statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mars 2009

Noblesse oblige !

Aux côtés de Eric Andrieu (Aude), Nicolas Cadène (Gard), Sébastien Denaja (Sète, Hérault), je figure, parmi les candidats du Languedoc-Roussillon sur la liste des élections européennes de l’euro-région Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon). Et même si pour siéger un jour au Parlement européen je devrais rejouer en grandeur nature le scénario de ce vieux film noir et blanc « Noblesse oblige », l’histoire d’un héritier qui pour recouvrer un titre de baron doit éliminer douze prétendants, je vis cette nomination comme un honneur et une reconnaissance que le Parti socialiste m’a accordé. Pour la mission accomplie.

            L’Europe, je connais bien.

            Bien avant l’élection du Parlement européen au suffrage universel (avant 1979, les représentants de la France étaient des députés ou des sénateurs désignés par leurs assemblées), Françis Vals,  alors député maire de Narbonne et député au Parlement européen m’a offert l’opportunité de découvrir  l’intérieur des  Institutions européennes. Et ce fût un vrai bonheur. Président du Groupe socialiste au Parlement européen, Françis Vals, il avait été signataire du Traité de Rome en 1957,  a permis à la jeune militante que j’étais alors de côtoyer les grands leaders sociaux démocrates de l’époque, Willy Brant, Sicco Mansholt … Ce qui m’a naturellement conduit quelques années plus tard à collaborer avec le premier député européen du Languedoc-Roussillon élu au suffrage universel, Georges Sutra, un vigneron de la région de Pézenas qui disait de moi –nous suivions de près les dossiers de demande de financement des caves coopératives vinicole – « elle a dépavé le FEOGA* ». Et comme Yvette Roudy (ancienne Ministre des droits de la femme de François Mitterrand) avait été élue en même temps que lui, j’ai profité du temps qui me restait entre deux dossiers pour participer avec elle à la création de la Commission des droits des femmes du Parlement européen.

            Si bien que « virée » par l’alternance politique de 1986 du poste de Déléguée régionale aux droits de la femme qu’Yvette devenue Ministre en 1981 m’avait confié, j’ai décidé  de mettre mes compétences européennes au service des collectivités territoriales qui à l’époque n’entendaient goutte au fonctionnement de la Communauté européenne.

            J’ai dit à Georges Frêche un jour qu’avec le montant des fonds communautaires que je lui avais ramené à Montpellier, pour le financement de la Technopole, du Corum, de l’aéroport, du Couvent des Ursulines par exemple, « il en aurait pour me payer  pendant 200 ans ». Quant à l’audois Raymond Courrière, alors président du Conseil général, il avait, tant son scepticisme à l’égard de Bruxelles était grand, carrément crié au miracle lorsque son projet de « Pays Cathare » que nous avions ensemble élaboré et  porté avait été choisi parmi ceux des douze Etats membres, comme le meilleur et doté financièrement, bien entendu, en conséquence. Ce qui disait-il, « lui avait permis de faire en 10 ans ce qui en aurait pris 20 ». Eric Andrieu qui a pris le relais « cathare » quelques années plus tard ne me démentira pas. Noblesse oblige !

* Fond européen d'orientation et de garantie agricole

06:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Bravo Genevieve Tapié,nul mieux que toi ne connait les arcanes de Bruxelles,je peux en témoigner puisque président de l'Agence de dévellopement économique de l'Aude dans les années 90 j'avais bénéficié de crédits européens pour développer les relations économiques entre trois régions, l'Aude bien sur mais aussi Parme en Italie et valladolid en Espagne crédits obtenus grace à l'efficaité de la société dont tu étais président-directeur général.Alors lecteurs de Midi-Libre en votant pour la liste ou figure G. Tapié vous votez pour l'efficacité. J.MONTAGNE

Écrit par : montagne | 31 mars 2009

Merci de l'avoir rappelé.
Celà etait-il utile?
J'ai reçu en 2002 de Lionel Jospin alors Premier ministre la Croix de la Légion d'Honneur pour ces faits.
Et non pas pour mon action "féministe" comme on s'attache souvent à la croire, pensant que je ne suis pas apte à faire autre chose.
Dont acte,
Geneviève

Écrit par : tapie | 31 mars 2009

Bravo Geneviève, nous te souhaitons une place d'honneur qui te permettra de continuer à oeuvrer pour le bien- être de tous.

Écrit par : Colette Elian | 31 mars 2009

Je ne me souviens pas de "Noblesse Oblige". Je dois être trop jeune ! Aussi, je te conseille le "Couperet" de Costa-Gavras avec Roger dans le rôle de José Garcia.
Trève de plaisanterie : sincères félicitations.
et puis tant pis si tu n'es pas élue comme disait le baron (pas celui de Noblesse Oblige celui de Coubertin ) : l'essentiel est de participer et j'ajouterai de faire passer tes idées

mimisourire

Écrit par : cathy cianni | 31 mars 2009

a l'attaque !

Écrit par : Ju | 03 avril 2009

Les commentaires sont fermés.