statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 mars 2009

Susceptible

Vous en entendrez certainement parler.

            En plus des 100 jeunes filles de Mr Hortefeux (voir, « Des vessies pour des lanternes », 5 mars 2009), la majorité parlementaire saisit l’occasion de la Journée internationale des femmes du 8 mars pour présenter une « Proposition de loi relative à l’accès des femmes aux responsabilités professionnelles et sociales ». En clair, il s’agit d’instaurer par la loi des quotas pour assurer un minimum (40%) de représentation féminine au sein des instances de décision des entreprises du CAC 40 (9% de femmes), des entreprises nationales, des établissements publics de l’Etat, bref, dans ces cénacles masculins où il y a du pouvoir, de l’argent, et l’on se constitue généralement des retraites généreuses.  

            Sur ce point, on ne peut que s’en féliciter : en 2004, les retraites des femmes étaient inférieures de 60% (1020 euros par mois en moyenne contre 1636 euros) à celles des hommes, quant ce n’était pas moins ; la retraite de la moitié des femmes ne dépassant pas aujourd’hui 900 euros par mois.

            Ceci pour l’esprit de la proposition de loi.

            Quant à la lettre, le texte vise les Chambres de commerce et d’industrie (où moins de 12% de femmes sont élues en Languedoc-Roussillon), les Conseils des prud’hommes où la stricte parité sera requise, l’élection des délégués du personnel dans les Comités d’entreprise… Mieux, des sanctions sont prévues pour ceux (et celles) qui s’aviseraient de contourner la loi.

            Et une fois la loi votée, tout ce petit monde aura trois ans pour se mettre en conformité. Passé ce délai, par exemple, les Conseils d’administrations du CAC 40 délinquants « seront susceptibles de dissolution ». Forcement susceptibles et pas passibles ?

            Quand il s’est agi de donner le droit de vote aux femmes, ils ont tergiversé pendant 100 ans. Une proposition de loi rendait susceptible de pouvoir voter, les seules veuves et les mères de trois enfants.

            Aujourd’hui les mêmes qui ont en 2003 abaissé le seuil d’application du scrutin proportionnel pour l’élection des sénateurs, une mesure très défavorable aux femmes, nous expliquent que dans trois ans ils se fâcheront tout rouge si elles ne sont pas mieux représentées dans les lieux de décision professionnels et sociaux.

            Je suis fondée à croire que nous prenant pour des Mimi (la femme de Mickey), les femmes ne se priveront pas cette fois d’être susceptibles d’offense faite par cette Proposition.

             

             

           

19:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.