statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 avril 2009

Prestige

Sur son nouveau site (http://sites.google.com/site/semlhherault), la Société de la Légion d’Honneur de l’Hérault, donne les effectifs sexués des titulaires de l’Ordre, par année de nomination ou de promotion, de 1945 à 2008.

            S’il faut attendre 1974 pour combler un vide sidéral pendant près de 30 ans - aucune héraultaise n’est décorée -, la suite n’est pas plus probante : de 1975  (zéro femmes) à 1998 (2 femmes), le nombre de femmes légionnaires oscille d’une année sur l’autre entre zéro et deux, pour bondir à neuf, dix ans plus tard, en 2008.

            Et à y regarder de plus près, les chiffres semblent traduire la volonté politique du moment.  1974, c’est l’arrivée au pouvoir de Valéry Giscard d’Estaing. Pour la première fois en France, une Secrétaire d’Etat à la Condition féminine, c’est alors Françoise Giroud, va siéger dans le Gouvernement. Une héraultaise recevra cette année là, la Croix de la Légion d’Honneur, et il en sera de même pendant presque tout le septennat. Sauf à la veille de l’élection présidentielle de 1981, où, en raison des enjeux, on redeviendra « sérieux » ; huit hommes rafleront les huit nominations. 

            François Mitterrand fera un effort en 1981 (2 femmes sur 4 hommes) mais sa bonne volonté sera érodée par la mauvaise des préfets qui diront lorsqu’il demandera des femmes, « il n’y en a pas » ; et si un léger frémissement se fera sentir pendant les années Jospin, il n’ira pas bien loin. Dans l’Hérault, la proportion des femmes nommées ou promues ne dépassera jamais 16, 66%, elle atteindra toutefois dans le même temps 30% au niveau national.

            2008 consacrera la  véritable rupture avec les mauvaises habitudes.

            Le Président de la République exigera des promotions paritaires et l’obtiendra. L’Hérault, cette fois n’y échappera pas. Mais au nom du principe de « Un pour une » qui fait qu’un homme n’est nommé ou promu que si une femme peut l’être, le Département « perdra », par rapport à l’année précédente, 17 Croix et seulement 9 hommes la recevront parce qu’on « n’aura trouvé que 9 femmes » dignes d’être décorées.

            Je me refuse à croire que les femmes sont moins méritantes. A condition que le pays reconnaisse de nouvelles valeurs. Et que de leur côté, elles sortent de leur réserve et n’attendent pas qu’on aille les chercher.

            Parce que là où il y a du pouvoir, de l’argent ou du prestige, cela n’arrive que très rarement !

15:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.