollande avait souhaité voir réserver aux femmes 30% des têtes de listes départementales. En Languedoc-Roussillon, Georges Frêche s’était exécuté ; au final en France, il y en a eu une poignée.

            Et hier, il paraissait légitime qu’elles soient demain 50% !

            Du pain, autant dire, sur la planche ! Car tout se passe comme si les lois sur l’égalité des femmes et des hommes étaient acquises.

            Tenez, prenez les élections municipales du 12 juillet à Aix en Provence. La liste du PS est paritaire, l’exécutif, si elle est élue le sera aussi. Mais sur la photo du prospectus qui titre hardiment « Un mandat au service de votre quotidien », trois hommes : le premier de la liste, le troisième et le cinquième. Et les autres, vous me direz, alors ? Les femmes aux deuxièmes et quatrièmes places ont été zappées. Stratégie politique ou parité bien ordonnée ?

            Et les « Rencontres de la Modernisation de l’Etat et des acteurs publics » (RMDE) – il parait que ce sont les secondes –   la semaine prochaine à Paris ? La revue « Acteurs publics »  (numéro spécial juin/juillet 2009), nous en présente les « têtes pensantes ». Masculines, toutes. Les partenaires institutionnels : tous des hommes itou. Quant au Club des acteurs de la Modernisation de l’Etat, complet sombre et chemise bleue, reçu tant par le Président du Sénat que par le directeur de cabinet du Président de la république, il proclame : « Tous acteurs de la modernisation de l’Etat » !

            Il faut les excuser ; ils ne peuvent pas dire toutes, parce qu’Elles justement ne sont pas là !

            Et puisque les meccanos de la République n’ont pas à vrai dire,  intégré la parité, il y a là matière  pour le Parti socialiste  à dénoncer ce hiatus intéressant à commenter. A condition qu’il invente sans attendre ce « post matérialisme » dont Martine Aubry vient de lui assigner l’ambition. Cela commence par le partage des responsabités et du pouvoir !

10:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.