statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 mars 2009

Et de cinq !

Pour créer un effet d’entraînement dans le cadre de l’élection des conseillers généraux au scrutin uninominal, la loi du 31 janvier 2007, a institué un(e) suppléante(e) de sexe opposé aux candidat(e)s. En mars 2008, l’introduction de ce ticket mixte avait été l’occasion de cantonner les femmes au rôle de suppléante ; 79,1% des candidats étaient des hommes.

            L’effet d’entraînement vient pourtant de jouer dans l’Aude, une nouvelle femme, Mme Aline Jalabert siège désormais à l’Assemblée départementale. Après le décès de feu Paul Durand, conseiller général de Saissac depuis 1976 qu’elle vient de remplacer, la lente féminisation du Département se poursuit. Avec un taux de représentation des femmes (14,28%), supérieur à la moyenne nationale, le Conseil général de l’Aude (5,71% d’élues en 1998 ; 8,57% en 2001 et 2004 ; 11, 42% en 2008) confirme son avance sur ses voisins du Gard, de l’Hérault, de la Lozère et des Pyrénées-Orientales.

            Le renouvellement de 2008 a marqué un basculement que l’élection de Mme Jalabert semble confirmer : les conseillères générales ne sont plus seulement originaires de Narbonne et sa périphérie, en bref, entendre la circonscription électorale de Mr Bascou (3 élues), mais émergent  de territoires plus marqués par la ruralité, Quillan dans la Haute-Vallée de l’Aude (1 élue) et Saissac dans le Cabardès (1 élue).

            A croire que le Grand Narbonne fait tâche d’huile.

09:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

c est encore tellement peu !

Écrit par : Ju | 23 mars 2009

la parité est un combat loin d'être gagné. Mais si les femmes ont du mal à s'imposer, les jeunes aussi ont beaucoup de difficultés pour obtenir des sièges. Les éléphants ne veulent pas laisser leur place. A croire qu'en politique, la retraite cela n'existe pas. Cet état de fait n'a pas que des inconvénients !!! Si un jeune avait été élu, Mme Jalabert aurait été suppléante à vie. C'est quand même moche que les femmes n' accèdent aux fonctions que suite au décès du titulaire du poste. Militons pour le non cumul des mandats et leur limitation dans le temps

Écrit par : mimisourire | 26 mars 2009

Les commentaires sont fermés.