statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 juillet 2009

Postes de haut niveau

Les récentes élections européennes montrent un léger progrès concernant la représentation  des femmes au Parlement européen qui atteint actuellement 35% de femmes contre 30% pour la précédente législature. La parité n’est néanmoins pas atteinte, où même le seuil de 40% décidé, en vertu du principe de « démocratie paritaire » (pas moins de 40% et pas plus de 60% de représentants d’un même sexe sur les listes), par les Etats membres du Conseil de l’Europe.

            La France, nantie d’une législation contraignante (parité alternée sur les listes de candidature) a envoyé le 7 juin 2009, 45% de femmes à l’Assemblée de Strasbourg. Si ce score très honorable offre à notre pays une position de leader en Europe, ce pourcentage  ne doit pas masquer que le remaniement ministériel du 23 juin a été fatal à un principe  qui figure  pourtant depuis dix dans la Constitution, la parité. Sur 19 ministres, la nouvelle équipe nommée par le Président de la République ne compte plus que 4 femmes. Un résultat très décevant, voire indigne de la part de celui qui, répondant à un questionnaire de l’Observatoire de la parité,  service placé auprès du Premier ministre en 2007, a déclaré que les gouvernements formés sous son quinquennat –s’il était élu – « comprendraient autant de femmes que d’hommes ».  

            Ce qui prouve, comme le dit Margot Wallström, Vice-Présidente de la Commission européenne, « que le travail n’est pas terminé ». Elle propose donc, que dans l’Union européenne, « les quotas ne soient pas uniquement appliqués à la pêche à la baleine », mais qu’en «introduisant des quotas hommes/femmes en Europe »  on obtienne la parité  aux postes de décision au sein du Parlement européen : Président(e), Vice-president(e), Président(e), Vice-président(e)s des commissions parlementaires. Et pour assurer, qui plus est,  une représentation de 50/50 à la Commission européenne, chaque Etat membre proposerait désormais un homme et une femme comme candidat(e) pour le poste de Commissaire. Le président (e) de la Commission n’aurait plus alors qu’à choisir parmi eux pour nommer son « gouvernement » paritaire.

            Le Lobby européen des femmes lance une campagne « Postes européens de haut niveau ».  

            Le Président de la République devrait être plus attentif. Aux femmes. Cela lui aurait évité, avec ses 20% de femmes de ravaler le rang de  France entre l’Estonie et la Lettonie.

10:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.