statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 mai 2009

« Gender gap »

Alors que le PS, tant en Languedoc-Roussillon (20%) qu’en Midi-Pyrénées (21%), accuse un recul dans les intentions de vote pour les élections européennes du 7 juin (un seul tour dans une grande circonscription Sud-Ouest comprenant outre ces deux régions, l’Aquitaine), le différentiel du vote des femmes par rapport à celui des hommes (le «gender gap » comme disent les universitaires), penche lourdement en faveur du Parti socialiste : 26% d’électrices se déclarent pour le Parti socialiste contre 20% d’électeurs. Mieux, le vote socialiste des femmes dépasse d’un point celui de l’UMP. Ce qui signifie que si seules les femmes votaient le 7 juin prochain, 4 candidats socialistes (2 hommes et deux femmes) pourraient être élus dans le Sud-Ouest. Première conclusion tirée du « Spécial sondage – Revue de détail des intentions de vote par régions et par sexe », publié par Midi-Libre ce matin.

            Deuxième conclusion : si un corpus de recherche important a démontré la réticence des françaises pour les extrêmes (5% d’entre elles seulement se prononcent pour l’alliance PCF Gauche contre 9% des hommes ; les chiffres du Front national étant respectivement de 5 et 6%), les femmes savent bien ce qu’elles doivent à l’Europe. Citons entre autres, les principes d’égalité « à salaire égal, travail égal » ; d’égalité professionnelle ; de parité « égalité de participation et de représentation  que le Droit national a traduit au fur et à mesure dans les Etats.

            Ce qu’elles savent aussi – et de meeting en meeting pendant la campagne électorale, elles viennent me le dire – c’est le prix des valeurs fondamentales de la construction politique de l’Europe, la paix, avec comme corollaire la démocratie et l’égalité,  un projet qu’elles opposent à celui des conservateurs, autrement dit en France de l’UMP, de réduire l’Union européenne, à un grand marché où les capitaux pourront librement circuler.

            Elles savent encore qu’au Parlement européen seule pèsent les grandes formations politiques. Et si elles ont fait leur choix du Parti socialiste, c’est que peut-être elles n’oublient pas que le 6 mai dernier ce sont les conservateurs qui ont fait chuté la Directive sur le prolongement du congé de maternité.

            En Espagne, Zapatéro, le chef du gouvernement socialiste, vient de donner son feu vert à une réforme de l’avortement. Au grand dam des extrémistes du Parti populaire (droite, opposition).

            Le peuple espagnol sorti de la dictature au début des années 80 sait bien qu’il doit sa jeune démocratie à l’Europe. Quant aux femmes, elles, elles y ont puisé leur liberté.

10:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.